Prendre des déjeuners avec les autres

 

Le déjeuner est un moment convivial, bien agréable à partager avec les autres. Mais notre emploi du temps peut nous piéger et nous pouvons nous retrouver souvent seul.

Pourquoi ne programmer quelques déjeuner sur la semaine ? C’est une bonne occasion de retrouver nos collègues ou de faire des connaissances.

 

 

 

 

 


Les propriétés incroyables de la lentille d’eau

Les propriétés incroyables de la lentille d’eau

Bien qu’elle ressemble à une légumineuse, il s’agit en fait d’une variante d’algue. Riche en protéines et en acides aminés, elle est devenue un superaliment qui aide à prévenir l’anémie et à éliminer la graisse abdominale. Découvrez toutes ses vertus.

La lentille d’eau (également connue sous le nom de mankai ou lemna minor) est une variante d’algue d’Israël.

Depuis quelque temps, cette algue durable a révolutionné la cuisine et notre quotidien, Elle s’intègre à notre alimentation pour les nombreux bienfaits qu’elle apporte à l’organisme.

 

Qu’est-ce que la lentille d’eau ?

La lentille d’eau est une plante aquatique presque minuscule (la plus petite du monde), appelée ainsi parce qu’elle ressemble à une lentille. De forme presque asymétrique (elliptique à étroitement ovale), elle fleurit de février à décembre et est cultivée en Israël.

Pour obtenir un gramme de protéines de cette algue, il faut très peu d’eau, ce qui la rend beaucoup plus efficace que d’autres plantes (comme le soja, le chou frisé ou les épinards).

En outre, elle peut être plantée toute l’année, grâce à des cultures androponiques (sans terre) qui permettent d’économiser l’eau, les engrais et les fertilisants et d’éviter l’utilisation de pesticides et d’herbicides.

 

la lentille d’eau : de vraies valeurs nutritionnelles !

La lentille d’eau possède une teneur élevée en protéines et est riche en acides gras oméga-3, des vertus qui en font un super aliment.

Selon une étude de l’Université Ben-Gurion (Israël), cette plante offre jusqu’à neuf acides aminés essentiels pour l’organisme et six acides aminés conditionnels, ainsi que des fibres alimentaires, des polyphénols, du fer et du zinc.

Cette recherche a également conclu que la lentille d’eau peut constituer une source de substitution de haute qualité pour les protéines animales et une possible source biodisponible de vitamine B12.

Les propriétés incroyables de la lentille d’eau

 

Les bienfaits de la consommation de lemna minor

1. Augmente la masse musculaire.

45 % de la lentille d’eau sèche équivalent au pourcentage de protéines des œufs (13 g pour 100 g). Cela permet d’augmenter la masse musculaire, d’améliorer l’élasticité de la peau et de lutter contre le relâchement.

2. Prévient l’anémie.

Elle contient de fortes doses de fer, dont la carence peut provoquer une anémie, un trouble qui touche plus de 30 % de la population mondiale. Sa consommation régulière pourrait aider à prévenir la carence en fer et à éviter l’anémie ferriprive (diminution des globules rouges).

3. Maintient un poids sain.

Grâce à sa faible teneur en calories (4 calories par gramme) et à son effet rassasiant (riche en fibres), le mankai aide à maintenir ou à atteindre un poids sain.

4. Prévient l’obésité abdominale.

Elle est utile pour ceux qui ont de la graisse accumulée dans la zone abdominale, car sa consommation régulière aide à réduire les niveaux de glucose.

5. Régule la thyroïde.

Le mankai est riche en iode, un minéral qui aide à réguler la glande thyroïde et contribue à son bon fonctionnement.

 

Contre-indications et risques du mankai

Avant d’incorporer cette algue dans notre alimentation, il est conseillé de consulter un médecin. Dans les cas suivants, il faut éviter de consommer la lentille d’eau :

    • Les personnes atteintes d’hyperthyroïdie.

Sa forte teneur en iode pourrait interférer avec la fonction thyroïdienne.

    • Les femmes enceintes.

Elle contient de fortes doses d’acide folique, une vitamine qui est souvent prise pendant la grossesse. Toutefois, un excès pourrait être contre-productif.

