Donner pour recevoir

Avez-vous pensé à donner aujourd’hui ? Un acte de pure gentillesse, qu’il soit petit ou conséquent, n’apporte que du bonheur à la personne qui le reçoit. La satisfaction d’un sourire en retour n’en est que plus grande. Que vous donniez de votre temps à un proche, un inconnu, que ce don prenne la forme d’un sourire, ou d’un bien matériel, vous ressentirez une grande satisfaction et n’en serez que plus heureux ! Envers qui serez-vous généreux aujourd’hui ?


Candidose : symptômes et prévention

 

La candidose est une affection cutanée causée par un champignon du type Candida qui peut affecter plusieurs parties du corps. Elle peut survenir lorsque notre système immunitaire est affaibli. Nous vous expliquons les principaux symptômes et comment la prévenir.

 

 

Qu’est-ce que la candidose ?

 

Il existe de nombreux types de champignons qui habitent le corps humain. L’un d’eux s’appelle Candida, un type de levure qui vit normalement en petites quantités dans des zones telles que la bouche, la région génitale ou la peau sans causer de problèmes.

 

Notre corps fonctionne comme un écosystème diversifié. Quand tous les membres du système s’équilibrent en faveur des bonnes bactéries, tout va bien. Cependant, si notre système immunitaire est affaibli, l’équilibre des « bonnes » et des « mauvaises » bactéries dans notre corps peut changer.

 

Ceci permet au champignon Candida de croître hors de contrôle et de se multiplier. Cela provoque une infection appelée candidose, la plus fréquente étant causée par le Candida albicans. Bien que la plupart des infections fongiques ne soient pas contagieuses.

 

Certains des facteurs qui peuvent favoriser la croissance de Candida sont :

 

- La prise d’antibiotiques.

- Une alimentation riche en sucre et en glucides raffinés.

- Un système immunitaire affaibli.

- La prise de contraceptifs oraux.

- Le diabète

- Des niveaux élevés de stress.

 

Les types de candidose et les symptômes

 

Nous pouvons parler de différents types de candidoses selon la zone du corps qu’elle touche :

 

- Candidose buccale : elle se développe dans la bouche ou la gorge. Elle peut causer des taches blanches (langue, palais et autour des lèvres) et une perte de goût et des douleurs au moment de manger. Des zones de peau craquelées, rouges et humides peuvent également apparaître à la commissure des lèvres.

 

- Candidose vaginale : elle provoque habituellement des démangeaisons, des douleurs pendant les rapports sexuels, de l’inconfort en urinant et des pertes vaginales anormales.

 

- Candidose cutanée : elle peut survenir n’importe où sur le corps, mais surtout dans les plis chauds du corps où il y a friction (aisselles, aine, bords des doigts ou des ongles des orteils). Elle se présente généralement sous la forme d’une éruption rougeâtre accompagnée de démangeaisons intenses. Occasionnellement, des ampoules apparaissent également.

 

- Candidose profonde : les champignons contaminent la circulation sanguine et se propagent dans tout le corps. Ils provoquent une infection grave qui affecte souvent les personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli. Elle peut causer plusieurs symptômes, y compris de la fièvre, un choc et la défaillance de plusieurs organes.

 

 

Diagnostic et traitement de la candidose

 

Afin de diagnostiquer la candidose, on effectue un examen direct (observation de l’apparition de taches et d’aphtes), un autre examen microscopique des tissus affectés, une culture d’urine et d’autres études complémentaires.

 

Le traitement consiste en la prise de :

 

- Médicaments antifongiques : utilisés pour traiter les personnes en bonne santé atteintes de candidose orale, cutanée ou d’infections vaginales. Ils sont administrés par voie locale  (crèmes ou onguents), orale (pilules) ou intraveineuse. Dans le cas d’une candidose muco-cutanée, un traitement local par des préparations topiques est habituellement administré, qui, dans certains cas, peut être complété par un traitement oral.

 

- Probiotiques : lorsque les traitements appliqués ne sont pas efficaces, plusieurs études (dont celle publiée dans PubMed) ont démontré l’efficacité de la consommation de probiotiques pour réduire la récurrence de la candidose et améliorer la récupération. Plus précisément, les probiotiques aident à équilibrer les bactéries et les champignons et favorisent également l’immunité.

 

Une fois le traitement commencé, les symptômes disparaissent ou diminuent généralement dans les 2 à 4 jours. Pour les infections plus graves, une thérapie intraveineuse est utilisée, qui peut durer entre 14 et 21 jours.

 

Comment prévenir la candidose ?

 

Une bonne hygiène et une bonne santé préviennent l’invasion de la peau et des muqueuses par le Candida. Nous devons :

 

- Bien sécher la peau et les plis : il est important de garder la peau aussi sèche que possible, surtout après la douche.

 

- Maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire : pour prévenir la candidose orale, il faut bien se brosser les dents plusieurs fois par jour.

 

- Porter des vêtements appropriés : en cas de candidose vaginale, il est conseillé de porter des sous-vêtements en coton, qui ne soient pas trop serrés, pour éviter une irritation de la peau. Si nous allons à la plage ou à la piscine, nous devons éviter de rester avec le maillot de bain mouillé.

