Découvrez votre but dans la vie : la méthode Ikigai

Alors que la quête du bonheur touche chacun d’entre nous, la projection vers des objectifs peut s’avérer capitale pour le bien-être. Pour trouver votre but dans la vie, essayez la méthode Ikigai.

 

Qu’est-ce qu’un but ?

Vous pouvez tout avoir : une carrière réussie, une famille heureuse et une vie sociale accomplie. Et pourtant, vous avez l’impression qu’il vous manque quelque chose. Ce « quelque chose » est votre but dans la vie.

 

C’est un moteur qui aide à définir les objectifs dans notre vie. Selon une recherche publiée dans ScienceDaily, avoir un but clair dans la vie est lié à une meilleure santé. Cependant, les personnes qui n’ont pas de but précis sont deux fois plus susceptibles de mourir plus prématurément. Au regard del’étude publiée dans JAMA Current Open, cette association existe indépendamment du statut économique, du sexe ou du niveau d’éducation.

 

Donner du sens à sa vie

Avoir un but ne se limite pas à trouver quelque chose pour occuper le temps. Il s’agit de poursuivre des objectifs axés sur le développement personnel et la croissance. Nous pouvons essayer de trouver notre but en répondant à des questions comme :

  • Qu’est-ce qui est important pour moi ? Il s’agit peut-être de la question la plus difficile à laquelle répondre. Vous pouvez répondre à des questions plus spécifiques telles que : quels sont vos rêves et vos valeurs, quelles sont les personnes les plus importantes pour vous, etc.

 

  • Dans quels domaines suis-je réellement doué ? Nous avons tous une capacité qui nous rend spéciaux : une bonne communication, de la pédagogie, de la créativité, un esprit analytique etc.

 

  • Quel est mon potentiel ? Alors que les deux premières questions portent davantage sur qui vous êtes, celle-ci fait référence à ce que vous pouvez devenir. Les options et les chemins sont nombreux : vous pouvez accepter votre vie telle qu’elle est ou, au contraire, ouvrir de nouvelles voies. Il s’agit d’établir quel genre de personne vous voulez être et quels objectifs vous voulez atteindre.

 

Selon le Rapport mondial sur le bonheur de 2017, le bonheur est de plus en plus considéré comme la mesure appropriée du progrès social et l’objectif des politiques publiques.

 

La méthode Ikigai

Le mot Ikigai se traduit par « raison d’être » (iki signifie « vivre » et gai signifie « raison »). Il fait référence à votre vocation dans la vie, ce qui vous fait sortir du lit tous les matins. Cette ancienne idéologie orientale offre une réponse à la question : quel est mon but dans la vie ? Il s’agit de vivre une vie parfaitement équilibrée.

 

L’Ikigai de chacun est un mélange de passion, de satisfaction, de vocation, de valeurs et de leur réalisation. Tout doit être parfaitement aligné. Il est important de mettre davantage l’accent sur le processus pour atteindre le but fixé plutôt que sur son accomplissement.

 

Ainsi, chercher à mettre du sens dans votre vie est un véritable atout bien-être, tout comme une alimentation équilibrée et une routine sportive.

 

Sources :


Célébrer les succès

Fêter les succès décuple l’énergie dans les équipes, car c’est euphorisant et contagieux. C’est cette même énergie que l’on retrouve chez les supporters au rugby, au foot ou de n’importe quel sport. Se dire ensemble qu’on est les meilleurs, cela fait du bien !


Mucus vert, noir et jaune : que signifie sa couleur ?

Le mucus est le premier gardien de notre corps contre la menace d’invasion de bactéries et de virus. Bien qu’il puisse parfois être gênant, il est nécessaire. Il peut être de différentes couleurs et ces dernières sont autant d’indices sur la nature des agresseurs qui attaquent le système respiratoire. Explications.

 

Qu’est-ce que le mucus ?

Le mucus est une substance visqueuse produite par les muqueuses du nez. Il s’agit d’une substance composée à 95 % d’eau, d’éléments organiques et minéraux. Il contient également des immunoglobulines, comme l’IgA, qui constituent une barrière immunitaire protectrice contre les bactéries.

