Nous sommes des animaux bien étranges, prompts à nous plaindre de l’ennui tout en étant rétifs aux nouveautés. Evidemment, il existe de bonnes nouveautés et nous les aimons bien. Il existe aussi des moins bonnes, mais sont-elles catastrophiques ? Si non, ce sont des bénédictions : tout petit malheur ne devrait-il pas nous faire apprécier la chance de ne pas avoir été touché par un grand malheur ? Mieux, toute nouveauté peut apporter son lot d’opportunité, voire nous faire sourire.

Ce qui change tout, c’est d’être capable d’accueillir positivement son destin. Amor fati enseignait Nietzsche. Puisque nous n’y pouvons rien, autant l’aimer ce destin. Et c’est là que la magie opère : dès que nous l’aimons, nous sommes plus heureux ! Tal Ben Shahar va jusqu’à dire que c’est cela choisir sa vie. Alors choisissons notre vie et aimons là !