Penser à sourire

Sourire nous rend heureux. Il a même été montré que lorsque nous gardons un crayon au travers de la bouche de manière à écarter nos lèvres, nous avons davantage l’impression d’être heureux que lorsque nous mordons dans ce crayon avec une bouche en O. Contracter ses muscles zygomatiques est réjouissant.


Boostez votre cerveau

Votre cerveau ne s’use que s’il ne sert pas

Un homme jeune immobilisé pour une fracture de la jambe voit en quinze jours ses muscles fondre et perdre leur tonus.

Votre cerveau fonctionne un peu de la même façon : en trois semaines de vacances, vous perdez 20 % de votre quotient intellectuel ! Votre matière grise est constituée de 100 milliards de neurones reliés entre eux, qui ont des capacités bien supérieures à celles d’un ordinateur.

 

Les connexions neuronales se multiplient lors de l’apprentissage dans l’enfance, mais aussi lors des acquisitions que l’on peut faire à tout âge. Sollicitez votre cerveau toute votre vie en toutes occasions, en pratiquant de nouvelles activités. Si vous apprenez par exemple la manipulation des cartes pour faire de la prestidigitation, la taille de l’aire cérébrale correspondant à cette pratique digitale de précision augmentera au bout de trois mois.

 

En développant ainsi des fonctionnalités dans de nouveaux territoires cérébraux, vos performances intellectuelles et de mémorisation seront renforcées. Ainsi, faire des mots croisés, des sudoku ou certains jeux vidéo n’est pas si futile qu’il y paraît : ces activités dynamisent le travail des neurones et leurs connexions. De même, quel que soit l’âge, l’étude d’une langue étrangère, l’apprentissage d’un instrument de musique, l’écriture de ses mémoires, s’entraîner à apprendre des listes (adresses, numéros

de téléphone) ou des poèmes, voire stimuler sa créativité (peinture, poterie, photographie) sont autant de façons de booster votre cerveau et d’entretenir sa jeunesse.

 

Stimulez vos sens

Pour rendre votre mémoire plus performante, il ne faut pas hésiter à activer plusieurs sens ; changer de lieu pour lire, d’ambiance pour travailler ou écouter une musique inconnue, découvrir l’odeur d’une nouvelle bougie ou le goût d’un thé récemment acheté, constituent des stimuli inédits qui améliorent la mémorisation.

Ayez aussi à cœur de stimuler les circuits de récompense et de bien-être du cerveau en modifiant vos habitudes : découvrez de nouveaux plats, changez de parfum ou de lieu de vacances, rencontrez de nouvelles personnes.

 

Sortir de votre routine (métro, boulot, dodo) vous évitera de vous scléroser dans vos habitudes et d’évoluer dans un cercle trop restreint d’amis.

 

Nourrissez bien vos neurones

Votre cerveau a besoin de l’oxygène apporté par les vaisseaux et de l’énergie fournie par le glucose provenant des glucides. Très riche en lipides, il doit recevoir des acides gras et notamment les oméga 3 (poissons gras, graines de lin et de chia, huile de colza, fruits oléagineux) pour assurer un bon équilibre cognitif et psychique. Une carence en oméga 3 peut favoriser les états dépressifs.

 

C’est dire, pour éviter les déficits qui fragiliseraient le cerveau, l’importance d’une alimentation bien conçue qui permettra aussi de diminuer le risque de survenue d’une maladie d’Alzheimer.

 

En outre, un apport suffisant en antioxydants (fruits, légumes, chocolat très noir, café, thé vert, vin rouge, épices) semble avoir des vertus de protection contre la dégénérescence cérébrale que l’on observe dans cette redoutable maladie.

 

SUR VOTRE LIEU DE TRAVAIL

Dans le cadre de la formation continue, pourquoi ne pas demander à apprendre ou perfectionner une langue étrangère ?

 

Pour aller plus loin, recevez gratuitement le guide du bien-être d'AXA Prévention en visitant cette page : https://www.axaprevention.fr/concours/formulaire-commande-guide-bien-etre


Entraînement et électrostimulation

Vous avez déjà sûrement entendu parler de l’électrostimulation (EMS). C’est une technique utilisée en renfort d’un entraînement, qui consiste à stimuler les muscles en déclenchant une décharge électrique contrôlée. Explications.

 

Comment associer entraînement et EMS ?

Vous effectuez des exercices conventionnels que vous renforcez avec l’EMS, de telle manière qu’avec une à deux session par semaine d’environ 20 minutes de travail, vous pouvez voir les résultats.