 

Quelles sont les utilisations et les applications du mankai ?

La lentille d’eau est une plante très polyvalente, qui apporte de nombreux bienfaits à notre organisme, mais aussi à l’environnement. Voici ses principales utilisations :

    • Dans la cuisine.

Elle peut être utilisée comme complément alimentaire, pour assaisonner les salades, les smoothies et les thés. Elle peut également être utilisée pour faire des pâtes et du pain, des hamburgers et des gâteaux.

    • Alimentation animale.

Elle produit une biomasse à haute valeur protéique. Cela peut être un complément idéal dans l’alimentation des animaux de compagnie, ainsi que des porcs, des volailles et des bovins.

    • Traitement des eaux usées.

Les plantes aquatiques sont efficaces pour le traitement des eaux usées (domestiques et industrielles), et constituent une alternative écologique et viable.

 

Comme vous pouvez le constater, les lentilles d’eau ont de nombreuses vertus et applications qui en font un aliment à considérer. Consultez un nutritionniste, et le cas échéant, ajoutez-la à vos menus.

 

Sources :

  • Biodisponibilité des protéines de la lentille d’eau Wolffia globosa, une nouvelle plante aquatique - Un essai contrôlé randomisé. Alon Kaplan, Hila Zelicha, Gal Tsaban, Anat Yaskolka Meir, Ehud Rinott, Julia Kovsan, Lena Novack, Joachim Thiery, Uta Ceglarek, Ralph Burkhardt, Anja Willenberg, Amir Tirosh, Ioav Cabantchik, Meir J. Stampfer, Iris Shai. Clinical Nutrition Journal. Dec 2018. DOI:  https://doi.org/10.1016/j.clnu.2018.12.009
  • La lentille d’eau Mankai pourrait-elle être le nouveau « super aliment » ? Anna Otvodenko. Medical News Bulletin. https://medicalnewsbulletin.com/could-the-mankai-duckweed-plant-be-the-new-superfood/

Les meilleures astuces pour croire en soi et gagner en sécurité

Les meilleures astuces pour croire en soi et gagner en sécurité

Avoir confiance en soi permet d’aborder le monde de manière sereine et d’affronter ce que la vie nous réserve. Un sujet sur lequel nous pouvons tous agir. Dans cet article, vous trouverez des astuces pour croire un peu plus en vous et gagner en sécurité.

Lorsque quelqu’un fait l’éloge de notre travail ou de notre personne, nous répondons généralement « oh, je viens d’aller chez le coiffeur » ou « j’ai eu de la chance... ». Il nous ait compliqué d’accepter les compliments.

Ce manque d’estime de soi et de confiance en soi est encore plus fréquent dans l’environnement professionnel. Heureusement, nous pouvons tous retrouver notre confiance en soi. Parce que s’améliorer dépend avant tout de soi, apprenez à être plus confiant et à se valoriser.

 

Qu’est-ce que l’estime de soi ?

L’estime de soi est l’opinion que nous avons de nous-mêmes. Les personnes ayant une bonne estime d’elles-mêmes croient en elles-mêmes.

Si l’on manque parfois de confiance en soi, les personnes ayant une faible estime de soi se sentent malheureuses ou insatisfaites d’elles-mêmes la plupart du temps. Il est donc possible de travailler sur le manque d’estime de soi et d’y remédier, même si cela demande une attention et une pratique quotidiennes.

 

Les avantages d’être une personne sûre d’elle-même

Être soi-même. Imaginez ne pas avoir à faire semblant d’être quelqu’un pour être accepté. Une personne ayant une bonne confiance en elle est bien dans sa peau et sait qu’elle n’a pas besoin de changer pour s’intégrer.

    • Être conscient de son objectif.

Lorsque vous vous connaissez et croyez en vous, vous pouvez identifier votre passion et votre but dans la vie. Cela vous aide à planifier l’avenir.

    • Faciliter la prise de décision.

Une personne qui a une haute estime d’elle-même est plus susceptible de prendre facilement des décisions et de s’y tenir. Ayez confiance dans votre propre jugement.

    • Accéder au succès.

Les personnes sûres d’elles ont la volonté de réussir dans tout ce qu’elles entreprennent. Parce que si vous vous connaissez bien, vous savez ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire.