 

- Restreindre l’utilisation des antibiotiques : en plus de l’hygiène, il est très important de minimiser l’utilisation d’antibiotiques à large spectre en cas de candidose vaginale.

 

- Suivre une alimentation adaptée : réduisez votre consommation d’alcool, de sucres et de glucides. Les sucres, les farines fermentées et les pâtisseries augmentent la quantité de champignons présents dans l’organisme.

 

Par conséquent, la prévention est essentielle pour prévenir la candidose et l’alimentation joue un rôle fondamental. Nous vous invitons à avoir une alimentation équilibrée et à consulter votre médecin si vous pensez souffrir de cette infection.

 

Sources :

 

 


Tapas light : faciles à préparer et très saines

 

Le tapeo est une coutume très en vogue en Espagne et bien connue à l’extérieur. L’offre est très large. Nous vous invitons à préparer de délicieuses tapas chez vous et à les déguster sans négliger votre ligne. C’est beaucoup plus facile que vous ne l’imaginez si vous suivez ces directives simples.

 

 

 

Les tapas, ces petites bouchées que l’on mange avec les doigts, sont synonymes de l’été. Toutefois, trop souvent nous utilisons le beau temps et les vacances comme excuse pour faire des choix alimentaires malsains.

 

Cette période de l’année nous apporte également des aliments frais de saison qui sont très nutritifs et bénéfiques pour notre corps. Ainsi, durant cette période estivale, nous n’avons pas à renoncer à savourer ces petits délices. Il existe de nombreuses façons de créer une collation saine.

 

Les types de tapas

 

Lorsqu’il s’agit de manger des tapas, toute une gamme de possibilités s’offre à nous. Il existe autant de recettes que de goûts. Pour concevoir un petit délice nutritif et sain, nous éviterons d’inclure dans notre recette toutes sortes d’aliments gras et de sauces. Au contraire, nous travaillerons avec des légumes frais, du poisson et des fruits de mer.

 

Voici quelques associations à tester chez vous :

 

  1. Tapas froides, faciles et saines

 

- Moules en vinaigrette. Bien nettoyer 12 moules et les mettre dans une casserole avec de l’eau. Les laisser bouillir jusqu’à ce qu’elles s’ouvrent avec la vapeur. Lorsqu’elles sont ouvertes, les retirer et bien les égoutter. Couper ensuite 1 oignon et 2 poivrons en petits morceaux. Les ajouter aux moules froides avec un peu de sel, un peu d’huile d’olive et du vinaigre.

 

 

- Mini toasts à l’avocat. Peler 1 avocat et le couper en petits dés. Laver 1 tomate et la couper en petits dés. Trancher plusieurs petites olives. Enfin, mélanger ces ingrédients et les déposer sur de petits toasts (ronds ou carrés).

 

 

- Tomates farcies au guacamole. Couper le dessus de 2 tomates. À l’aide d’une cuillère, retirer délicatement la pulpe de l’intérieur en laissant la peau. Dans un bol moyen, écraser 1 avocat, ajouter la pulpe des tomates que nous avons préalablement enlevée. Ajouter également 1 oignon émincé, de la coriandre hachée, du jus de citron, de l’ail et du sel. Farcir les tomates de ce mélange et vos tomates sont prêtes.

 

 

- Palourdes aux asperges vertes. Dans une poêle pocher 1 oignon et 1 gousse d’ail hachée. Une fois tendres, ajouter 250 grammes de palourdes et du persil finement haché. Dans une autre poêle, faire frire la moitié d’une botte d’asperges vertes coupées en morceaux. Lorsqu’elles sont tendres, les ajouter aux palourdes.

 

 

 

  1. Tapas créatives et saines

 

- Oreillons d’abricot. Recouvrir 4 abricots (chacun d’eux) d’un peu de fromage bleu émietté. Saupoudrer de pistaches hachées et légèrement écrasées. Enfin, recouvrez d’un filet de miel.

 

- Champignons à l’oignon. Emincer finement 1 oignon et le faire dorer. Nettoyer 300 grammes de champignons et les faire revenir avec un peu d’huile. Quand ils ont perdu toute l’eau, ajouter l’oignon, le sel et le poivre. Recouvrir les tranches avec les champignons. Vous pouvez les accompagner d’une tranche de pain complet, préalablement grillée.

 

 

 

- Saumon fumé et radis. Couper plusieurs tranches de radis, qui serviront de lit ou d’assiette. Recouvrir chaque tranche de saumon fumé, d’une cuillère à soupe de crème à l’aneth et d’une petite branche d’aneth frais.

 

 

- Brochette de tomate cerise et crevettes. Mettre un peu d’huile sur une plancha et faire dorer 24 crevettes. Laver et couper 2 tomates en deux. On peut assembler la brochette en alternant une crevette, un morceau de tomate et quelques petits oignons.

 

 

Pendant l’été, il est possible de continuer à bien manger sans avoir à se compliquer la vie dans la cuisine. Les options sont nombreuses et variées. Tout dépendra de notre désir de cuisiner, de nos goûts ou de ceux de nos convives et de nos préférences culinaires. Et, si nous le combinons avec de l’exercice régulier, les bienfaits pour notre organisme se multiplieront.