 

La présence de mucus indique que votre nez fonctionne correctement. Non seulement il hydrate et protège le nez, mais il agit aussi comme un filtre efficace contre les germes, les allergènes et la poussière. En effet, le mucus contient des anticorps et des enzymes qui tuent les bactéries pour aider à combattre les infections.

 

Le corps produit habituellement une grande quantité de mucus (environ 1 à 1,5 litre par jour). Normalement, nous ne remarquons pas le mucus à moins que sa production n’augmente ou que sa qualité ne change. En ce sens, les infections respiratoires, comme le rhume, la grippe et la sinusite, sont parmi les causes les plus fréquentes d’augmentation de la production de mucus et de toux. Les réactions allergiques sont également fréquentes.

 

La couleur du mucus

Dans la plupart des cas, le mucus est de couleur claire. Lors d’un rhume, par exemple, le mucus nasal est aqueux et transparent, puis devient plus épais et opaque. Selon ce qui entre en contact avec lui, sa couleur varie :

  • Transparent : c’est la couleur normale du mucus, bien que cela puisse aussi être un symptôme de rhinite allergique ou de rhume. Une quantité excessive de mucus, avec un écoulement nasal constant n’est pas normal.

 

  • Jaune ou vert : cela peut indiquer une infection (mais pas toujours). Ces couleurs sont causées par des bactéries. S’il y a une infection, nous pouvons souffrir d’autres symptômes comme la congestion nasale, la pression sinusale ou des maux de tête. Le mucus verdâtre signifie qu’il contient des globules blancs qui combattent les infections. C’est une erreur d’associer le mucus vert aux antibiotiques car nous ne savons pas si l’infection est causée par un virus ou une bactérie.

 

  • Brunâtre : il se produit habituellement lorsque de petites quantités de sang se mélangent au mucus. Après avoir éternué ou s’être frotté le nez, les petits vaisseaux sanguins qui le recouvrent peuvent se rompre.

 

  • Noir : généralement, cela se produit lorsque de la saleté se mélange au mucus.

 

L’excès de mucus est rarement un problème médical grave, bien qu’il soit inconfortable et gênant, surtout lorsqu’il bloque les sinus ou provoque des quintes de toux. Voici deux façons de contrôler sa viscosité :

  • Les rinçages nasaux salins sont une option pour les personnes qui souhaitent enlever l’excès de mucus sans prendre de médicaments. Cette méthode dilue le mucus et aide à dégager les voies respiratoires et les sinus. Il est important de toujours utiliser des rinçages salins stériles.

 

  • Boire plus de liquides : l’eau est le mucolytique le plus important et le plus efficace. L’ingestion de liquides lorsque nous avons du mucus aide à le transformer en une substance plus fluide.

 

Dans des conditions normales, il ne faut pas éliminer le mucus car c’est notre arme de défense (celui du nez nous protège des rhumes et des infections respiratoires et pulmonaires).

 

Rappelez-vous qu’il est important d’avoir une alimentation variée et de faire du sport régulièrement pour vous maintenir en bonne santé et renforcer votre système immunitaire.

 

Sources :


La dépendance des Français aux écrans

1 Français sur 2 consultes son téléphone ou sa tablette toutes les 10 minutes et 70% des conducteurs utilisent leur smartphone en conduisant.

Et vous, êtes-vous hyperconnecté ? Faites le test !

 

Hyperconnexion et smartphone : la consommation dérégulée des Français

En France, la dépendance aux écrans (smartphone, tablette, télévision) touche une grande partie de la population. Selon une l’étude sur l’hyperconnexion des Français [2], 66% des Français estiment qu’ils maîtrisent leur utilisation, 85% se disent zen face aux notifications, messages et appels. Ils évaluent en moyenne entre 4 heures et 6 minutes le temps quotidien passé devant les écrans. Alors qu’en réalité :

  • 60 % des Français se jugent incapables de passer une journée sans téléphone
  • 38 % répondent aux messages en moins de 10 minutes
  • 61 % ont le réflexe de consulter leur téléphone au réveil

À eux seuls, les programmes TV représentent en moyenne 3 heures 46 minutes du temps quotidien passé devant les écrans (source : Médiamétrie – année TV 2018).