Cette technique doit toujours être réalisée sous la surveillance d’un entraîneur personnel. Elle s’accompagne souvent d’un programme diététique.

L’exercice est réalisé à l’aide d’un gilet et d’un pantalon dotés d’électrodes, au travers desquels le muscle reçoit une série d’ondes électriques qui multiplient l’effort des fibres musculaires. Ainsi, vous pouvez atteindre vos objectifs en faisant moins de répétitions. Les électrodes sont réparties de la manière suivante :

  • Deux sur les pectoraux
  • Deux sur l’abdomen
  • Deux sur les trapèzes
  • Deux sur les fesses
  • Deux bandes indépendantes au niveau des biceps et des quadriceps

 

La sensation peut être très intense lorsque la contraction est très forte, mais elle ne doit provoquer aucune douleur.

 

Les résultats recherchés

  • Obtenir un corps plus tonique en moins de temps
  • Travailler des muscles qu’on contracte à peine lors d’exercices conventionnels
  • Améliorer la perméabilité des tissus musculaires
  • Améliorer la circulation du sang pour une meilleure oxygénation et nutrition des tissus
  • Brûler des calories, ce qui peut aider à perdre du poids
  • Favoriser la rééducation des blessures sportives
  • Contribuer à éliminer l’inflammation du tissu cellulaire sous-cutané (cellulite)
  • Combattre la flaccidité
  • Prévenir l’apparition de l’ostéoporose
  • Générer des endorphines pour aider à éliminer le stress

 

Les contre-indications

Comme pour toute nouvelle pratique, il est important de la réaliser dans de bonnes conditions : en s’exerçant sur du matériel de qualité et toujours accompagné par un professionnel qualifié.

Les personnes qui ont un pacemaker, une prothèse métallique, ou ayant des problèmes cardiaques ou d’hypertension, ne doivent pas utiliser cette méthode. Elle n’est pas non plus conseillée aux enfants – sauf recommandation médicale spécifique – ni aux femmes enceintes.

Il n’est pas conseillé de pratiquer cette méthode seule, car elle n’améliore pas la résistance aérobique du fait que le temps et l’effort soient très contrôlés. C’est pourquoi il vaut toujours mieux combiner ce type d’entraînement à un autre type d’activité physique comme du running, de la natation… ou du fitness traditionnel (step, zumba, etc.).

La mauvaise utilisation d’un appareil d’électrostimulation peut provoquer des contractures, des fractures, des ruptures de fibres voire des brûlures si la tension et l’intensité ne sont pas adaptées. C’est pourquoi il est très important que vous le réalisiez dans des centres adaptés et que vous soyez systématiquement aidé.

 

Le déroulement d’un entraînement de 20 minutes

  • Echauffement (5 min)
    Marchez dans la salle en augmentant progressivement votre allure pour finir par trottiner.
  • Montées de genoux (2 min)
    Toutes les 10 montées, faites une pause de 10 secondes.
  • Biceps et triceps avec haltères
    Faites trois séries de 10 répétitions.
  • Gainage bras tendus (2 min)
    Ou une minute de flexions et une autre de gainage.
  • Squats profonds, jambes écartées
    Faites 30 répétitions en prenant une pause tous les 10 squats.
  • Pédalier ou élévations latérales (2 min)
  • Abdominaux (3 min)
    De manière intense, essayez de faire trois séries de 10 répétitions. Cela équivaudrait à 100 abdominaux conventionnels.
  • Etirements des jambes, abdos, dos et bras (3 min)
    Respirez profondément et baissez la tension jusqu’à zéro.

 

Les professionnels affirment que cet entraînement peut provoquer d’intenses courbatures. Ceci est dû au travail de nouveaux muscles. Si elles ne s’atténuent pas au bout de quelques jours, consultez un médecin et ne refaites pas de session sans son autorisation.

Demandez à votre salle de sport s’ils disposent d’électrostimulation musculaire. Observez le déroulement d’un cours afin de savoir si cette méthode pourrait vous convenir. Si elle n’est pas miraculeuse, il est toutefois possible qu’elle vous aide à atteindre vos objectifs plus rapidement.

 

Références :

  • Texte validé par le Dr Trallero.
  • Webconsultas. Especialistas en salud y deporte. Electroestimulación.
  • Hedonai Fit. Cadena de Centros Médico-Estéticos, especialistas en dermatología, medicina estética y nutrición.

