L’excès d’acide urique dans le sang (hyperuricémie) est une affection qui peut être évitée, ou du moins maîtrisée, grâce à un régime pauvre en purines. Inclure certains aliments et en éliminer d’autres peut être la clé pour éviter le risque de goutte.

L’acide urique est un composé que l’on trouve naturellement dans notre organisme et qui est également généré par la dégradation de substances appelées purines, présentes dans certains aliments et boissons.

Bien que la plupart des purines soient éliminées quotidiennement par l’urine, il arrive que les reins ne puissent pas les dissoudre efficacement et qu’elles s’accumulent dans le sang. Par conséquent, elles peuvent entraîner la goutte, des calculs rénaux et certaines maladies cardiaques.

L’âge, l’hypertension, le surpoids et le sexe peuvent tous contribuer à une augmentation de l’acide urique dans le sang.

En outre, les hommes de moins de 65 ans ont quatre fois plus de risques que les femmes de souffrir d’hyperuricémie (excès d’acide urique dans le sang). Cependant, la ménopause peut égaliser la probabilité de souffrir de cette maladie.

 

Comment détecter un taux élevé d’acide urique dans le sang

Les taux normaux d’acide urique se situent entre 2,4 et 6,0 mg/dl pour les femmes et entre 3,4 et 7,0 mg/dl pour les hommes. L’hyperuricémie peut être détectée par des analyses d’urine et de sang.

    • Analyse d’urine. Un échantillon d’urine de 24 heures est nécessaire.
    • Analyse de sang. On considère que l’hyperuricémie est supérieure à 6 mg/dL chez les femmes et à 7 mg/dL chez les hommes.

 

Les aliments à forte teneur en acide urique

Si nous avons un excès d’acide urique dans le sang, nous pouvons développer la goutte. Cette maladie consiste en une accumulation de sel dérivé de l’acide urique, qui provoque une inflammation et des douleurs dans les articulations.

Pour prévenir et traiter l’hyperuricémie, il est conseillé de suivre de bonnes habitudes de vie et de modérer la consommation d’aliments riches en purines.

    • Fruits de mer.

C’est l’une des sources les plus connues de purines. Camarones, langoustines, crevettes roses, moules, palourdes et autres crustacés, frais ou en conserve.

    • Abats.

Le foie, les reins, le cœur et les ris de veau de tous les types de viande contiennent des quantités élevées de purines.

    • Les poissons bleus.

Sardines, thon, saumon, hareng et maquereau.

    • Les légumineuses.

Les lentilles, les haricots et les pois chiches sont riches en acide urique, mais ils sont plus bénéfiques que néfastes.

    • Charcuteries.

Les saucisses, le chorizo, le boudin et le saucisson contiennent beaucoup d’acide urique, ainsi que des graisses saturées. Remplacez-les par du blanc de dinde.

    • Céréales raffinées.

Pain blanc, biscuits, gâteaux, chocolat et pâtisseries industrielles.

    • Protéines.

Une consommation excessive de protéines (œufs, poulet, bœuf) peut entraîner une augmentation de l’acide urique dans le sang et un risque accru de goutte.

    • Boissons gazeuses.

Les boissons sucrées, énergétiques, gazeuses et alcoolisées ne doivent pas faire partie de votre régime alimentaire si vous avez un taux d’acide urique élevé.

 

Régime pauvre en purines

Les fruits, en revanche, sont de grands alliés pour réduire le taux d’acide urique dans le sang.

    • Fruits rouges.

Les fraises, les framboises et les myrtilles aident à neutraliser les purines dans l’organisme.

    • Agrumes.

L’université Johns Hopkins a découvert que la vitamine C (oranges, citrons et kiwis) aide à décomposer les cristaux coincés dans les articulations.

    • Cerises.

Leur consommation réduit l’acide urique, prévient et améliore la goutte et soulage les douleurs arthritiques. Elles facilitent également l’élimination des toxines et empêchent la rétention d’eau.

    • Produits laitiers.

Ils contribuent à réduire l’hyperuricémie. Il est préférable de les consommer écrémés et quotidiennement.

    • Ail noir.

Antioxydant et anticarcinogène, il est utile en cas de goutte et d’acide urique.

    • Eau.

Buvez au moins un litre et demi par jour. Cela permet aux reins d’expulser les purines et autres substances nocives par l’urine.

    • Remèdes naturels.

La prêle et l’ortie ont des propriétés diurétiques et drainantes et peuvent soulager les désagréments causés par la goutte.

En plus de la consommation de ces aliments et du respect de ces directives, la pratique régulière d’un exercice physique améliore l’activité métabolique de l’organisme et stimule l’appareil excréteur (reins).

En revanche, un exercice physique disproportionné et une alimentation inadaptée peuvent avoir l’effet inverse et augmenter le taux d’acide urique dans le sang. La clé du succès réside dans l’équilibre.

 

Sources :

Effet d’une supplémentation orale en vitamine C sur l’acide urique sérique : une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés. Juraschek, Stephen P et al. Arthritis care & research. Septembre 2011. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/acr.20519