 

Sources :

 

  • Instituto Médico Europeo de la Obesidad (IMEO)
  • Eating Well

 


L’importance du silence et ses bienfaits pour notre santé

 

Nous vivons dans un monde plein de bruits et il est souvent difficile de trouver des moments de silence. Mais ceci est important parce que la tranquillité offerte par le silence affecte notre santé intérieure et notre bien-être interne. Nous vous expliquons les bienfaits du silence et comment en profiter.

 

 

Nous vivons dans une constante agitation. Le bruit nous entoure et c’est un compagnon de vie qui ne nous abandonne jamais. De fait, en 2011, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a conclu qu’environ 340 millions de personnes en Europe occidentale perdaient chaque année des années de vie saine à cause du bruit.

 

Et l’OMS ajoute un autre fait. 40 % de la population européenne est exposée à des niveaux de bruit supérieurs à 55dB la nuit. Ce sont des niveaux qui altèrent le sommeil, la concentration et la productivité, augmentent la tension artérielle et l’incidence des maladies cardiaques. Le niveau de bruit a atteint des niveaux si élevés que le silence peut parfois sembler étrange.

 

Qu’est-ce que le silence ?

 

Le silence signifie apaiser notre environnement et notre esprit, il nous permet d’écouter, nous donne de l’espace pour penser et nourrir notre esprit. Nous le cherchons pour essayer de trouver un peu de paix et réduire le stress. Pourtant, nous sommes tellement habitués au son et au bruit que seulement quelques secondes de silence nous semblent étranges et inconfortables.

 

Aujourd’hui, le silence est devenu un objet d’étude dans la communauté scientifique. La curiosité au sujet de son impact sur le cerveau et la santé en général s’est accrue.

 

Les bienfaits du silence

 

La santé physique générale et le bien-être s’améliorent avec le silence. Nos oreilles se reposent. Mais les avantages de créer des espaces ou des environnements sans bruit ne s’arrêtent pas là :

 

- Il réduit le stress. La réduction du taux de cortisol dans le sang et l’adrénaline nous permet de nous détendre davantage et de réduire la fatigue. Selon une étude publiée dans la revue Heart en 2006, deux minutes de silence soulagent les tensions du corps et du cerveau. Les experts ont attribué ce phénomène à des modifications de la tension artérielle et de la circulation sanguine dans le cerveau.

 

- Il est bénéfique pour la chimie du cerveau. Deux heures de silence pourraient créer de nouvelles cellules dans la région de l’hippocampe, une zone du cerveau liée à l’apprentissage, au souvenir et aux émotions, selon une étude publiée dans Brain Structure and Functions.

 

- Il améliore le sommeil et diminue l’insomnie. La recherche de cycles de silence tout au long de la journée favorise le sommeil. D’où l’importance de se détendre avant de se coucher.

 

- Il réduit le risque de maladie cardiaque. De nombreuses études ont établi un lien entre le bruit et l’augmentation des maladies cardiaques. L’OMS en est venue à comparer la pollution sonore comme un « fléau moderne ».

 

- Il augmente la créativité et l’apprentissage. Le silence nous aide à restaurer les ressources cognitives, nous permet d’être calmes et réfléchis et augmente notre créativité. Nous pouvons penser et réfléchir plus profondément, en tirant parti d’émotions et d’idées que nous n’aurions pas autrement.

 

 

 

 

Comment pratiquer le silence ?

 

Pratiquer le silence est facile. Voici quelques méthodes qui nous permettront de le trouver :

 

- Marcher dans la nature : marcher en silence peut nous aider à être plus en harmonie avec la nature et permet à notre esprit de prendre un repos tranquille.

 

- Réaliser des exercices de respiration profonde : cela aidera à calmer l’esprit.

 

- Rester au lit 5 minutes de plus avant de se lever : nous pouvons profiter de ce temps pour nous réveiller petit à petit, en profitant du silence.

 

- Méditer : nous pouvons réaliser cette pratique comme nous le souhaitons. Cela nous aidera à nous habituer à voir les pensées en silence.

 

Pour commencer, cinq minutes de silence par jour suffisent. Par la suite, ces périodes peuvent être prolongées le matin ou le soir, en mettant le téléphone sur silence et en éteignant les appareils électroniques. Bref, nous devons apprendre à apprécier, à respirer, à nous détendre... Trouver ces moments de silence comme une forme d’auto-soin.

 

« La parole est d’argent, mais le silence est d’or », Muhsin Al-Ramli.

 

Sources :

 

  • Organización Mundial de la Salud (OMS)
  • Psychology Today
  • Brain Structure and Functions
  • Revista Heart

 


Conseils pour faire le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

 

Le Chemin de Saint-Jacques est l’un des plus anciens chemins de pèlerinage au monde aujourd’hui. Quelle que soit votre motivation, le plus important est d’être bien préparé et de vous amuser. Nous vous expliquons comment vous entraîner et quels sont les équipements essentiels.

