Le port prolongé d’un masque modifie le schéma respiratoire et la régulation de la température, ce qui affecte le corps et l’esprit. C’est pourquoi il est important d’apprendre à respirer avec un masque et d’éviter les effets secondaires de son utilisation prolongée, maintenant qu’il est devenu un complément obligatoire pour suivre les règles de prévention de la COVID19.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

Les masques altèrent l’échange de chaleur, ce qui a un impact sur la régulation de la température du visage et même du corps. Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a montré aux personnels sanitaires que cette augmentation de la chaleur a des effets psychologiques et physiologiques importants.

 

D’autre part, l’utilisation du masque augmente la fréquence respiratoire et élimine le CO2 de l’expiration moins rapidement qu’il n’est produit. Cela signifie que, bien qu’il y ait un niveau d’oxygène adéquat, il n’atteint pas les tissus de manière optimale.

 

L’augmentation de la résistance respiratoire amène l’utilisateur à adopter un schéma de respirations courtes et rapides, connu sous le nom d’hyperventilation, qui a à son tour des conséquences négatives à moyen et long terme.

 

Plusieurs études ont montré que le port d’un masque pendant 20 minutes entraîne une saturation élevée en CO2. Il a été démontré que ce phénomène altère les fonctions cognitives, la mémoire et l’attention, et affecte donc particulièrement les personnes qui doivent porter un masque pendant de longues périodes, comme les professionnels de la santé, les enseignants et les enfants à l’école ou les employés de magasin.

 

Quels que soient les masques utilisés, l’effet de l’hyperventilation, de la restriction d’oxygène et de la rétention excessive de CO2 peut entraîner des symptômes tels que :

  • Anxiété
  • Apnée légère
  • Maux de tête
  • Vertige et confusion
  • Mains et pieds engourdis
  • Problèmes de sommeil

 

La respiration est l’un des actes les plus importants de notre vie quotidienne. Elle affecte notre façon de penser et de ressentir. C’est pourquoi il est utile de suivre les recommandations suivantes si vous allez porter un masque pendant 20 minutes ou plus :

  1. Faites 5 respirations de qualité (inspirez pendant 4 secondes, expirez pendant 6 secondes) avant de mettre le masque, avec une pause de deux secondes entre chaque respiration. Cela permet d’éviter l’apparition d’un schéma respiratoire rapide.
  2. Respirez lentement et plus profondément que d’habitude quand vous portez le masque. Une astuce consiste à regarder les autres pour se rappeler notre propre rythme de respiration.
  3. Faites des pauses toutes les heures ou heures et demie, en retirant le masque dans un endroit sûr pour les autres et en respirant profondément comme indiqué au premier point.

 

Pour préparer notre système respiratoire au cas où nous devrions porter le masque pendant toutes les heures de travail, ou porter un double masque, il peut être utile d’utiliser un appareil d’entraînement des muscles respiratoires. Ce dispositif est constitué d’un tube avec différents degrés de résistance. Le fait d’y souffler pendant cinq minutes le soir au coucher et cinq minutes le matin au réveil permet de mieux s’adapter à la respiration avec un masque.

Apprendre à respirer renforce les avantages du masque pour prévenir la COVID19

 

Le respect des directives relatives aux masques est associé à un meilleur bien-être émotionnel

L’utilisation prolongée et régulière du masque est associée à une amélioration du bien-être émotionnel, selon une étude récemment publiée par l’Université d’Édimbourg et portant sur plus de 11 000 participants.

 

L’équipe de recherche a découvert que le respect des règles de port du masque pendant la COVID19 est associé à une diminution de l’anxiété et du sentiment de solitude chez les personnes qui le portent, ainsi qu’à une plus grande satisfaction de vivre et à un meilleur bien-être.

 

Cette association serait due à l’effet cognitif d’éviter la stigmatisation ou d’être perçu négativement et de se sentir membre de la majorité sociale. On observe ainsi un comportement d’adhésion malgré la difficulté à respirer – si certaines techniques ne sont pas suivies comme indiqué ci-dessus – ou l’inconfort que peut produire le port du masque.

 

Il faut rappeler que le masque seul n’assure pas une prévention complète de l’infection par le coronavirus. L’hygiène des mains et la distance sociale sont les deux autres mesures préventives à adopter au quotidien en période de COVID19.

 

Sources :

  • Impact physiologique du masque respiratoire filtrant N95 sur les personnels sanitaires Raymond J Roberge, Aitor Coca, W Jon Williams, Jeffrey B Powell, Andrew J Palmiero Respiratory Care May 2010, 55 (5) 569-577
  • L’hypercapnie altère les fonctions cognitives et la mémoire chez les patients obèses atteints d’apnée obstructive du sommeil Kung SC, Shen YC, Chang ET, Hong YL, Wang LY.. Sci Rep. 2018;8(1):17551. Published 2018 Dec 3. doi:10.1038/s41598-018-35797-3
  • Effets de lentraînement des muscles respiratoires sur les performances. Revue bibliographique... J. L. González-Montesinos, C. Vaz Pardal, J. R. Fernández Santos, A. Arnedillo Muñoz, J. L. Costa Sepúlveda, R. Gómez Espinosa de los Monteros Rev Andal Med Deporte. 2012;5:163-70
  • Le respect du port du masque est positivement associé à une meilleure santé mentale et à un meilleur bien-être : une analyse longitudinale des enquêtes CovidLife. Drew Altschul, et al  medRxiv 2020.12.18.20248477; doi: https://doi.org/10.1101/2020.12.18.20248477