5 recettes vegan pour dîner léger

On vous l’a sûrement déjà dit : il est préférable de dîner tôt et léger. Au moment de vous coucher, votre digestion sera probablement terminée. Et vous éviterez le surplus de calories que vous ne brûlerez pas durant la nuit. Pour manger sain le soir, découvrez les aliments à privilégier et quelques idées de recettes vegan, simples et délicieuses !

 

Les aliments pour un dîner sain

Un dîner équilibré doit inclure les aliments suivants :

  • Une portion de légumes
    Préférez-les cuits, car nous les digérons mieux. Par exemple : des légumes sautés ou préparés en velouté, en purée ou en soupe.
  • Une portion de protéine maigre
    Il peut s’agir de pousses de soja, de tofu ou de tempeh. Les légumineuses sont de bonnes sources de protéines. Elles peuvent toutefois être indigestes le soir : c’est pourquoi vous pouvez les préparer en purée.
  • Une portion de féculents ou de céréales
    Vous pouvez consommer un morceau de pain, de préférence complet, de riz ou de pommes de terre.
  • Un dessert
    Vous pouvez prendre un produit laitier, de préférence écrémé, ou un fruit.

 

Les aliments qui contiennent des tryptophanes (banane, avocat, prune, fruits secs, céréales intégrales, brocoli, cresson, épinards, carotte, tomate) nous aident à trouver le sommeil, car le tryptophane favorise la production de mélatonine, qui régule les rythmes circadiens et le repos nocturne.

 

5 recettes vegan légères

 

  1. Spaghettis de courgette et sauce à l’avocat

Commencez par préparer les spaghettis à l’aide d’un coupe-légume adapté ou d’un simple économe. Ensuite, mélangez un petit verre d’eau avec deux cuillères à soupe de jus de citron, un avocat, des pignons et quelques feuilles de basilic. Mixez le tout afin d’obtenir une crème. Placez les pâtes de courgette dans un bol, ajoutez la sauce et quelques tomates cerises coupées en deux. C’est facile et délicieux. Terminez votre repas par un yaourt de soja.

 

  1. Soupe miso

Faites cuire des noodles dans de l’eau bouillante. Mélangez ensuite 3 cuillères à soupe de miso dans un litre d’eau bouillante jusqu’à ce qu’il soit entièrement dissout. Réservez. Cuisinez l’algue Wakame pendant 5 minutes. Mélangez l’algue et l’eau contenant le miso, 100 grammes de tofu en morceaux et un demi-oignon frais. Enfin, ajoutez les vermicelles. En dessert, vous pouvez opter pour une rondelle d’ananas.

 

  1. Salade grecque

Emincez un demi-oignon rouge, un concombre, 4 tomates et quelques olives noires. Ajoutez des dés de feta vegan – réalisée à partir de tofu mariné dans de l’origan, du citron et du vinaigre. Préparez une sauce avec de l’huile d’olive, du sel, du poivre, du citron et de l’origan. Servez froid. Vous pouvez compléter ce dîner par une macédoine de fruits.

 

  1. Pizza végétarienne

Sur la pâte, étalez une olivade que vous aurez préparée à partir d’olives mixées avec de l’huile d’olive. Puis ajoutez quelques rondelles de tomate, de l’ail en poudre et quelques têtes d’asperges vertes. Faites-la cuire au four pendant 20-25 minutes à 180 degrés. Cette pizza a un goût très intense. Si vous préférez quelque chose de plus doux, étalez de la sauce tomate sur la pâte, répartissez des rondelles d’aubergines, des poivrons verts et de l’oignon émincés. Saupoudrez d’origan et faites-la cuire de la même manière.

 

  1. Yaourt aux fruits et aux céréales

Mixez un yaourt végétal – par exemple au lait de soja ou d’amandes – et placez-en au fond d’un verre. Répartissez par-dessus une couche de rondelles de banane. Puis une couche de yaourt. Puis une autre de fraises en morceaux, une autre de yaourt et enfin, terminez par deux cuillères à soupe de muesli. Réservez au réfrigérateur pour qu’il soit bien froid. Ce dessert peut également faire office de petit-déjeuner.

 

Demandez à votre nutritionniste les meilleures combinaisons de légumes et légumineuses ou céréales afin d’obtenir des protéines plus complètes.

Variez votre alimentation pour réduire les risques de carences nutritionnelles !

 

Références :

  • Texte validé par le Docteur Trallero.
  • Familydoctor.org. American Academy or Family Physicians. Dieta vegana: Cómo obtener los nutrientes que necesita
  • Mayo Clinic. Vegetarian Diet: How to Get the Best Nutrition.
  • Nutrionvegana.org. El plato de nutrición vegana

Dynamisez votre corps

Vitaminez votre moteur

S’assurer que son organisme fonctionne bien est une bonne chose, mais comme on met un supercarburant amélioré dans sa voiture pour la rendre plus performante et protéger son moteur, vous pouvez aussi booster de façon optimale votre corps.

