7 bienfaits de la méditation de pleine conscience

Les pratiquants de la méditation sont de plus en plus nombreux, et petit à petit les médias s’emparent du sujet. La science, elle, n’est pas non plus en reste : entre 2006 et 2016, le nombre d’études scientifiques portant sur le sujet a été multiplié par 141 !

La mindfulness, ou méditation de pleine conscience, est un entraînement de l’esprit consistant à porter son attention sur le moment présent, de manière intentionnelle et sans jugement. Un peu comme faire du sport, mais pour le cerveau ;-).

Que vous soyez convaincu, simplement curieux ou encore sceptique, voici un petit aperçu des bénéfices de la mindfulness.

 

1.Réduire le stress et l’anxiété

Des recherches dans le domaine médical ont montré que la pratique régulière de la méditation pouvait améliorer la santé mentale2, aider à mieux réguler ses émotions3 et contribuer à réduire le stress et l'anxiété4 .

En effet, en méditant on apprend à se poser, et à se concentrer sur soi, en mettant un instant de côté tous les facteurs anxiogènes qui nous entourent. Le but n’est pas de faire comme s’ils n’existaient pas, mais bien de prendre de la hauteur pour les regarder avec un œil nouveau.

 

2. Développer ses capacités d’attention

En pratiquant la mindfulness, on apprend à remarquer que nos actions sont souvent effectuées en mode pilote automatique, sans y réfléchir. On peut alors apprendre à se concentrer sur une chose à la fois, sans être attrapé sans cesse par le va-et-vient de nos pensées, et ainsi réduire le mode multitâche et poser des intentions claires sur nos priorités.

D'après une étude de l'Institute for mindful leadership5, après 7 semaines de méditation, 2% des participants seulement éprouvaient des difficultés à se concentrer sur un projet (contre 28% auparavant). De plus, 75% d’entre eux arrivaient à être pleinement attentifs lors d'une réunion et 77% réussissaient à noter quand leur attention était partie et à la ramener à l'instant présent, contre seulement 29% avant.

 

3. Mieux gérer la douleur

Des programmes de mindfulness ont été développés pour aider à mieux vivre avec la douleur6, notamment à mieux l’accepter. Quand on sait que près d'un adulte Européen sur cinq et, qu’environ 12 millions de Français souffrent de douleurs chroniques et 2,6 millions de douleurs neuropathiques7, la méditation pourrait donc être bénéfique pour beaucoup !

 

4. Booster sa créativité

La mindfulness permet également d’aborder le changement au-delà de nos schémas habituels, et ainsi d’etre ainsi plus créatif. Daprès une étude publiée dans The Journal of Creative Behavior8, le fait de faire un exercice de méditation augmenterait le flux sanguin vers le cerveau et affecterait les ondes cérébrales, permettant de développer, à terme, une intelligence systémique et ainsi de gagner en clarté dans la résolution des problèmes complexes.

 

5. Un sommeil plus apaisé

D’après de récentes recherches9 (l’intérêt au sujet est encore très nouveau !), pratiquer la mindfulness en complément d’une thérapie cognitive comportementale permettrait de réduire le temps d’éveil nocturne et de diminuer l’état d’hypervigilance pendant la nuit. De quoi donner espoir aux 17 % des Français qui souffrent de trouble du sommeil !

 

6. Développer l’altruisme et le leadership

Si de nombreuses organisations décident de mettre en place des programmes de méditation de pleine conscience à l’échelle globale, c’est parce qu’aux bénéfices individuels s’ajoutent également des effets positifs au groupe.

Une étude10 a montré que les décideurs avaient une meilleure perception de leurs propres compétences après une formation de 12 semaines : vision partagée, intelligence morale, motivation... La mindfulness renforcerait donc les qualités de leadership.

 

7. Et pour les enfants aussi !

Les adultes ne sont pas les seuls à pouvoir profiter des bienfaits de cette pratique. En effet, de nombreuses recherches montrent également un effet positif de la méditation de pleine conscience sur les enfants et les adolescents. Parmi les bénéfices apportés par cette pratique, la méditation peut permettre aux enfants d’acquérir une meilleure compréhension de leurs schémas mentaux, et les aider à mieux accepter et gérer leurs émotions, développer de meilleures relations avec les autres ainsi qu’un meilleur retour au calme.

 

De meilleure capacité de concentration et d’acceptation des émotions, une amélioration du sommeil et une créativité favorisée : quelle que soit notre situation, la mindfulness a des bénéfices à nous apporter. Mais attention, pas de recette miracle, comme toute pratique, pour en ressentir les bénéfices, il faut pratiquer régulièrement et sur le long-terme.

Alors, quand vous y mettez-vous ? ;-) Découvrez les 8 séances gratuites du programme découverte de Petit BamBou, l’application de méditation n°1 en Europe.

 

 

1 Initiative Mindfulness France (2017). La Pleine conscience (Mindfulness) dans la société française : réalités et perspectives.

2 Chiesa A, Serretti A. Mindfulness-based stress reduction for stress management in healthy people: a review and meta-analysis. J Altern Complement Med. 2009 May;15(5):593-600.

3 Goldin, P. R., & Gross, J. J. (2010). Effects of mindfulness-based stress reduction (MBSR) on emotion regulation in social anxiety disorder. Emotion, 10(1), 83.

4 Wójcik, M., Boreński, G., Poleszak, J., Szabat, P., Szabat, M., & Milanowska, J. (2019). Meditation and its benefits. Journal of Education, Health and Sport, 9(9), 466-476.