La dépendance inconsciente au smartphone se vérifie aussi sur la route.

En déplacement, même constat [2]. Si 90 % des Français jugent inacceptable l’utilisation du téléphone au volant, beaucoup n’arrivent pas à s’empêcher de l’utiliser.

  • 46 % des usagers de la route téléphonent au volant
  • 35 % paramètrent leur GPS en conduisant
  • 25 % lisent ou écrivent des SMS.

 

Pourquoi s’engager sur les risques du téléphone au volant ?

Si l’on peut se féliciter du recul de la forte consommation d’alcool (consommer 4 à 5 verres d’alcool avant de prendre le volant) et de la grande vitesse sur autoroute (+ de 160 km/h), l’utilisation du téléphone au volant se présente comme le nouveau fléau des routes.

En 15 ans, son utilisation a presque doublé [1]. C’est pour cela que nous tenons à nous engager sur ce terrain avec la campagne « Vous avez la Vie devant Vous ».

 

Un spot vidéo signé Olivier Nakache et Eric Toledano

Au cœur de cette campagne : un film publicitaire destiné à sensibiliser les Français pour prévenir les risques liés à l’usage du smartphone au volant, sans images choquantes et avec une petite dose d’émotion.

La capacité des réalisateurs Olivier Nakache et Eric Toledano (Intouchables, Samba, le sens de la fête, Hors Normes…) à traiter dans leurs films, des sujets de société et faire évoluer le regard des gens s’est imposée comme une évidence au moment d’envisager la collaboration pour ce projet.

Parmi les messages véhiculés dans ce spot, la nécessaire vigilance de chacun à travers le soin et la bienveillance… Des concepts clés pour l’association AXA Prévention, comme pour ses réalisateurs complices.

Découvrez la vidéo, mais aussi les coulisses du tournage et le visage de l’équipe qui lui donne vie grâce au making-of !

 

Des podcasts pour s’informer sur les risques de l’hyperconnexion

… sans quitter la route des yeux !

Envie d’aller plus loin dans la compréhension de notre consommation dérégulée d’écrans et des conséquences sur la santé et sur la route ? Nous vous proposons une série de podcasts à écouter, sans modération, et en restant attentifs à ce qui se passe autour de vous. Au programme :

  • Catherine Chazal, Secrétaire générale Axa Prévention interroge l’hyperconnexion des Français
  • Anthony Mahé, sociologue, décrypte notre attachement au smartphone
  • Éric Lemaire, Président de l’association Axa Prévention nous parle de l’usage du téléphone au volant
  • Marc Aurdit, de l’agence Hungry&Foolish nous propose des pistes pour changer nos comportements au volant
  • Dr Karila, addictologue, nous explique les risques psychosociaux associés aux smartphones

 

Des actions concrètes pour réveiller les consciences et prévenir les risques

Pour savoir si vous êtes vous-même hyperconnecté, utilisez dès à présent notre outil d’auto-évaluation [test] ! Vous êtes sur le point de découvrir votre profil d’utilisateur de smartphone : indépendant, attentif, imprudent, addict ou complètement accro…

Dans la rue, la campagne se décline avec des visuels réalisés au pochoir. « 1 Français sur 2 regarde son téléphone en marchant », « Levez les yeux », « Vous avez la vie devant vous », sont quelques-uns des messages diffusés pour inciter les piétons à être attentifs.

 

Sources

[1] Axa Prévention Baromètre 2019 du comportement sur les routes et Observatoire de l’hyperconnexion.

[2] Observatoire Prévention des Risques, l’hyperconnexion. Etude ELABE pour AXA Prévention, Septembre 2019.


Comment prendre de la masse musculaire ?