 

Il existe de nombreux domaines où l’on peut intervenir.

Aucun n’est inutile, et en négliger un, c’est comme avoir une table avec l’un des pieds trop court : tout sera bancal.

 

Les principaux axes d’action :

Pour dynamiser votre corps, vous pouvez faire beaucoup en ayant :

  • Une alimentation équilibrée,
  • Une activité physique suffisante,
  • Un « entretien » de votre cerveau,
  • Une bonne gestion du stress,
  • Une suppression des addictions,
  • Une sexualité harmonieuse,
  • Une lutte contre les infections,
  • Un bon équilibre de votre flore intestinale.

 

Faites régulièrement un bilan introspectif pour déterminer où vous en êtes dans ces différents domaines. Lors d’une pause, une fois par trimestre, faites le point.

 

Sur un papier, faites 3 colonnes :

  • Les changements que vous avez faits parmi ceux prévus,
  • Ceux non effectués,
  • Ceux qu’en conséquence vous vous fixez comme objectifs pour le trimestre à venir.

 

Il y a sûrement encore des améliorations à effectuer.

 

Il ne s’agit pas de voir cela de façon négative comme une contrainte pénible, mais au contraire de visualiser tous les bénéfices potentiels que vous pourrez tirer de ces modifications de votre mode de vie.

 

À vous, pour vous reprendre en main, « d’avoir le déclic », de trouver la bonne période où vous êtes mûr pour changer (le 1er janvier, l’été, le dé- but des vacances, lors d’un anniversaire, pour faire plaisir à votre conjointe, après un pépin de santé...).

 

L’essentiel, une fois que vous avez pris de bonnes résolutions, est de trou- ver les motivations pour vous y tenir. Ne plus subir, ne pas attendre les pépins mais devenir acteur de sa santé : n’est-ce pas un challenge enthousiasmant ?

 

SUR VOTRE LIEU DE TRAVAIL

Levez-vous de temps à autre, allez voir un collègue dans un autre bureau, mangez un fruit ou prenez un café. Vous lutterez ainsi contre la sédentarité, vous défatiguerez vos yeux de la lecture sur écran et protégerez votre dos qui pourrait souffrir d’une position assise trop prolongée.

 

Pour aller plus loin, recevez gratuitement le guide du bien-être d'AXA Prévention en visitant cette page : https://www.axaprevention.fr/concours/formulaire-commande-guide-bien-etre


Les substituts de repas : un allié minceur ?

Un substitut de repas est un repas rapide mais qui apporte les nutriments essentiels et dans leur juste mesure. De nombreuses personnes en consomment pour perdre du poids, mais nous aident-ils réellement à mincir ? Découvrez-le.

 

De quoi s’agit-il ?

C’est un aliment sous forme de barres, de biscuits, de snacks, de jus ou de desserts lactés qui peut remplacer un repas en apportant les calories et les nutriments nécessaires pour couvrir les besoins de l’organisme.

Les substituts de repas sont soumis à une législation assez stricte qui les oblige à :

  • faire entre 200 et 400 calories ;
  • contenir entre 25 et 50 % de protéines ;
  • toujours apporter des vitamines et des minéraux;
  • ne pas dépasser 30 % en graisses.

 

Un bon moyen de perdre du poids ?

Ces aliments ne permettent pas en eux-mêmes de perdre du poids, mais si nous remplaçons un repas par l’un de ces produits, cela peut nous « aider » à avoir une alimentation hypocalorique. Ils nous permettent :

  • d’éviter de manger n’importe quel produit mauvais pour la santé et rapide, comme un snack salé ou une viennoiserie riche en sucres et en graisses trans, si vous n’avez pas le temps de vous arrêter pour manger correctement ;
  • d’éviter de manger des sucreries, ce qui arrive souvent dans des régimes faibles en calories ;
  • d’apporter les nutriments essentiels qui contribuent à maintenir une alimentation équilibrée ;
  • d’éviter de « sauter » des repas, en pensant qu’ainsi on mangera moins, tandis que l’on ne provoque qu’un ralentissement du métabolisme.

 

Comment les consommer ?