5 Institute for mindful leadership (2011). Mindful Leadership at work, consulted on https://instituteformindfulleadership.org/research

6 Day, M. A., Jensen, M. P., Ehde, D. M., & Thorn, B. E. (2014). Toward a theoretical modelfor mindfulness-based pain management.The journal of pain,15(7), 691-70.

7 Société Française d’Étude et de Traitement de la douleur (2017), Livre Blanc de la douleur. État des lieux et propositions pour un système de santé éthique, moderne et citoyen.

8 Travis, F. (1979). The Transcendental Meditation technique andcreativity: A longitudinalstudy of Cornell University undergraduates. The Journal of Creative Behavior.

9 Vanhuffel, H., Rey, M., Lambert, I., Da Fonseca, D., & Bat-Pitault, F. (2017). Contribution ofmindfulness meditation in cognitive behavioral therapyfor insomnia.L’encephale,44(2),134-140.

10 Effect of meditation on self perception of leadership skills : a control group study of CEOs, A.D Amar, V. Hlupic, T. Tamwatin, 2014.


La COVID19 ouvre une nouvelle voie dans la lutte contre le cancer

Les progrès récents de l’immunothérapie contre le cancer ont montré qu’il est possible d’obtenir de puissantes réponses antitumorales en activant les cellules immunitaires spécifiques de l’antigène (appelées cellules T) de divers cancers. Cette activation est obtenue par inoculation d’ARNm, comme pour les vaccins contre la COVID19.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

La technologie de l’ARN messager est probablement l’innovation du futur, tout comme les thérapies ciblées et l’immunothérapie l’étaient il y a quelques années. Toutefois, les experts insistent sur le fait qu’il ne faut pas imaginer un vaccin à administrer à toute la population pour qu’elle ne développe pas la maladie.

 

Malgré les énormes progrès réalisés au cours de la dernière décennie, les cancers de nombreux patients ne répondent que partiellement ou pas du tout à ces thérapies anticancéreuses. Le défi n’est pas de trouver une injection « miracle », mais de compléter l’arsenal thérapeutique. Cela est particulièrement vrai pour les patients dont la maladie ne répond pas aux premiers traitements.

 

L’une des approches consiste à administrer un vaccin contre le cancer codifiant des protéines contenant des mutations trouvées dans leur cancer, c’est-à-dire à créer un vaccin contre le cancer personnalisé composé d’antigènes uniques de la tumeur du patient. Il s’agit d’un vaccin personnalisé et spécifique au patient, destiné à renforcer la réponse immunitaire de ce dernier.

 

L’essentiel, comme dans le cas du coronavirus, est de bien connaître la cible à atteindre. Elle est suivie par l’identification des antigènes des tumeurs (séquençage génétique). Ainsi, grâce à l’ARN messager, nous pouvons imaginer de vacciner contre la protéine du cancer.

 

Le messager pourrait être transporté jusqu’à sa destination - c’est-à-dire jusqu’à la cellule – à travers une capsule de nanoparticules. Les nanovaccins libérés peuvent protéger l’ARNm de la dégradation et conférer une capacité d’administration ciblée aux ganglions lymphatiques.

 

De fait, un hydrogel est en train d’être mis au point. Lorsqu’il est injecté à des souris atteintes d’un mélanome, il libère lentement des nanovaccins à base d’ARN qui réduisent les tumeurs et les empêchent de former des métastases, d’après la publication d’un groupe de scientifiques chinois dans la revue Nano Letters.

 

Pour que des maladies comme le cancer se développent et se propagent dans l’organisme, le système immunitaire doit les ignorer. Et cela se produit parce que les cellules cancéreuses parviennent normalement à se cacher. C’est là qu’intervient le vaccin à ARNm, qui aide l’organisme à détecter les cellules qui apprennent à se cacher et à les éliminer.

 

La « révolution silencieuse »

La technologie de l’ARNm a été qualifiée de révolution silencieuse. Des chercheurs du monde entier ont assuré que cette technologie restera dans les mémoires comme l’une des inventions scientifiques les plus importantes de ces dernières décennies.

 

Une trentaine d’essais ont déjà commencé dans le monde. En mars, les directeurs de BioNTech, le laboratoire qui a mis au point le premier vaccin contre le choléra avec Pfizer, ont révélé qu’ils travaillaient à la mise au point de plusieurs procédures contre le cancer. Les experts estiment que ces progrès pourraient atteindre la population dans quelques années.

 

Le potentiel de l’ARNm réside non seulement dans le développement de traitements contre le cancer, mais aussi dans de nombreuses autres maladies. La sclérose en plaques, la tuberculose, le paludisme et même la grippe saisonnière pourraient être traités par ce type d’inoculations.

 

Moderna teste déjà 20 médicaments basés sur la technologie de l’ARNm, notamment contre le Zika, contre une grave infection virale appelée cytomégalovirus (CMV), contre le virus respiratoire syncytial et se concentre sur « l’amélioration » du vaccin actuel contre la grippe.

 

Sources :

 

 

  • Alec W. Freyn, tal. A Multi-Targeting, Nucleoside-Modified mRNA Influenza Virus Vaccine Provides Broad Protection in Mice, Molecular Therapy, Volume 28, Issue 7, 2020, Pages 1569-1584, https://doi.org/10.1016/j.ymthe.2020.04.018

 

  • Moderna TX The Science and Fundamentals of mRNA Technology