De nombreuses personnes font du sport dans le but de prendre de la masse musculaire. Cependant, y parvenir n’est pas si simple. Les exercices à base de répétitions et de séries peuvent grandement vous aider. Explications.

 

Les séries et répétitions pour gagner du volume

Le terme répétition fait référence au nombre de fois que nous faisons des mouvements sans interruption. Nous pouvons, par exemple, faire 10 squats et nous reposer un peu. Les 10 squats sont considérés comme 10 répétitions.

 

Les séries font référence au nombre de fois que nous avons effectué un exercice donné. Pour revenir à l’exemple précédent : si nous avons fait 10 squats, puis nous nous sommes reposés, et que nous avons fait 10 autres squats, puis nous nous sommes reposés et qu’ensuite nous en avons refait 10 autres, nous avons fait 3 séries de 10 répétitions.

 

Combien de répétitions faut-il faire pour prendre de la masse musculaire ? Cela dépend des objectifs de chacun et du niveau physique.

 

  • Pour les débutants : choisissez un exercice par groupe musculaire et faites 1 à 3 séries par exercice dans un intervalle de répétitions de 8 à 12 maximum, avec un temps de repos de 1 à 2 minutes. Il faut maintenir la charge que vous avez choisie et la fréquence d’entraînement est de 1 à 2 fois par groupe musculaire par semaine.

 

  • Pour les plus avancés : sélectionnez plusieurs exercices par groupe musculaire pour travailler sous différents angles possibles. Effectuez entre 3 et 6 séries par exercice de 6 à 12 répétitions maximum, avec une pause de 1 à 3 minutes, selon l’intensité choisie. La fréquence d’entraînement est de 2 à 3 fois par groupe musculaire par semaine.

 

Cependant, le nombre de séries par séance, le nombre de répétitions par série, le nombre de séances par semaine ou la charge soulevée à chaque répétition « ne sont pas aussi déterminants chez les personnes qui débutent ». En revanche, chez les personnes déjà entraînées, la taille des muscles augmente (hypertrophie) à mesure que l’entraînement augmente, avec une limite d’environ 15 séries par groupe musculaire et par semaine.

 

La récupération entre les séries

Il existe une fausse croyance selon laquelle plus on fait de séries pour chaque groupe musculaire, plus on prend du muscle. Mais ce n’est pas le cas parce qu’il existe une « limite d’amélioration » à partir de laquelle, malgré la poursuite de l’entraînement, les adaptations musculaires ne sont plus possibles. Tout ce que nous faisons est d’augmenter la fatigue et le stress du muscle.

 

Chez les débutants, ce niveau est beaucoup plus bas que chez les personnes ayant de l’expérience dans ce type d’entraînement. Dans une recherche menée par des experts de l’Université de Birmingham et publiée dans Science Daily, des experts ont découvert que des intervalles de repos prolongés entre les séries d’haltérophilie peuvent favoriser la croissance musculaire.

 

Pour plus d’efficacité, ayez une alimentation équilibrée et riche en protéines et en glucides. Les protéines vous permettront de développer votre masse musculaire et les glucides vous donneront l’énergie dont vous avez besoin pour supporter les séances d’entraînement. N’oubliez pas de dormir et de vous reposer suffisamment pour que votre corps récupère suffisamment.

 

Sources :

Science Daily – « Un repos prolongé entre les séries d’haltérophilie pourrait favoriser la croissance musculaire. » : https://www.sciencedaily.com/releases/2016/05/160503104757.htm


5 exercices pour améliorer votre vision

Votre acuité visuelle est importante, c’est elle qui vous permet de discerner et d’identifier les formes et les détails correctement. Votre vue baisse et vous souhaitez y remédier ? Voici quelques astuces simples pour l’améliorer.

 

Qu’est-ce qu’une bonne vue ?

L’acuité visuelle est une mesure utilisée pour déterminer la capacité de l’œil à distinguer les formes et les détails des objets à une distance donnée. Elle est importante pour des activités telles que la conduite ou l’apprentissage.