  1. Vous devez toujours demander l’avis d’un nutritionniste afin de savoir s’ils sont adaptés à votre cas ou, au contraire, déconseillés.
  2. Ne remplacez jamais un repas principal par un substitut. Vous pouvez prendre les substituts en jus au petit-déjeuner, et les barres ou autres substituts doivent venir compléter vos cinq repas par jour. Il est conseillé de les consommer dans la matinée ou en milieu d’après-midi.
  3. Ne les consommez pas en plus de vos 5 repas par jour. Ce sont des
  4. Ne les utilisez pas en guise de dessert d’un de vos repas principaux.
  5. Lisez attentivement l’étiquette, car certains sont plus riches en fibres, d’autres en protéines, et vous devez savoir ce dont votre corps a besoin.
  6. Continuez de manger sain, de prendre un petit-déjeuner complet et équilibré et de faire du sport régulièrement. Vous arriverez ainsi à perdre du poids et de la bonne manière.

 

Les dangers des substituts de repas

  • En abuser
    Si vous en consommez trop, vous n’apprendrez pas à bien manger ni à changer vos habitudes, ce qui est le plus important. Vous ne devez pas en abuser car l’excès peut vous conduire à de graves dérèglements nutritionnels.
  • Subir l’effet yoyo
    C’est le risque si votre alimentation ne contient que des substituts.
  • S’en lasser
    C’est ce qui peut arriver à force de toujours manger le même aliment.
  • Ne pas être rassasié
  • Si vous les ingérez en moins de deux minutes, vous ne serez pas rassasié et vous courez toujours le risque d’ingérer davantage d’aliments caloriques.
  • Oublier les fruits
    En consommant des substituts, il peut arriver que vous ne mangiez pas les 2 ou 3 portions de fruits recommandées par jour.

 

Le régime à base de substituts en jus

Vous pouvez trouver de nombreux régimes à base de substituts en jus sur Internet. Ils peuvent être dangereux et c’est pourquoi vous devez toujours demander l’avis d’un nutritionniste avant de les consommer. Ces produits – barres ou jus – remplacent deux repas : un repas principal (déjeuner ou dîner) et l’autre sera une collation, celle du milieu de matinée ou du goûter. En toute logique, l’apport calorique diminue mais il est nécessaire de compenser le reste de l’alimentation pour éviter les carences.

 

Ne vous jetez pas sur les substituts de repas. Utilisez-les ponctuellement et seulement lorsqu’un professionnel vous les aura recommandés. Pour atteindre votre poids idéal, le plus important est de changer vos habitudes et d’apprendre à bien manger !

 

Références :

  • Texte validé par le Dr. Trallero.
  • Naira Fernández. Nutrición Humana y Dietética. Sustitutivos de comidas. ¿Sí o no?
  • CCM Salud. Recurrir a sustitutos alimenticios para perder peso.
  • Promofarma.com. Sustitutivos de comida. ¿Para qué sirven?

Grippe : comment la reconnaître, la soigner et la prévenir ?

Chaque hiver, en France, la grippe touche en moyenne à 2 à 7 millions de personnes. Les personnes âgées plus de 65 ans représentent 5 à 10 % des cas, mais elles sont la population la plus touchée par ses complications graves. La grippe est à l’origine de 2 à 7 000 décès par an dans notre pays. La vaccination antigrippale n’empêche pas d’avoir la grippe mais réduit considérablement sa sévérité. Elle est essentielle pour les personnes de santé fragile.

 

Quels sont les symptômes de la grippe ?

La grippe commence avec un sentiment de malaise, une fatigue progressivement intense et des frissons. Puis apparaissent de la fièvre, parfois élevée, de la toux, des courbatures très marquées et des maux de tête. Une personne grippée est contagieuse pendant environ six jours, y compris le jour qui précède le début de ses symptômes.

 

Quelles sont les complications éventuelles de la grippe ?

La grippe guérit dans la plupart des cas sans complication en l’espace de 8 à 10 jours. On observe parfois une surinfection bactérienne, en général une sinusite ou une pneumonie.

Une grippe sévère peut représenter une maladie très sérieuse, notamment chez les enfants de moins de 1 an, les personnes âgées, les personnes obèses, les personnes atteintes de maladies chroniques cardiaques, respiratoires, rénales, hépatiques, métaboliques (comme le diabète) ou chez celles dont les défenses immunitaires sont affaiblies.

Au cours du premier trimestre de la grossesse, le virus de la grippe expose à un risque d’avortement, de prématurité ou même de malformations du fœtus.

 

Comment attrape-t-on la grippe ?