 

 

Faire le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

 

Les motivations pour faire le Chemin de Saint-Jacques peuvent être religieuses, personnelles ou une combinaison des deux. Quelles qu’elles soient, ce pèlerinage se transforme toujours en une expérience de vie, de dépassement ou simplement de déconnexion de la routine quotidienne.

 

En effet, parcourir un chemin de douze siècles d’histoire conduit à une « conjonction de sacrifice et de récompense personnelle qui transforme ceux qui en font l’expérience », selon le site officiel du Chemin de Saint-Jacques. C’est peut-être pour cette raison que des milliers de pèlerins s’y rendent chaque année. La plupart d’entre eux le font à pied, mais il y a aussi des gens qui le font à vélo ou même à cheval.

 

Comment se préparer pour le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle ?

 

Le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle doit être une activité agréable, qui nous permette de profiter de tout ce qu’il signifie : paysage, philosophie, amitiés... Pour y parvenir, il convient de se préparer physiquement. Voici quelques conseils :

 

- Faire des marches environ trois mois à l’avance. Nous commencerons par de courtes randonnées que nous allongerons au fur et à mesure. Les sorties doivent inclure toutes sortes de parcours pour s’habituer à l’irrégularité du terrain. Nous commencerons par faire quelques kilomètres et nous augmenterons petit à petit jusqu’à arriver à en faire 25, ce qui représente environ une étape.

 

- Habituer le corps au poids du sac à dos. Nous pouvons réaliser les dernières sorties de l’entraînement avec un sac à dos chargé. Cela nous permettra de nous habituer au poids que nous devrons porter chaque jour lorsque nous ferons le Chemin.

 

- Préparer les étapes. Avant de partir, il est important de faire une prévision en fonction des auberges pour nous assurer un lit. Cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas improviser et avancer ou retarder une étape si un événement imprévu survient.

 

- Choisissez votre parcours. Il existe plusieurs options, le Chemin Primitif de Saint Jacques, le Français, le Portugais, celui du Nord...

 

Pour beaucoup, le véritable entraînement est celui qui se fait sur le Chemin. Mais n’oublions pas qu’il ne s’agit pas d’une simple randonnée, mais d’un parcours qui nécessite une préparation physique minimale. La préparation nous évitera des problèmes tels que des entorses à la cheville.

 

Que faut-il emporter pour le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle ?

 

Selon la période de l’année où nous faisons le Chemin de Saint-Jacques, nous aurons certains besoins. Toutefois, il y a un équipement de base et essentiel :

 

- Sac à dos. Il doit s’adapter à notre corps, avec des compartiments d’accès rapide et des fermetures à la taille et à la poitrine. Il est conseillé que la charge maximale du sac à dos ne dépasse pas 10 % de notre poids corporel.

 

- Bottes ou chaussures de trekking. Il est important d’utiliser les chaussures avant pour éviter les frottements ou les brûlures sur la plante des pieds. Elles doivent être souples et stables, car nous marcherons sur l’asphalte, les pistes forestières, la boue, le gravier... Si nous voulons plus de soutien au niveau des pieds, il est conseillé d’utiliser des bottines. Cela nous aidera aussi à connaître notre façon de marcher, c’est-à-dire si nous sommes supinateurs ou pronateurs.

 

- Sac de couchage et tapis. Même si nous allons dormir dans des auberges, le tapis peut être utilisé pour nous reposer sur le chemin ou comme oreiller. Le sac de couchage n’a pas besoin d’être très épais si nous allons dormir dans des auberges.

 

- Imperméable. Il sera plus mince ou plus épais selon la période de l’année. Il peut être utilisé pour la pluie ou comme coupe-vent. L’avantage de ce type de vêtement est qu’une fois plié, il prend très peu de place.

 

- Tongs. Après une journée de marche, il est essentiel de se reposer les pieds. Nous pourrons les utiliser une fois la journée terminée.

 

- Casquette ou chapeau. Il est important de protéger notre visage des rayons du soleil.

 

- Bâtons de marche. Ils nous faciliteront la marche et nous aideront dans les pentes ou dans les descentes.

 

- Jersey ou polaire. Même si nous allons faire le Chemin en été, nous devons prévoir un jour de mauvais temps. Les polaires prennent peu de place et nous protègent du froid.

 

- Vêtements thermiques. Les pantalons et les tee-shirts doivent être peu encombrants, faciles à laver et rapides à sécher. Les vêtements thermiques sont une très bonne option, tout comme les pantalons amovibles. De plus, nous emporterons trois ou quatre paires de chaussettes (il est important de les garder au sec pour éviter les ampoules).

 

- Serviette en microfibre. Elles prennent peu de place et nous seront utiles après la douche.

 

- Articles d’hygiène. Dentifrice, brosse à dents, shampooing et savon pour laver le linge.

 

- Eau. Nous prendrons une gourde d’une capacité d’au moins un litre. Il est très important de rester hydraté tout au long du Chemin.

 

- Accréditation pour dormir dans les auberges, carte d’identité et carte vitale. L’accréditation est indispensable si nous voulons passer la nuit dans l’une des auberges du Réseau Public d’Auberges du Chemin de Saint-Jacques en Galice. Elle est aussi nécessaire pour demander la Compostelle à la fin du pèlerinage, à condition que nous ayons parcouru 100 kilomètres.