 

Un œil en bon état n’est pas la seule condition d’une bonne acuité visuelle. Il existe d’autres facteurs : la rétine et le cortex visuel. Les causes les plus fréquentes liées à la diminution de l’acuité visuelle sont la cataracte et l’œil paresseux.

 

Comment améliorer votre vision ?

Bien que chaque personne ait sa propre acuité visuelle (elle est plus élevée chez certains individus que chez d’autres), il est possible de l’entraîner avec une série d’exercices simples. Cependant, il faut garder à l’esprit que des problèmes tels que la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme ne peuvent pas être corrigés par des exercices oculaires.

 

Cependant, vous pouvez adopter des routines pour maintenir vos yeux et votre vue en bonne santé :

  • Exercice de changement de « mise au point » : placez votre index à quelques centimètres de vos yeux et concentrez-vous sur celui-ci. Eloignez lentement votre doigt puis rapprochez-le lentement sans le perdre de vue. Regardez ailleurs et concentrez-vous sur un objet au loin. Répétez l’exercice environ trois fois.

 

  • Exercice du crayon : tenez un crayon avec le bras tendu. Concentrez votre regard sur lui et rapprochez-le progressivement de vos yeux, en vous concentrant dessus le plus longtemps possible. Jusqu’à ce que votre vision devienne floue.

 

  • Exercice pour la fatigue visuelle : si vous travaillez plusieurs heures devant un écran, levez les yeux toutes les 20 minutes jusqu’à un point plus éloigné et maintenez-le pendant 20 secondes.

 

  • Exercice de relaxation : il est aussi très utile pour les yeux fatigués. Placez vos mains sur vos yeux et exercez une légère pression autour de l’os tout autour. Les yeux fermés, « regardez » l’obscurité. De cette façon, les yeux se détendent complètement et sont relubrifiés. Vous pouvez faire cet exercice pendant 30 secondes.

 

  • Clignement : souvent, les yeux secs peuvent causer une vision floue et une fatigue oculaire. Pour éviter cela, vous pouvez cligner davantage les yeux. Le clignement permet à l’œil de se lubrifier.

 

Rappelez-vous que des habitudes saines comme bien manger et rester actif peuvent aussi vous aider à garder vos yeux en meilleure santé. Consultez votre ophtalmologue, qui vous aidera à protéger vos yeux.

 

Sources :

Association américaine d’optométristes (AAO) – « Examen complet des yeux et de la vision » : https://www.aoa.org/patients-and-public/caring-for-your-vision/comprehensive-eye-and-vision-examination


Remercier un collègue

Dire merci fait plaisir à son bénéficiaire et fait du bien à celui qui le dit. Comme en plus cela ne coûte rien, c’est vraiment un super bonus !


Une étude décrit les causes nutritionnelles de la dépression

Selon la Dre Karen Davison, professeure du programme des sciences de la santé de l’Université polytechnique de Kwantlen, « une prévalence plus élevée de dépression a été observée chez les personnes qui ingèrent de faibles quantités de fruits ou légumes ».

 

La consommation de fruits et légumes s’est révélée protectrice contre la dépression dans l’étude menée par Karen Davison, confirmant les résultats d’autres recherches antérieures. « Les antioxydants et les anti-inflammatoires présents dans les fruits et légumes peuvent expliquer cette forte relation », a expliqué Davison.

 

De plus, l’étude a déterminé que plusieurs minéraux (magnésium, sélénium, zinc, etc.) et vitamines contenus dans les fruits et légumes réduisent la concentration dans le plasma de la protéine C-réactive, qui est un marqueur de l’inflammation associée à la dépression.

 

« Nous avons été intéressés d’apprendre que les acides gras polyinsaturés oméga-3 étaient inversement associés à la dépression chez les hommes », a déclaré le co-auteur.

 

« D’autres recherches sont nécessaires, mais on sait que la concentration d’acides gras oméga-3 dans l’alimentation influence le système nerveux central par la perméabilité de la membrane et sa composition en phospholipides qui peuvent affecter la neurotransmission de la dopamine et de la sérotonine, a expliqué Yu Lung, doctorant à l’Université de Toronto.