Les virus à l’origine de la grippe se transmettent par les minuscules gouttelettes projetées dans l’air en éternuant ou en toussant. Celles-ci se déposent sur des objets (poignée de porte, téléphone, etc.), passent sur les doigts d’autres personnes qui se contaminent en se frottant les yeux ou en mettant leurs doigts à la bouche. La transmission par voie respiratoire (en respirant des gouttelettes) est également possible.

 

Comment soigner la grippe ?

En cas de grippe, il est recommandé de se reposer et de bien s’hydrater. Le médecin prescrit des médicaments contre la fièvre et les courbatures : paracétamol, aspirine (sauf chez l'enfant) ou ibuprofène. En cas de toux importante, des médicaments antitussifs peuvent être prescrits le cas échéant.

 

Les mesures d'hygiène pour prévenir la grippe

Des mesures d'hygiène permettent de limiter la transmission du virus de la grippe.

 

Pour les personnes malades :

- se laver les mains régulièrement,

- se couvrir le nez et la bouche en cas d'éternuements ou de toux,

- utiliser des mouchoirs en papier à usage unique,

- limiter les contacts avec les personnes de santé fragile et les nourrissons.

 

Pour les personnes en bonne santé :

- se laver les mains fréquemment (ou utiliser un gel hydro-alcoolique désinfectant),

- éviter de se toucher les yeux, la bouche ou le nez,

- placer des humidificateurs d’air chez soi ou sur son lieu de travail durant toute la période de chauffage (l’air sec fragilise les muqueuses du nez),

- ne pas trop chauffer les pièces où l’on vit (19°C, un peu moins dans les chambres),

- adopter une alimentation équilibrée pour soutenir ses défenses naturelles.

 

La vaccination contre la grippe saisonnière

Le vaccin antigrippal doit être renouvelé tous les ans. En effet, les virus de la grippe mutent régulièrement, ce qui explique que la composition du vaccin soit légèrement différente d’une année sur l’autre. De plus, la protection apportée par le vaccin ne dure que 6 à 8 mois.

La vaccination antigrippale est associée à une diminution de moitié du risque de grippe et de complications. On peut donc attraper la grippe en étant vacciné, mais sa sévérité sera considérablement amoindrie. Pour cette raison, se faire vacciner est indispensable aux personnes de santé fragile.

 

Qui doit se faire vacciner contre la grippe ?

La vaccination antigrippale s’adresse en priorité aux personnes âgées de plus de 65 ans, aux personnes atteintes de maladies chroniques, aux femmes enceintes, aux personnes obèses (chez qui la grippe semble plus grave), aux professionnels de santé et aux personnes travaillant sur des bateaux de croisière ou des avions.

Ce vaccin est pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie pour les personnes à risque qui reçoivent l’imprimé de prise en charge.

 

Comment se faire vacciner contre la grippe ?

Le dispositif de mise à disposition du vaccin a été simplifié : les adultes, à l’exception des femmes enceintes, qui ont déjà bénéficié d’un remboursement du vaccin antigrippal au cours des trois dernières années peuvent retirer le vaccin gratuitement à la pharmacie avec leur bon de prise en charge (reçu par la Poste), sans ordonnance préalable. Ils peuvent se faire vacciner par une infirmière sans prescription médicale.

Les autres personnes doivent consulter leur médecin traitant pour bénéficier du vaccin.

 

Pour en savoir plus

Devenez acteur de la surveillance de la Grippe avec Grippenet !
Le principe : participez à la surveillance de la grippe en France métropolitaine, de façon volontaire, anonyme et bénévole, quel que soit votre âge et votre état de santé : https://www.grippenet.fr/

 

« La grippe saisonnière », Santé Publique France, décembre 2016 : http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/grippes/index.asp

« Reconnaître la grippe saisonnière », Assurance Maladie, octobre 2017 : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/grippe-saisonniere/reconnaitre-grippe-saisonniere

 

 


Mangez des graines de lin !

Les graines sont une source naturelle de nutriments essentiels que nous devrions introduire dans nos menus. Aujourd’hui, on vous propose de découvrir pourquoi les graines de lin, c’est bon pour la santé.

 

Le lin

Le lin est une plante de la famille des linacées, dont il existe deux variétés : le lin jaune ou doré et le lin marron. Il est utilisé depuis des siècles dans l’industries textile, celle de la papeterie, en cosmétique et aussi dans l’alimentation.

 

Comment consommer les graines de lin ?

Il existe de nombreuses façons de consommer les graines de lin. L’huile de lin est utilisée en médecine comme laxatif et est particulièrement appréciée par les végétariens pour sa teneur en acides gras essentiels. Elle doit être consommée crue car elle ne supporte pas les fortes températures.