    • De meilleures relations personnelles.

Si vous vous aimez et vous comprenez, vous serez plus à même de vous connecter aux autres à un niveau plus profond et d’entretenir de bonnes relations.

    • Une meilleure santé émotionnelle.

Ceux qui s’aiment détectent et traitent les problèmes (mauvaise image de soi, incertitude, manque d’amour...) avant qu’ils ne deviennent un problème.

    • Une meilleure santé physique.

Une personne ayant une haute estime d’elle-même a tendance à prendre davantage soin de son corps et à bien manger, à boire moins, à faire plus d’exercice... Elle préfère ne pas mettre sa santé en danger.

 

8 conseils pour croire en soi

1. Perdez la peur de dire « non ».

Nous avons peur de le dire parce que nous pensons qu’on ne nous aimera plus. Mais ce n’est pas vrai. Lorsque nous fixons des limites, nous nous sentons bien et les autres apprennent à nous respecter.

2. Cherchez l’approbation en vous-même.

Ne dépendez pas de l’approbation des autres. L’autodépréciation est censée impliquer que nous ne sommes pas une menace. Vous avez le droit de dire ce que vous pensez.

3. Demandez ce que vous voulez.

Exprimez vos attentes et n’attendez pas de récompenses en silence. De cette façon, personne ne saura ce que vous voulez. Dites-le (et si on vous dit « non », ce n’est pas grave). Vous le redemanderez.

4. Entourez-vous de personnes de valeur.

Echanger, partager des expériences, aider... Tout cela donne de la confiance en soi. Trouvez un groupe dans lequel vous vous sentez bien et élargissez votre cercle.

5. Aimez-vous beaucoup.

Faites des choses que vous aimez et qui vous font du bien. Mangez mieux, faites du sport, détendez votre esprit, parlez à vos amis, cultivez des passe-temps... Tout cela renforce votre estime de soi.

6. Apprenez à faire des erreurs.

C’est normal de faire des erreurs. C’est un processus d’apprentissage dans la vie et cela signifie que vous avez osé le faire. Lorsque nous ne disons ou ne faisons rien, nous stagnons, sans avancer.

7. Acceptez les louanges.

La prochaine fois que quelqu’un vous fait un compliment, dites simplement « merci ». Parlez de vous en bien, notez chaque jour les choses que vous avez bien faites. Si vous vous trompez, parlez-vous avec compassion.

8. Connaissez-vous bien.

Quelles sont vos forces ? Quelles sont vos faiblesses ? Réfléchissez pour savoir si vous pouvez travailler et améliorer quelque chose.

 

La théorie consistant à croire en soi et à prendre confiance en soi vous est sûrement familière, n’est-ce pas ? Il est maintenant temps de mettre ces habitudes en pratique et de renforcer votre estime de soi. Donnez-vous du temps et profitez de chaque étape.

 

Sources :

  • Estime de soi. Esprit sain. Better Health Channel. Victoria State Government. Australia. https://www.betterhealth.vic.gov.au/health/healthyliving/self-esteem
  • Le syndrome de l’imposteur. Elisabeth Cadoche y Anne de Montarlot. Ed. Península. 2021 ISBN: 9788499429670
  • Inarrêtable. La communication pour les femmes qui se distinguent. Teresa Baró. Ed. Paidós. 2021. ISBN: 9788449337734

Pourquoi a-t-on plus d’orgelets en été ?

Pourquoi a-t-on plus d’orgelets en été ?

La chaleur et la sécheresse peuvent nous rendre plus enclins à ces infections oculaires. Bien qu’ils ne soient pas graves, les orgelets peuvent être gênants et inconfortables. Garder les yeux propres et suivre un bon régime alimentaire peut prévenir et atténuer les symptômes.

Un jour, vous vous réveillez et découvrez qu’au ras des cils (à l’intérieur ou à l’extérieur de la paupière), vous avez une petite bosse rouge qui vous fait mal, vous démange et vous fait pleurer (même la lumière peut vous gêner). Vous avez un orgelet.

Les orgelets sont plus fréquents en été, car la chaleur et un environnement plus sec provoquent l’obstruction des glandes sudoripares situées sous l’œil. En outre, en été, nous avons tendance à nous toucher davantage le visage et les yeux, ce qui favorise les infections.