 

Source :

Karen M. Davison et al, La dépression à l'âge adulte moyen et avancé : le rôle de l'immigration, de la nutrition et d'autres points déterminants de la santé dans l'étude longitudinale canadienne sur le vieillissement, BMC Psychiatry (2019). DOI: 10.1186/s12888-019-2309-y


Metcon et CrossFit : différences et similitudes

Le Metcon et le CrossFit sont très similaires. Ces deux entraînements à forte intensité se complètent l’un l’autre. Pour ne plus jamais les confondre et vous rappeler leurs bienfaits, voici quelques explications utiles.

 

Le Metcon et le CrossFit ne sont pas deux entraînements différents, mais ils se complètent. En réalité, les séances d’entraînement les plus populaires de Metcon incluent, entre autres, du CrossFit. La clé pour les différencier est de nuancer leur définition.

 

Qu’est-ce que le Metcon ?

Le mot Metcon vient de la combinaison des mots anglais Metabolic Conditioning, c’est-à-dire conditionnement métabolique. Le but de cet entraînement est de dépenser le plus d’énergie possible dans le temps, en augmentant ainsi l’efficacité du métabolisme. Il met l’accent sur la dépense énergétique et laisse la force, la souplesse ou l’endurance au second plan.

 

Voici les caractéristiques de l’entraînement Metcon :

  • Intensité élevée : les entraînements doivent être effectués avec le maximum d’efforts possibles.

 

  • Repos : il peut être réglé sur un intervalle d’environ 30 secondes entre les séries ou peut varier en fonction de la capacité à terminer une série complète dans l’exercice suivant.

 

  • Polyvalence : les entraînements peuvent être réalisés sous forme de circuit, en une seule activité (course à pied, aviron, natation, vélo, etc.), en salle de sport, etc.

 

Ce type d’entraînement a un effet important sur l’ensemble du système cardiovasculaire (il vous essoufflera). Il existe plusieurs types d’exercices Metcon, avec ou sans équipement, et il est possible de réaliser plusieurs activités différentes. Dans les protocoles d’entraînement Metcon les plus courants, vous trouvez :

  • Tabata : il s’agit d’un système d’entraînement à intervalle de haute intensité qui nécessite quatre minutes par exercice. Pour chaque exercice, on réalise 20 secondes de travail suivies de 10 secondes de repos, ce qui donne 8 répétitions en 4 minutes.

 

  • EMOM : c’est l’acronyme de Every Minute on the Minute. Il comprend, par exemple, 10 séries de 5 burpees avec 30 secondes de repos.

 

  • AMRAP : ce sigle signifie faire autant de répétitions que possible dans un temps donné. Ces périodes durent généralement 10, 20 ou 30 minutes. C’est une façon de se dépasser, car vous pouvez battre vos précédents records.

 

Le Metcon est un entraînement efficace pour brûler les graisses en très peu de temps et développer les muscles. C’est une façon complète de faire du sport et un type d’entraînement très intense pour un sportif débutant. Par conséquent, les instructions d’un expert sont nécessaires pour le réaliser d’une manière sûre et efficace.

 

Qu’est-ce que le CrossFit ?

L’entraînement CrossFit, souvent appelé Metcon ou Crossfit WOD, est un entraînement journalier (WOD est l’acronyme de Workout of the Day). Chaque jour, il faut effectuer une série d’exercices différents pour développer la force, la souplesse, la puissance ou le système cardiovasculaire.

Il inclut :

  • Conditionnement métabolique.
  • Exercices de gymnastique.
  • Soulevé et lancé de poids.

 

Celui qui pratique le CrossFit doit être très complet : un sportif de longue distance, un gymnaste, un haltérophile et un sportif de vitesse.

 

Avant tout, rappelez-vous que le sport peut devenir un mode de vie, excluant la sédentarité et les mauvaises habitudes alimentaires. Alliez le CrossFit avec une alimentation saine, pour maintenir une bonne santé à court et à long terme.