De plus, les graines peuvent être consommées en pâtisserie, en boulangerie, dans des sauces ou des pâtes et être ajoutées entières ou moulues aux aliments.

 

Les nutriments des graines de lin

  • Elles sont riches en acides gras Oméga 3, surtout en acide linoléique.
  • Elles sont une source importante d’antioxydants, grâce à leur teneur en lignane et en vitamine E.
  • Elles contiennent beaucoup de fibres, en particulier des mucilages, une fibre soluble dans l’eau.
  • Elles apportent des minéraux comme le magnésium, le sélénium, le phosphore, le fer, le potassium, le cuivre ou le zinc.
  • Elles contiennent des protéines de grande qualité.

 

Ses bienfaits sur l’organisme

  • Elles prennent soin de la peau et des tissus tout en évitant le vieillissement prématuré des cellules, grâce à leurs polyphénols antioxydants.
  • Elles favorisent le transit intestinal grâce à leurs fibres, ce qui évite les problèmes de constipation.
  • Elles protègent le système digestif, grâce à l’acide alpha-linoléique tout en réduisant l’inflammation et l’accumulation des résidus.
  • Elles protègent la santé cardiovasculaire, grâce à leur teneur en oméga 3 et à leurs fibres solubles, car elles évitent l’accumulation de cholestérol et favorisent son élimination de l’organisme.
  • Elles provoquent de la satiété, et sont donc recommandées lors des régimes amincissants.
  • Elles évitent l’augmentation de la glycémie dans le sang et sont donc bonnes pour les diabétiques, même s’il est toujours important de consulter un endocrinologue.
  • Elles ne contiennent pas de gluten et peuvent donc être consommées par les personnes céliaques.
  • Plusieurs études ont été conduites – dont celles réalisées par Jenny Chang-Claude du Centre de Recherche sur le Cancer en Allemagne – confirmant que les graines de lin aident à protéger l’organisme face à certains types de cancer, comme le cancer du sein, de la prostate ou du côlon, grâce à ses effets positifs sur le système digestif et à son influence sur l’équilibre hormonal (grâce aux lignanes).
  • Elles sont utilisées pour soulager les symptômes légers de la ménopause car elles atténuent les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes.

 

Il faut toutefois rappeler qu’il ne s’agit pas d’un médicament et qu’elles ne soignent aucune maladie. Elles doivent faire partie d’une vie saine et d’une alimentation équilibrée afin de pouvoir profiter de leurs bienfaits.

 

Contrindications

Des réactions allergiques à ces graines peuvent être observées, qu’elles soient consommées en poudre ou en huile. Leur consommation n’est pas non plus recommandée lors de la grossesse sans avoir consulté auparavant, car elles agissent sur les hormones et surtout sur les œstrogènes. Les graines de lin pourraient empêcher la bonne absorption de certains médicaments comme certains anti-coagulants ou antidiabétiques. Consultez votre médecin avant d’en consommer. Enfin, une consommation excessive de graines de lin pourrait provoquer des flatulences et du météorisme en plus d’avoir un effet laxatif dû à leur grande teneur en fibres.

 

Consultez un nutritionniste avant de consommer des graines si vous avez des doutes. Vous pourrez ainsi les inclure à vos menus en toute confiance.

 

Références :

  • Texte validé par le Dr. Trallero.
  • Linovita.es. Investigaciones científicas sobre el lino rico en omega 3.
  • Semillaslino.com. Beneficios y contraindicaciones de las semillas de lino.
  • Ecoagricultor.com. Lino o linaza: propiedades y cómo tomarlas.

L’électrostimulation, à quoi ça sert ?

L’électrostimulation musculaire est une technique utilisée par les sportifs pour la rééducation après des blessures mais également pour augmenter leur force musculaire. Fonctionne-t-elle vraiment ? Découvrez les pour et les contre de son utilisation.

 

De quoi s’agit-il ?

C’est une technique qui consiste à appliquer une décharge électrique sur un muscle précis afin de provoquer une contraction contrôlée. C’est une méthode thérapeutique car elle contrôle le travail des fibres musculaires dans un but précis : réparer les tissus endommagés, éviter les dégénérescences ou les traumatismes.

Le développement d’accessoires spéciaux équipés d’électrodes a permis de généraliser cette technique afin de lui permettre de stimuler plusieurs groupes musculaires en même temps, tout en contrôlant leur réaction avec un ordinateur.