 

Qu’est-ce qu’un orgelet ?

Un orgelet est une grosseur infectieuse, localisée sous la peau de la paupière, rouge et douloureuse. Il survient généralement lorsque les glandes sudoripares situées à la base des cils sont bloquées en raison d’une infection bactérienne.

Le germe généralement impliqué dans cette infection est le staphylocoque doré.  Cependant, certains facteurs peuvent vous prédisposer à souffrir d’un orgelet, comme l’astigmatisme, la myopie ou la presbytie, ainsi que l’anémie ou le diabète.

En outre, selon la localisation de l’infection, il existe deux types d’orgelet :

    • Orgelet externe.

Il se situe sur le bord de la paupière, il est petit et superficiel et présente une tache jaunâtre qui indique l’existence d’une suppuration.

    • Orgelet interne.

Il est en général plus profond et pour le voir, il faut retourner la paupière. Il présente des signes inflammatoires de plus grande intensité que l’orgelet externe.

 

Pourquoi a-t-on plus d’orgelets en été ?

 

Les symptômes des orgelets

Les symptômes se caractérisent par une gêne au début de l’orgelet, suivie d’une sensibilité accrue :

    • Gonflement
    • Douleur
    • Coloration rougeâtre de la paupière

 

On peut ressentir un nodule arrondi et très douloureux à l’endroit de la lésion.

Tout cela entraîne une sensation de présence d’un corps étranger dans l’œil, accompagnée d’un larmoiement et d’un fort rejet de la lumière.

Après quelques jours, du pus apparaît à l’intérieur de l’orgelet, qui est ensuite éliminé spontanément avec un soulagement de la gêne.

Si l’orgelet ne disparaît pas en une ou deux semaines, il peut nécessiter une petite intervention.

 

Remèdes maison pour les orgelets

1. Nettoyage.

Lavez l’œil avec de l’eau tiède et du savon pour bébé et rincez bien. Les bains de camomille sont également recommandés pour leurs propriétés antiseptiques.

2. Eau chaude.

Appliquez un gant de toilette imbibé d’eau chaude pendant 10 minutes. Cela aide les glandes inflammées à se dilater, favorisant ainsi le drainage.

3. Massage.

Massez délicatement toute la zone de l’œil affecté, sans presser, afin que la glande draine plus facilement.

4. Citron et ail.

Intégrez à votre alimentation des aliments aux propriétés antibiotiques. L’université de Middlesex a découvert que le vinaigre de cidre de pomme est un puissant antimicrobien.

5. Fruits rouges.

L’Institut de technologie de l’Illinois a conclu que les fruits des bois (myrtilles, groseilles, framboises) sont antioxydants et anti-inflammatoires.

6. Oméga-3.

Les acides gras des poissons bleus, les noix et le soja sont les meilleurs anti-inflammatoires naturels, ce qui peut aider l’orgelet à dégonfler.

7. Aloe vera.

Il a été démontré qu’il est antibactérien et anti-inflammatoire. Coupez une feuille et extrayez sa pulpe. Battez-la et imbibez-en une gaze pour l’appliquer sur la paupière.

8. Thé vert.

Faites infuser un sachet, attendez qu’il refroidisse un peu et placez-le sur l’orgelet sans appuyer. Vous pouvez ressentir un soulagement en quelques minutes.

9. Euphrasie.

Vous pouvez faire de même avec un sachet de cette plante. Mais jamais en vrac, car elle peut contenir des micro-organismes et aggraver la situation.

10. Évitez les aliments transformés.

Essayez de ne pas consommer d’aliments ultra-transformés, de viande rouge et de sucre, des produits dont il est prouvé qu’ils sont inflammatoires.

 

A noter : Vous ne devez en aucun cas essayer de percer l’orgelet, car vous pourriez propager l’infection. Ne le frottez pas et ne le touchez pas non plus. Cela ne fera qu’augmenter l’inflammation.

 

Pendant les jours où il persiste, ne vous maquillez pas. Les produits cosmétiques peuvent irriter encore plus la zone. Et si vous portez des lentilles de contact, choisissez de porter des lunettes ces jours-là.