 

- Petite trousse de premiers soins. Analgésiques, pansements pour les ampoules et les plaies, antiseptique ou désinfectant, gazes stériles, bandages, sparadrap, antidiarrhéiques, antihistaminiques oraux…

 

Rappelez-vous que même le plus long voyage commence par un premier pas. Comme le disent les pèlerins : « Bon voyage ! ».

 


S’étirer le dos, une vraie bonne idée !

Prenez le temps d’étirer votre dos en cette nouvelle semaine, les bienfaits s’en feront immédiatement ressentir. Avec nos modes de vie ultra sédentaire, que ce soit au bureau ou à la maison, notre dos supporte mauvaises postures et tensions au quotidien. Prendre le temps, assis droit sur sa chaise, d’effectuer une torsion dorsale vous permet de relâcher les tensions et de vous accorder un court moment de relaxation. Votre dos vous en remerciera !


Le syndrome de la classe économique : de quoi s’agit-il et comment le prévenir ?

 

Le syndrome de la classe économique est un trouble cardiovasculaire qui peut apparaître après avoir passé une longue période assise sans bouger. Cela ralentit la circulation sanguine et augmente donc le risque de thrombose veineuse. Nous vous expliquons ce syndrome et comment l’éviter.

 

 

Les vacances d’été nous permettent de voyager dans des endroits lointains. Les vols s’allongent. Et, lors de la planification du voyage, la première chose qui nous vient à l’esprit est de savoir comment surmonter le décalage horaire. Mais le déroulement du voyage a aussi son importance. Rester assis pendant quatre heures (et même huit ou dix heures) sans bouger peut nous mener à souffrir du syndrome de la classe économique (aussi connu sous le nom de thrombose veineuse profonde).

 

Qu’est-ce que le syndrome de la classe économique ?

 

Le syndrome de la classe économique tire son nom de l’espace restreint que de nombreuses compagnies aériennes laissent entre les sièges sur les vols commerciaux, ce qui rend les déplacements des passagers difficiles. Cependant, ce terme a été abandonné pour un terme plus précis : le syndrome du voyageur. Il existe également un risque lors de voyages prolongés dans d’autres moyens de transport qui ne sont pas aériens.

 

Le problème réside dans la difficulté du sang à retourner vers le cœur. Ceci force son accumulation dans les veines des jambes, avec le risque de former un caillot qui, s’il entre dans la circulation sanguine, peut produire une thrombose veineuse.

 

Ce syndrome affecte principalement les passagers présentant d’autres facteurs de risque thrombotiques (chirurgies, obésité, patients ayant déjà souffert d’une maladie thromboembolique veineuse...). L’incidence dépend du type et de la durée du voyage et des facteurs de risque individuels. Tout voyage prolongé multiplie le risque de thrombose veineuse par 2 ou 3.

 

Les symptômes du syndrome de la classe économique

 

Les symptômes de la thrombose veineuse profonde incluent :

 

- Gonflement de la jambe affectée (il n’est pas courant que les deux enflent en même temps)

- Douleur dans la jambe : une sorte de crampe au mollet apparaît habituellement.

- Rougeurs ou taches sur la peau.

- Sensation de chaleur.

Une thrombose veineuse profonde peut survenir sans symptômes apparents. Néanmoins, certains signes peuvent révéler la présence d’une embolie pulmonaire :

 

- Difficulté à respirer soudaine.

- Douleur ou inconfort dans la poitrine.

- Étourdissement ou évanouissement.

- Pouls rapide.

Dans ces cas, il est très important de consulter immédiatement un médecin.

 

Comment prévenir le syndrome de la classe économique ?

 

Les mesures de prévention comprennent :

 

- Éviter la déshydratation en buvant beaucoup d’eau.

- Ne pas boire d’alcool et ne pas fumer.

- Éviter les tranquillisants.

- Étirer les jambes et se lever toutes les heures ou toutes les deux heures.

- Essayer de ne pas croiser les jambes en position assise.

- Masser doucement les jambes.

- Éviter les vêtements serrés ou qui exercent une pression sur une partie du corps (chaussettes, ceintures...).

Traitement du syndrome de la classe économique

 

L’un des problèmes de la thrombose veineuse est que la plupart des caillots ne produisent pas de symptômes, d’où la difficulté du diagnostic. Elle peut apparaître plusieurs jours après le voyage et des cas d’embolie ont également été détectés après l’arrivée à l’aéroport.

 

Le but du traitement est d’éviter que le caillot n’augmente en taille, ne soit libéré et ne provoque une embolie pulmonaire. Il s’agit du même traitement que celui de la maladie thromboembolique, l’anticoagulation :

 

- Anticoagulants. Ces médicaments diminuent la capacité du sang à former des caillots. Bien qu’ils ne dissolvent pas les caillots existants, ils peuvent les empêcher d’augmenter en taille et que de nouveaux se forment.

 

- Destructeurs de caillots. Le médecin peut vous prescrire des médicaments qui dissolvent rapidement les caillots. Ces médicaments sont administrés par voie intraveineuse pour dissoudre les caillots ou par un cathéter. Ce traitement est réservé aux cas sévères.

