Ce nom ne vous dit rien ? Derrière cette expression médicale, se cache un trouble très courant. Il est causé par une carence en fer, un nutriment fondamental pour le maintien de nombreuses fonctions de l’organisme. Afin de ne jamais en manquer, voici les aliments qui en sont riches.

 

Tous les organes et tissus de notre corps ont besoin d’oxygène pour fonctionner. Les globules rouges sont chargés de transporter l’oxygène des poumons au reste du corps. Plus précisément, deux protéines remplissent cette fonction : l’hémoglobine, responsable du transport de l’oxygène vers les tissus, et la myoglobine, qui le transporte et la stocke dans les tissus musculaires.

 

Pour produire l’hémoglobine et la myoglobine, nous avons besoin de fer. Si nous n’en avons pas suffisamment, cette fonction est entravée, privant nos cellules de l’oxygène dont elles ont besoin pour nous donner l’énergie nécessaire. Le phénomène échéant, nous souffrons alors de ce qu’on appelle l’anémie ferriprive.

 

Il faut du temps pour que les symptômes de l’anémie ferriprive apparaissent car notre corps utilise le fer stocké pour former de nouvelles cellules sanguines lorsqu’il ne l’obtient pas de l’alimentation. Mais, dès que cet apport s’épuise, l’organisme commence à diminuer la production de globules rouges.

 

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 30 % de la population mondiale souffre d’anémie, principalement en raison de la carence en fer.

 

Les causes de la carence en fer

L’anémie ferriprive peut survenir pour plusieurs raisons :

  • Une alimentation pauvre en fer : le fer est obtenu à partir des aliments, d’où environ 1 milligramme de fer est absorbé pour chaque 10-20 milligrammes de fer ingéré.

 

  • Une mauvaise absorption par l’organisme : lorsque l’organisme subit des changements, comme des poussées de croissance chez les enfants ou pendant la grossesse et l’allaitement, il a besoin de plus de fer et d’une production accrue de globules rouges.

 

  • Il est perdu dans le sang : les pertes sanguines telles que les saignements gastro-intestinaux, les saignements menstruels ou les blessures peuvent diminuer la quantité de fer dans l’organisme.

 

  • Anomalies du tractus gastro-intestinal : la majeure partie du fer est absorbée par l’intestin grêle. Toute anomalie de l’appareil gastro-intestinal peut altérer l’absorption du fer.

 

La carence en fer est fréquente, en particulier chez les :

  • Femmes enceintes ou qui allaitent.

 

  • Personnes qui ont subi une intervention chirurgicale majeure, comme un bypass gastrique, qui consiste à enlever une partie des intestins.

 

  • Personnes atteintes de maladies gastro-intestinales telles que la maladie cœliaque et les maladies inflammatoires de l’intestin (colite ulcéreuse ou maladie de Crohn). Ces conditions peuvent rendre difficile l’absorption du fer par l’intestin.

 

  • Végétariens et les autres personnes dont l’alimentation ne comprend pas d’aliments riches en fer (celui des légumes, même ceux qui en contiennent une grande quantité, n’est pas aussi bien absorbé que celui présent dans les produits animaux).

 

Les symptômes de la carence en fer

L’anémie ferriprive peut être légère ou plus grave. Dans le premier cas, les symptômes sont presque imperceptibles. Dans le second cas, lorsque la situation s’aggrave, les symptômes s’intensifient. Certains des plus fréquents sont :

  • Faiblesse
  • Fatigue extrême
  • Maux de tête ou étourdissements
  • Peau pâle
  • Mains et pieds froids
  • Douleur thoracique et essoufflement
  • Inflammation de la langue
  • Ongles cassants
  • Manque d’appétit, surtout chez les nourrissons et les enfants

 

Ces symptômes sont semblables à d’autres affections sanguines ou problèmes médicaux, il est donc recommandé de consulter un spécialiste, afin qu’il réalise un bon diagnostic.

 

Les aliments pour la carence en fer

La carence en fer peut généralement être évitée grâce à un régime alimentaire approprié. Les hommes adultes en bonne santé ont besoin d’environ 8 mg de fer par jour, 18 mg pour les femmes adultes en bonne santé et 27 mg pour les femmes enceintes.

 

Le fer est présent dans de nombreux aliments et est absorbé par l’estomac, en particulier le fer héminique, présent dans les aliments d’origine animale :

  • Viande : de bœuf, de porc ou d’agneau, surtout dans les viscères comme le foie.
  • Volaille : poulet, dinde et canard.
  • Poisson : en particulier les crustacés, les sardines et les anchois.
  • Légumes : légumes à feuilles vertes de la famille des choux comme le brocoli ou le chou frisé.
  • Légumineuses : pois, lentilles…
  • Pâtes, riz et céréales enrichis en fer.

 

Les produits végétaux contiennent du fer non héminique, qui est moins bien absorbé que le fer héminique, c’est pourquoi l’organisme n’en profite pas autant.

 

Nous pouvons optimiser l’absorption du fer en complétant la consommation de fer héminique par des aliments riches en vitamine C (oranges, mandarines, fraises ou tomates). D’autre part, la consommation d’aliments comme le thé ou le café limite la disponibilité du fer et son absorption.

 

Comme vous pouvez le constater, il est possible de maintenir des niveaux corrects de fer avec une alimentation adaptée. Nous vous encourageons à prendre soin de vous, à bien manger et à faire de l’exercice.

 

Sources :