Pour garder vos yeux en bonne santé et éviter les problèmes à l’avenir : nettoyez toujours vos lentilles de contact, limitez votre consommation d’alcool (la rétine peut le métaboliser), portez des lunettes de soleil les jours ensoleillés et hydratez-vous bien pour maintenir la souplesse des membranes intraoculaires.

 

Sources :

  • Informations pour les patients. Société espagnole d’ophtalmologie. https://www.oftalmoseo.com/informacion-para-pacientes/
  • Baies : effets anti-inflammatoires chez l’homme. Shama V Joseph, Indika Edirisinghe, Britt M Burton-Freeman.  J Agric Food Chem. 2014 May 7;62(18):3886-903. doi: https://doi.org/10.1021/jf4044056
  • Activité antimicrobienne du vinaigre de cidre de pomme contre Escherichia coli, Staphylococcus aureus et Candida albicans ; régulation négative de l’expression des cytokines et des protéines microbiennes. Darshna Yagnik, Vlad Serafin, Ajit J Shah. Sci Rep. 2018 Jan 29;8(1):1732. doi: https://doi.org/10.1038/s41598-017-18618-x

L’art de déléguer

L’art de déléguer se comprend bien à bord d’un voilier. Nous pouvons donner la barre à notre second, laisser un autre monter les voiles, mais nous sommes toujours à bord et si les choses se gâtent, nous pouvons toujours intervenir. Et si tout se passe bien, nous aurons à féliciter l’équipage en lui rappelant les bons moments de la journée. Laisser faire en étant là, en soutien, toujours informé et soucieux de but collectif, n’est-ce pas cela l’art de déléguer ? C’est comme cela que les chefs dirigent leurs cuisines ! Et comme les grands chefs choisissent eux-mêmes leurs ingrédients du jour, l’art de déléguer c’est aussi le talent de choisir ses équipes et ses enjeux.


Qu’est-ce que l’acide folique et à quoi sert-il ?

Qu’est-ce que l’acide folique et à quoi sert-il ?

C’est l’une des vitamines les plus importantes pour l’organisme, notamment pour les femmes enceintes. Il aide au développement des cellules, fabrique de l’hémoglobine et prévient les maladies. Découvrez les sources d’acide folique (ou B9) et veillez à en consommer suffisamment.  

Également connu sous le nom de folate ou de vitamine B9, l’acide folique est une substance hydrosoluble dont l’excès est éliminé par l’urine.

Cette vitamine du groupe B, qui tire son nom du latin folium (qui signifie feuille), est essentielle à la formation et à la réparation des cellules et contribue à prévenir l’anémie et à maintenir une peau saine.

 

Quels sont les bienfaits de l’acide folique ?

La vitamine B9 est essentielle pour l’organisme et particulièrement importante pour les femmes. Selon l’université d’Alcalá, les femmes devraient prendre environ 400 mg par jour, un chiffre qui pourrait passer à 1 000 mg pendant la grossesse.

Quelles sont les fonctions de l’acide folique ?

    • Préserve une grossesse saine. Il réduit le risque de malformations du bébé, avant et après la grossesse. Il prévient les maladies cardiaques et réduit les risques de naissance prématurée.
    • Aide à la croissance et au développement des tissus et des cellules.
    • Participe à la formation de l’ADN.
    • Avec les vitamines B12 et C, il crée de nouvelles protéines.
    • Contribue à la formation des globules rouges. Il est essentiel dans la prévention de l’anémie.
    • Prévient l’hypertension. Il réduit le risque d’accident vasculaire cérébral.
    • Prévient le cancer (du côlon et de l’utérus).
    • Ralentit la chute des cheveux. Il stimule la croissance des cheveux.

 

Qu’est-ce que l’acide folique et à quoi sert-il ?

 

Quels aliments contiennent de l’acide folique ?