 

Lorsque vous entreprenez un long voyage, pensez à ne pas rester immobile pendant de longues heures, surtout si vous avez un facteur de risque. Et consultez votre médecin chaque fois que vous avez des doutes.

 

Sources :

 

  • Mayo Clinic

 


5 recettes fraîches pour l’été

Les températures élevées influencent la façon dont nous nous nourrissons. La chaleur nous invite à nous hydrater davantage et les fruits et légumes de saison nous apporteront l’hydratation nécessaire ainsi que des nutriments de qualité. Nous vous proposons plusieurs recettes délicieuses, rapides à préparer, économiques et surtout saines.

 

Que manger en été ?

 

Les changements de saison s’accompagnent de réajustements dans les habitudes alimentaires. En été, les températures élevées font perdre plus d’eau à l’organisme et le risque de déshydratation augmente.

 

Notre corps a besoin d’une plus grande quantité d’eau, il est donc conseillé de miser sur les fruits et légumes de saison. Ils nous aideront à maintenir les niveaux d’énergie et d’hydratation dont nous avons besoin.

 

Les principaux fruits riches en eau et en minéraux correspondants à la saison estivale sont la pastèque, la pêche, le melon, les oranges et les tomates. Du côté des légumes nous trouvons le céleri, la laitue, les épinards, le concombre ou la courgette. Tous ces aliments nous aideront à :

 

- Rafraîchir le corps.

- Combattre la chaleur des mois les plus chauds.

- Avoir une alimentation saine.

- Garder un poids sain.

 

Recettes estivales faciles

 

Les options pour créer des plats d’été délicieux et nutritifs sont variées. Nous avons juste besoin d’un peu de temps et d’habileté pour bien associer les différents ingrédients. Le résultat sera exquis et très agréable. Faites le test avec les cinq plats faciles que nous vous expliquons ci-dessous :

 

  1. Crème froide de courgettes :
  • Nettoyez 1 courgette et coupez-la en gros morceaux sans la peler.
  • Epluchez 1 oignon et coupez-le en petits morceaux et 1 pomme de terre en rondelles.
  • Placez la pomme de terre dans une casserole avec de l’eau et un peu de lait et faites-la cuire pendant 15 minutes.
  • Ajoutez la courgette et 2 morceaux de fromage au mélange.
  • Faites cuire le tout pendant 10 minutes. Vous pouvez ajouter un peu de poivre et de muscade.
  • Une fois cuit, mixez jusqu’à obtenir une purée très fine.

 

 

 

 

 

 

  1. Gaspacho :
  • Choisissez 1 tomate rouge et mûre qui donnera au gaspacho sa couleur rouge orangé caractéristique. Coupez-la en morceaux et ajoutez-y l’huile d’olive. Elle lui donnera une saveur intense.
  • Ajoutez du vinaigre (la quantité dépendra du goût de chacun).
  • Ajoutez d’autres légumes comme du poivron, du concombre et de l’ail et, si vous le souhaitez de l’oignon. Faites selon vos goûts.
  • Ajoutez de l’eau, du sel et du pain émietté, pour lui donner de la consistance.
  • Mélangez bien le tout et mixez. Vous pouvez passer le mélange dans un chinois jusqu’à l’obtention d’une texture homogène.
  • Servez bien froid.

 

 

 

 

 

  1. Salade de lentilles aux tomates, oignons et poivrons
  • Faites cuire 225 g de lentilles à feu doux pendant 25 minutes. Egouttez-les et laissez-les refroidir.
  • Epluchez 1 oignon et coupez-le en julienne.
  • Lavez 2 tomates et coupez-les en dés.
  • Lavez 2 poivrons (un rouge et un vert), retirez les graines et coupez-les en cubes.
  • Mélangez les lentilles avec tous ces légumes et ajoutez le sel, le poivre noir, un peu de vinaigre et l’huile d’olive. Vous pouvez également ajouter un peu de persil.

 

 

 

 

 

 

  1. Cassolette de tomates et haricots verts
  • Faites cuire 300 g de haricots avec 2 pommes de terre moyennes, pelées et coupées en cubes.
  • Hachez 1 gousse d’ail et 1 oignon et pochez le tout dans une poêle pendant quelques minutes. Remuez de temps en temps et ajoutez 1 tomate coupée en dés.
  • Ajoutez ces légumes dans la casserole où se trouvent les haricots et les pommes de terre. Faites cuire quelques minutes pour que les arômes se mélangent bien.

 

 

 

 

 

 

 

  1. Salade de fruits au jus d’orange
  • Pelez et coupez en très petits morceaux 1 banane, 1 portion de melon, 1 pomme, 1 kiwi, 1 pêche et 3 fraises.
  • Pressez 2 oranges et mélangez le jus avec les morceaux de fruits.
  • Servez bien frais.

 

 

 

 

 

Comme vous pouvez le constater, l’été nous offre une vaste gamme d’aliments rafraîchissants pour créer des recettes savoureuses. Profitons de la gastronomie estivale tout en hydratant notre corps et en lui offrant des nutriments de qualité. Et si nous complétons cela par de l’exercice en plein air, les bienfaits se multiplient. Croquez l’été à pleines dents !