 

Sources :


Prendre l’habitude : la règle des 21 jours

Le maître mot de l’habitude est la répétition. Si vous vous mettez à courir tous les matins, au bout d’un moment, cela deviendra une routine et vous l’effectuerez plus instinctivement et avec moins d’effort. Prendre de bonnes habitudes peut donc être très bénéfique pour votre santé. Mais comment faire ?

 

21 jours pour prendre une habitude

L’habitude se définit comme le fait d’agir sans réfléchir, de rendre une action automatique. Qu’il s’agisse de se brosser les dents tous les jours après avoir mangé ou de boire du café dès notre réveil, nous avons tous des dizaines d’habitudes qui font partie de notre routine quotidienne.

 

Pour « prendre l’habitude » il existe un facteur fondamental : le temps. Combien de temps faut-il pour créer une habitude ? Une semaine, un mois, un an ? En 1960, le chirurgien plasticien Maxwell Maltz a observé que les personnes dont les parties du corps avaient été amputées mettaient 21 jours à s’y habituer, à cesser de ressentir le membre amputé.

 

Cependant, selon une étude réalisée par des experts de l’University College de Londres (UCL), il n’existe pas de moment magique pour créer une habitude. Cette étude parle des 21 jours de Maltz comme d’un mythe fondé sur des preuves anecdotiques dans la pratique de la chirurgie plastique, qui n’est pas liée aux habitudes telles que nous les connaissons.

 

Selon la recherche britannique, la formation d’une nouvelle habitude peut prendre en moyenne jusqu’à 10 semaines, bien que le temps varie selon la personne, le contexte et le type d’habitude.

 

Comment créer de bonnes habitudes ?

Pour créer une habitude, les experts conseillent de répéter systématiquement une action dans le même contexte. Selon une étude publiée dans le British Journal of General Practice, tout commence dans la « phase d’initiation », au cours de laquelle on sélectionne le nouveau comportement et le contexte dans lequel il aura lieu (par exemple, courir 15 minutes avant le dîner).

 

Vient ensuite la « phase d’apprentissage », durant laquelle l’action est répétée pour renforcer l’association contexte-comportement. La réalisation de l’habitude s’achève dans la « phase de stabilité », dans laquelle l’habitude a déjà été formée et consolidée, de sorte qu’elle persiste dans le temps avec peu d’effort.

 

Si vous souhaitez acquérir des habitudes saines, comme avoir une alimentation équilibrée à base de fruits et de légumes, les experts conseillent de :

  • Définir l’objectif que vous souhaitez atteindre.
  • Choisir l’action à réaliser pour atteindre l’objectif et le faire tous les jours.
  • Prévoir quand et où vous le ferez (il est préférable de choisir toujours les mêmes horaires et le même lieu).

 

Avec le temps, vous découvrirez que vous finirez par le faire automatiquement, presque sans réfléchir.

 

Les astuces pour créer de bonnes habitudes

  • Concentrez-vous sur une seule habitude : si vous concentrez votre attention sur une seule action, le résultat sera d’autant plus probant.

 

  • Motivez-vous : Il est important de vous motiver à persévérer jusqu’à ce que votre action devienne plus naturelle et instinctive.

 

  • Évitez les interruptions : si vous prévoyez de partir en vacances ou s’il y a un imprévu dans votre routine habituelle, reportez la tentative de prendre une nouvelle habitude et attendez un moment plus propice.

 

  • N’abandonnez pas : même si vous avez l’impression que cela fait longtemps, ne vous arrêtez pas. Rappelez-vous que chaque personne a son propre rythme et qu’il n’y a pas de temps donné pour y parvenir.

 

Si vous suivez ces quelques principes il vous sera plus facile d’atteindre vos objectifs. Ne soyez pas obsédé par le temps : tôt ou tard, vous y arriverez.

 

« Nous sommes ce que nous faisons à plusieurs reprises. L’excellence n’est donc pas un acte, mais une habitude » Will Durant.

 

Sources :