L’industrie alimentaire ajoute des additifs aux aliments pour prolonger leur conservation ou améliorer leur apparence ou leurs qualités. D’un point de vue toxicologique, ils sont sûrs s’ils sont utilisés dans les quantités et sous la forme prévues par la législation. Toutefois, nous vous précisons certains aspects de leur innocuité.

 

Les rumeurs, les appellations très éloignées du langage courant et les phobies des éléments chimiques de plus en plus répandues peuvent rendre le consommateur méfiant quant à la sécurité de certains additifs alimentaires utilisés dans les produits de tous les jours.

 

Mais que sont exactement les additifs alimentaires ? Il s’agit de substances ajoutées aux aliments dans le but de maintenir ou d’améliorer leur sécurité, leur fraîcheur, leur goût, leur texture ou leur apparence. Ils sont utilisés depuis des siècles, notamment depuis que l’homme a appris à conserver les aliments (le sel pour les viandes comme le lard et les poissons séchés) mais aussi pour les rendre plus attrayants (les Égyptiens utilisaient des colorants et des arômes).

 

Les types d’additifs alimentaires

 

Aujourd’hui, on utilise des milliers d’additifs aux fonctions spécifiques. On peut les obtenir à partir de plantes, d’animaux ou de minéraux ou les produire synthétiquement. Ils sont classés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en trois grandes catégories :

 

  1. Aromatisants : ils sont ajoutés pour améliorer le goût ou l’odeur des aliments. Il en existe des naturels (fruits, mélanges d’épices et substances dérivées du vin et des légumes) et des imitateurs d’arômes naturels.

 

  1. Préparations enzymatiques : elles peuvent ne pas être présentes dans le produit alimentaire final et avoir diverses fonctions (améliorer la pâte, augmenter le rendement, améliorer la fermentation et la formation du caillé, etc.).

 

  1. Autres additifs : on les utilise pour conserver, donner de la couleur ou sucrer. On les ajoute lors de la préparation, de l’emballage, du transport ou du stockage des aliments et ils constituent un ingrédient du produit final.

 

Dans l’Union européenne, la dénomination des additifs alimentaires est accompagnée de chiffres et de la lettre E. Par exemple : stabilisant (E-339) ou colorants (E-100, E-160b). Mais ce système n’est qu’une forme de classification et indique que l’additif a été approuvé par l’Union européenne. En outre, grâce à ce format, les additifs autorisés sont étiquetés dans toutes les langues de l’Union.

 

Sécurité des additifs alimentaires

 

Selon le Conseil européen de l’information sur l’alimentation (EUFIC) et l’OMS, les additifs sont nécessaires dans la production et l’approvisionnement alimentaires actuels. En tant que consommateurs, nous exigeons variété, disponibilité et sécurité, et ces attentes ne sont satisfaites qu’en utilisant les nouvelles technologies de transformation des aliments.

 

Toutefois, l’EUFIC veille à ce que tous les additifs alimentaires soient soumis à une évaluation scientifique rigoureuse et complète afin de garantir leur sécurité avant d’être autorisés à être utilisés. Par conséquent, l’utilisation d’additifs alimentaires n’est justifiée que si :

  • Il y a un besoin technologique.
  • Le consommateur n’est pas induit en erreur.
  • Il a une fonction bien définie, comme la préservation de la qualité nutritionnelle des aliments ou l’amélioration de leur stabilité.

 

Sécurité et sûreté des additifs alimentaires

 

Les experts assurent que les additifs alimentaires sont sûrs d’un point de vue strictement toxicologique, à condition qu’ils soient utilisés dans les quantités et sous la forme prescrites par la législation.

 

Malgré cela, leur sécurité n’empêche pas que certains additifs ne sont pas sûrs et peuvent déclencher des problèmes de manière indirecte s’ils sont associés à une mauvaise technique culinaire. Les nitrates et les nitrites, par exemple, sont utilisés en particulier dans les charcuteries et autres viandes transformées pour empêcher la croissance des bactéries. Selon les experts, il n’est pas conseillé de les réchauffer sur le gril ou le barbecue, car il se forme des nitrosamines, un composé toxique et cancérigène pour notre organisme.

 

D’autres additifs restent souvent souhaitables dans les aliments tels les conservateurs (afin de ne pas nous rendre malades à cause d’une intoxication alimentaire) ou les antioxydants (afin de préserver les propriétés et de ne pas les détériorer).

 

Toutefois, en ce qui concerne l’aspect organoleptique (le goût), la législation est imprécise, car il n’existe pas de quantité nécessaire. Ce sont des additifs qui ont pour fonction d’améliorer ou de masquer les propriétés gustatives, pas vraiment de nous protéger. Et ils sont généralement introduits dans des aliments qui ne sont pas sains sur le plan nutritif.

 

En effet, n’oubliez pas qu’une alimentation saine implique d’augmenter la quantité de fruits et de légumes que nous consommons quotidiennement et qu’il est préférable de les consommer de saison et proches de chez nous. Et, si vous avez des doutes sur les aliments et le type de nourriture que vous mangez, n’hésitez pas à consultez un nutritionniste.

 

Sources :