 

Sources :

 

  • Best Health Magazine
  • Eatingwell

 


Choisir les bonnes lunettes et lentilles de contact

 

Environ la moitié de la population souffre de problèmes de vue. Bien que la médecine n’ait pas encore trouvé le moyen de prévenir la détérioration naturelle de la vue, les lunettes et les lentilles de contact permettent à presque tout le monde de voir plus clairement.

 

La grande variété d’options que le marché offre aujourd’hui nous permet d’apporter une solution aux problèmes de vue de la façon qui nous plaît le plus. Bien que les conseils de l’opticien ou de l’ophtalmologiste soient essentiels pour prendre la meilleure décision.

 

Pour bien commencer, vous devriez consulter au moins une fois par an. Avoir une bonne vue vous permettra d’avoir une meilleure qualité de vie. De même, il est nécessaire de connaître les problèmes liés à l’utilisation de l’un ou l’autre système, notamment dans le cas des lentilles de contact, pour éviter d’éventuelles maladies.

 

Les lentilles de contact sont généralement recommandées pour de courtes périodes de temps, car elles peuvent fatiguer vos yeux ou lorsque les lunettes risquent de se tacher ou de se casser. Mais les lunettes et les lentilles de contact peuvent être utilisées à tout moment et de manière complémentaire sans aucun problème.

 

Les lunettes, un classique pour presque toutes les occasions

Les lunettes sont la solution la plus courante et la plus efficace pour corriger un problème de vue. Elles sont utilisées depuis le XIIIe siècle.

 

Avantages : elles sont faciles à porter, les montures et les verres correcteurs modernes les rendent très confortables. Les verres en matériau organique à indice de réfraction élevé utilisés aujourd’hui sur le marché réduisent considérablement le poids des verres à forte correction.

 

Les verres progressifs modernes permettent aux utilisateurs de voir plus précisément à n’importe quelle distance. Les verres correcteurs traités antireflet préviennent les reflets gênants de la lumière, tandis que les verres correcteurs colorés (également appelés photosensibles) s’assombrissent lorsqu’ils sont exposés à la lumière ultraviolette.

 

Les lunettes aident également à protéger vos yeux de la saleté, de la poussière et des insectes. Si vous passez beaucoup de temps devant un ordinateur, il est conseillé de porter des lunettes afin d’avoir une vision claire et confortable à moyenne et courte distance.

 

Il en va de même pour les utilisations plus actives, telles que les activités sportives et de loisirs. La conception et la technologie de production spéciales permettent aujourd’hui de créer des verres qui s’adaptent aux montures très courbées. Grâce à des traitements spéciaux et innovants, les verres en plastique, qui étaient autrefois très délicats, contribuent à une précision visuelle durable.

 

Inconvénients : les verres correcteurs de plusieurs dioptries peuvent être inconfortables car ils sont épais et lourds. Ils peuvent s’embuer lorsque vous passez du froid extérieur à la chaleur intérieure.

 

Les lunettes peuvent parfois devenir encombrantes lorsqu’on s’allonge sur le canapé, qu’on regarde la télévision ou qu’on lit. De plus, la géométrie de certains verres correcteurs produit des zones floues, dont la taille dépend de la qualité.

 

Lentilles de contact

Les petites lentilles de contact, presque invisibles, sont la première alternative aux lunettes. Les lentilles de contact modernes, fabriquées sur mesure, permettent une correction précise de presque tous les problèmes de vue.

 

Il en existe à la fois pour la myopie, l’hypermétropie et la presbytie, qui fonctionnent de la même manière que les verres progressifs et sont connues sous le nom de lentilles de contact multifocales.

 

Avantages : les lentilles de contact ne produisent qu’un léger agrandissement ou une légère réduction de l’image. La vision latérale est également nette et n’est pas interrompue par un bord, comme cela peut arriver avec certaines lunettes. Elles ne s’embuent pas, ce qui peut être un facteur important pour certaines professions, comme celles de marin, cuisinier, acteur ou athlète. Des déficiences visuelles disparates dans les deux yeux peuvent être facilement corrigées.

 

Inconvénients : un certain degré d’habileté manuelle est nécessaire pour se les mettre. Les porter trop longtemps peut affecter l’apport en oxygène de l’œil. Il est préférable pour les personnes ayant les yeux secs de porter des lentilles dures.

 

En général, la tolérance des lentilles de contact varie considérablement d’une personne à l’autre, certaines personnes s’y adaptant rapidement tandis que d’autres ont besoin de plus de temps.

 

Les lentilles de contact nécessitent plus d’entretien que les lunettes. Ceci est d’une importance vitale, car un entretien inadapté et un encrassement peuvent entraîner des infections. Avec les lentilles de contact multifocales, certaines personnes ont des difficultés à passer de la courte à la longue distance ou ont besoin de plus de temps pour s’y adapter.


Comment se détendre quand on est nerveux ?

 

Les situations de stress et d’anxiété accélèrent notre respiration et tendent nos muscles. Il existe plusieurs techniques de relaxation qui aident à soulager ces symptômes. Alors que la Journée mondiale de la détente (15 août) n’est pas loin, nous vous expliquons comment vous détendre en toute simplicité.