Les folates sont la forme naturelle de l’acide folique dans les aliments, bien que cette vitamine soit également présente de manière synthétique ou artificielle dans les aliments enrichis qui en contiennent. Ces aliments sont riches en folates :

    • Légumes à feuilles vertes.
  • Laitue, épinards, mâche, asperges ou blettes en sont de bons exemples. Essayez de les manger crus, car ils perdent un peu d’acide folique à la cuisson.
    • Légumineuses.
  • Ajoutez des haricots, des pois chiches, des graines de soja et des petits-pois à votre alimentation.
    • Fruits frais.
  • Ceux qui en contiennent le plus sont l’avocat et les agrumes.
    • Céréales complètes.
  • Ils contiennent plus d’acide folique que les produits raffinés. Ajoutez des flocons de blé soufflé et du seigle complet à votre petit-déjeuner.
    • Fruits secs.
  • Mangez-les crus. On recommande environ 7 à 8 noix par jour.
    • Grains complets.
  • Les flocons d’avoine, le quinoa et le riz brun en contiennent beaucoup.

 

Les suppléments d’acide folique sont une autre alternative, recommandée par certains experts, pour augmenter l’apport de cette vitamine.

Une étude de l’Université de Matanzas (Cuba) montre que la consommation d’acide folique en gélules avant et pendant la grossesse prévient les malformations congénitales.

Avant et pendant la grossesse, il prévient les malformations cardiaques, le syndrome de Down, les infections obstétricales, les hémorragies utérines, les retards de croissance intra-utérins et les naissances prématurées.

 

Contre-indications de l’acide folique

Pris par voie orale et à des doses adéquates, l’acide folique est sans danger, bien qu’il puisse parfois produire des réactions telles que :

    • Mauvais goût dans la bouche
    • Nausées
    • Perte d’appétit
    • Confusion et irritabilité
    • Troubles du sommeil

 

Comme vous pouvez le constater, l’acide folique est un grand allié de l’organisme et une vitamine essentielle pour celles qui souhaitent être enceintes ou qui sont en cours de grossesse. Incorporez-le à votre routine quotidienne et complétez votre régime par une alimentation saine et équilibrée.

Contrôlez votre alimentation dans le test sur le mode de vie sain de notre application.

 

Sources :


9 astuces pour avoir une relation de couple saine

9 astuces pour avoir une relation de couple saine

Parfois, l’amour ne suffit pas à maintenir une relation saine. Les experts soulignent que la confiance, l’écoute active et l’amitié sont les piliers de base d’un engagement solide.  Découvrez ces astuces pour avoir une relation de couple saine et heureuse.

Nous essayons de manger sainement, de faire de l’exercice chaque semaine et d’aller chez le médecin quand il le faut pour prendre soin de notre santé. Mais que faisons-nous pour prendre soin de notre relation ?

La plupart d’entre nous réagit en temps de crise et ne prête attention que lorsqu’il y a un problème.

Cependant, une relation de couple est comme un jardin : si vous n’en prenez pas soin, les mauvaises herbes y pousseront et détruiront tout.

Renforcer le lien (même avant l’apparition de la tempête), adopter une approche proactive et s’écouter davantage l’un l’autre peut rendre une relation sentimentale plus saine.

 

9 astuces pour avoir une relation de couple saine

 

Les avantages d’une relation durable

Les relations à long terme nécessitent des efforts et un engagement quotidien. Mais les efforts en valent la peine.

    • Accepter les complexes.

Améliorez la perception de vous-mêmes, notamment de vos « faiblesses » (vos poignées d’amour, votre façon de cuisiner, votre aspect maniaque...).

    • Copier les habitudes de santé.

Les couples ont tendance à copier les habitudes de l’autre : si l’un va chez le dentiste une fois par an, l’autre est susceptible de faire de même.

    • Sentiment de sécurité.

Lorsque vous ressentez un lien sûr et permanent avec votre partenaire, vous pouvez essayer de nouvelles choses. Vous avez un endroit où retomber si les choses ne fonctionnent pas.

    • Partager des souvenirs.

Se remémorer les expériences que vous avez partagées est une stratégie efficace pour le bonheur personnel (et de la relation).

    • Corriger les biais de pensée.

En apprenant à se connaître, on sait quand l’autre tombe dans un schéma. Donc, s’il prend des décisions rapides, vous savez que c’est parce qu’il est impatient.

Les clés d’une relation saine

Voici les neuf piliers des relations saines qui, selon les experts (*), sont la clé d’un lien satisfaisant et durable.