 

  • Les fréquences les plus faibles sont utilisées pour détendre le muscle et soulager les douleurs.
  • Les fréquences allant jusqu’à 8 hertz permettent de libérer des endorphines et d’élever ainsi le seuil de douleur.
  • Jusqu’à 12 hertz, les séances produisent un léger massage et améliorent la circulation et l’oxygénation des tissus.
  • Une intensité jusqu’à 40 hertz permet de travailler les fibres musculaires de manière aérobique.
  • Lorsque l’on augmente jusqu’à 60 hertz, on arrive à travailler les fibres intermédiaires et on améliore la résistance.
  • Jusqu’à 80 hertz il s’agit de l’intensité utilisée pour travailler en force et pour favoriser le développement musculaire, car on active les fibres musculaires rapides.
  • L’intensité la plus haute, de 80 à 120 hertz, est utilisée par les professionnels qui combinent le sport à des séances d’électrothérapie qui leur permettent d’augmenter leur force et leur rapidité.

 

Les bienfaits de l’électrostimulation

Avec seulement 20 minutes par semaine, on obtient le tonus et la fermeté nécessaires à tous les groupes musculaires.

  • Il n’est pas impératif d’avoir suivi un entraînement physique au préalable, la technique pouvant même être très efficace sur les personnes âgées.
  • Elle ne nécessite aucun mouvement et peut donc être utilisée par les personnes à mobilité réduite.
  • Le risque de blessures est minime.
  • Elle permet d’équilibrer la force musculaire car elle peut être utilisée uniquement sur les parties les moins développées – pour une raison ou une autre – et ainsi vous permettre de stabiliser les muscles entre eux.
  • Le muscle dépense de l’énergie pendant ce processus et pendant sa récupération postérieure, ce qui peut vous aider à maintenir un poids
  • Vous devez faire une pause de 72 heures entre les séances afin de permettre la régénération des tendons.
  • L’intensité de la charge se régule au cas par cas, les objectifs étant propres à chacun.

Il ne s’agit pas ici de remplacer la pratique sportive. Comme nous vous l’avons toujours dit, le sport est votre meilleur allié pour rester en forme ou améliorer votre santé.

 

Les mythes et les contre-indications de l’électrostimulation musculaire

  • Elle ne vous permet pas de vous mettre en forme sans faire de sport. Cette technique seule ne remplace pas les heures consacrées à la pratique du sport. C’est une activité passive et un effort conscient est nécessaire pour un résultat optimal.
  • Elle n’est pas recommandée aux personnes ayant un pacemaker à cause des interférences des ondes électriques.
  • Elle n’est pas non plus recommandée aux personnes enceintes, car elle peut provoquer des contractions.
  • Les électrodes ne doivent pas être disposées sur des blessures car elles pourraient interférer dans la cicatrisation.
  • La stimulation nocturne peut provoquer des problèmes de sommeil.
  • A des intensités très élevées, des cas de rhabdomyolyse ont été détectés. Il s’agit d’une décomposition du tissu musculaire qui libère des substances nocives dans le sang.
  • Elle n’aide pas à perdre du poids. Vous aurez besoin d’adopter une bonne alimentation et de la combiner avec du sport.

 

Le sport et l’électrostimulation

Ces dernières années, la mode est à la combinaison des exercices conventionnels et de l’électrostimulation musculaire (EMS). Que ce soit de manière indépendante ou pendant la réalisation de différents exercices, grâce à un équipement spécial.

Les études quant à son efficacité ne sont pas concluantes mais nous estimons que l’EMS fonctionne – bien qu’il ne s’agisse pas d’une méthode miraculeuse – tant qu’elle est utilisée en complément et non comme une alternative à l’entraînement physique.

 

Notre conseil : avant d’essayer l’électrostimulation, demandez conseil à un professionnel de la médecine du sport, afin de savoir si vous pouvez utiliser cette technique.

 

Références :

  • Texte validé par le Dr. Trallero.
  • Men`s Health blog. Guillermo Alvarado. Entrenador personal y experto en fitness. Electroestimulación, riesgos y contraindicaciones.
  • Web consultas. Revista de salud y Bienestar. Electroestimulación muscular.
  • Harrison Sport Nutrición. S.L. Resultados de la electroestimulación.

Emmener quelqu’un à déjeuner

Comme le disait Bouddha, le bonheur se partage à l’infini. Les repas aussi, qui sont autant d’occasions de partager de bons moments et de faire la connaissance des autres. Et si vous êtes timides, vous pourrez toujours parler de la cuisine pour commencer la conversation !