 

 

Qu’est-ce que la relaxation ?

 

Examens, présentations orales, entretiens d’embauche, insomnie. Ce sont des situations qui peuvent générer du stress et de l’anxiété. La respiration s’accélère et les muscles se contractent. Atteindre ce type d’états de manière occasionnelle est un mécanisme d’autodéfense. Cependant, si on les maintient au fil du temps, ils peuvent contribuer ou aggraver des problèmes de santé tels que des troubles digestifs, des maux de tête ou des troubles du sommeil.

 

La relaxation peut nous aider à soulager ces symptômes. Cela nous aide à nous calmer et à nous éloigner de la situation accablante. Et même si la cause de l’anxiété ne disparaîtra pas, nous nous sentirons probablement plus en mesure d’y faire face une fois que nous aurons libéré la tension de notre corps et de notre esprit.

 

Techniques de relaxation

 

Il existe différentes techniques de relaxation qui aideront notre corps à produire consciemment une situation de détente : respiration plus lente, tension artérielle plus basse et une sensation de calme et de bien-être :

 

- Respiration abdominale. En respirant, nous déconnectons progressivement l’esprit des pensées qui nous distraient. La respiration doit être profonde, lente et prolongée. En expirant (sortant de l’air), nous relâchons la tension accumulée. Si notre esprit s’égare vers une pensée ou une préoccupation, nous essayerons de réorienter notre attention vers la respiration. Nous devons être prudents si nous avons une maladie respiratoire ou une insuffisance cardiaque.

 

- Relaxation musculaire. Elle se combine avec la respiration. Nous nous concentrons sur une partie du corps ou un groupe de muscles à la fois et nous nous libérons de toute tension physique. Ces exercices comprennent des actions telles que détendre le front, ouvrir et fermer lentement les yeux, détendre la bouche et la mâchoire, fléchir le cou et la nuque d’avant en arrière lentement et revenir à la position initiale. Enfin, soulever les épaules en appuyant contre le cou et revenir lentement à la position de départ.

 

- Méditation. Avec la méditation, on privilégie la respiration. Elle peut se pratiquer en position assise ou couchée. La respiration est très importante, ainsi que le maintien d’une attitude ouverte.

 

- Images. Nous pouvons utiliser des scènes, des souvenirs, des lieux ou des expériences relaxantes et rassurantes. Penser à quelque chose d’agréable, que nous aimons ou laisser l’esprit vide.

 

- Yoga et tai-chi. Ils associent la respiration avec une série de postures ou de mouvements doux et offrent une concentration mentale. De cette façon, ils nous aident à nous distraire des pensées indésirables. Des exercices comme la marche ou se promener peuvent aider le cerveau à libérer des substances chimiques pour se sentir bien.

 

Les techniques de relaxation sont plus efficaces lorsqu’elles sont pratiquées régulièrement. Plus nous les pratiquons longtemps et souvent, plus les bénéfices seront importants. Encore plus si nous les combinons avec une bonne alimentation, de l’exercice régulier et un fort soutien social.

 

 

 

 

 

Conseils pour se détendre

 

Avant de commencer à nous détendre, nous devons nous assurer que l’esprit, le corps et l’environnement sont adéquats. Voici quelques conseils :

 

- Trouver le bon moment et le bon endroit. Nous pouvons être dans une pièce fraîche et tranquille où nous ne sommes pas dérangés. Évitez de pratiquer une heure avant ou après les repas, car la faim ou le sentiment de satiété peuvent nous distraire. Il n’est pas non plus recommandé de le faire après un exercice intense.

- Adopter une position confortable. Nous pouvons nous asseoir sans croiser les jambes et les bras posés sur le côté. Ou, si nous sommes plus à l’aise, nous pouvons nous étirer.

- Éclaircir les pensées. Nous nous concentrons sur la respiration pour nous libérer de tout souci.

 

Les bienfaits de la relaxation

 

La pratique de techniques de relaxation peut nous aider à :

 

- Diminuer la fréquence cardiaque et la tension artérielle.

- Améliorer la digestion.

- Réduire l’activité des hormones du stress.

- Augmenter le flux sanguin vers les muscles principaux.

- Améliore la concentration et l’humeur.

- Améliorer la qualité du sommeil.

- Diminuer la fatigue.

 

De plus, si nous voulons intensifier les bienfaits, il est conseillé de combiner les techniques de relaxation avec d’autres méthodes :

 

  • Penser positivement.
  • Essayer de résoudre les problèmes.
  • Faire de l’exercice.
  • Manger sainement.
  • Dormir
  • Communiquer avec d’autres personnes.

 

Face à des situations stressantes, nous devons nous arrêter un moment et nous détendre. C’est très bénéfique et, bien que cela n’en ait pas l’air, c’est beaucoup plus facile qu’on ne le pense. Votre corps et votre esprit vous en remercieront !

 

« Chaque fois que vous pensez que le problème est là-dehors, seule cette pensée-ci est le problème », Stephen Covey.

 

Sources :

 

  • National Sleep Foundation
  • Harvard Medical School
  • Mayo Clinic