1. Soyez vous-même.

Vous et votre partenaire vous acceptez mutuellement pour ce que vous êtes. N’essayez pas de changer l’autre. Vous pouvez être vous-même et montrer votre identité sans vous soucier de savoir si il ou elle vous jugera.

2. Soyez les meilleurs amis.

Des études récentes suggèrent que les partenaires romantiques qui mettent l’accent sur l’amitié ont tendance à être plus engagés et à éprouver plus de satisfaction sexuelle.

3. Sentez-vous à l’aise.

Ouvrez-vous, partagez vos sentiments et faites-vous confiance. Malgré le risque de vulnérabilité, apprenez à faire confiance à votre partenaire  et cela le/la rapprochera de vous.

4. Vous vous ressemblez plusque vous ne le pensez.

Malgré certaines différences, vous avez beaucoup de choses en commun. Vous aimez vous retrouver sur le canapé, même si vous aimez les comédies et lui les films d’action.

5. Vous formez une équipe.

Quand vous parlez, utilisez-vous souvent le « nous » ? Les couples qui sont ainsi interconnectés sont plus satisfaits et plus engagés.

6. Soyez une meilleure personne.

Quand votre partenaire soutient vos choix de vie, professionnelles ou personnelles, vous êtes plus épanoui et votre relation aussi. Une relation harmonieuse permet de s’améliorer.

7. Partagez le pouvoir.

Bien qu’il y ait des domaines d’expertise (l’un fait le ménage et l’autre les repas), vous partagez tous deux la prise de décision et le pouvoir dans la relation.

8. Vous vous faites confiance.

En couple, vous partagez des intérêts et il est important de pouvoir compter l’un sur l’autre. La confiance favorise un engagement plus fort.

9. Vous n’avez pas de gros problèmes.

Dans une relation, il faut différencier les petits problèmes et des grands PROBLÈMES. Le manque de respect, les mensonges ou la jalousie impactent profondément les relations. Si ce n’est pas votre cas, vous êtes mieux loti que vous ne le pensez.

 

Avez-vous pu identifier les astuces que vous pratiquez et celles que vous pourriez mettre en place ? Une dernière idée : Parfois, il suffit de simplement de savourer tout ce qui fonctionne dans le couple. Les relations saines sont fondées sur le respect mutuel, l’amour et l’amitié entre égaux.

 

Sources :


Les parties du cerveau et leurs fonctions

Les parties du cerveau et leurs fonctions

C’est notre « moi » le plus intime. Il contrôle nos mouvements, notre discours, notre intelligence et même nos émotions. Situé à l’extrémité de la moelle épinière, à l’intérieur du crâne, cet organe est la partie la plus importante du système nerveux central. Nous vous disons tout sur le cerveau.

Il contrôle ce que nous pensons et ressentons, nos souvenirs et même notre rythme cardiaque et notre digestion. Le cerveau est un organe très puissant qui nous permet d’effectuer les opérations mentales les plus complexes.

Il pèse environ 1 400 grammes et contient environ 100 milliards de neurones et 100 trillions de connexions. Cette partie vitale de notre organisme est composée de diverses structures, qui fonctionnent de manière coordonnée et remplissent différentes fonctions.

 

A quoi sert chaque partie du cerveau

Le système nerveux central (SNC) se compose du cerveau et de la moelle épinière. L’encéphale est situé à l’intérieur du crâne et le cerveau en est la partie la plus représentative. La moelle épinière, quant à elle, est un long cordon situé dans le canal vertébral, chargé de transmettre toutes les informations fournies par le cerveau au reste du corps.

Le cerveau est un élément principal de l’encéphale, qui se compose de trois zones principales : le cerveau lui-même, le cervelet et le tronc cérébral.

    • Cerveau.

Sa couche externe (cortex ou cortex cérébral) est rugueuse et présente une grande extension. Il intègre les informations nécessaires à la réalisation de processus mentaux complexes et se divise en deux hémisphères, gauche et droit, reliés entre eux par un ensemble de fibres.

Chaque hémisphère possède quatre lobes (frontal, pariétal, temporal et occipital). Le lobe occipital traite les informations visuelles ; le lobe pariétal guide les mouvements ; le lobe temporal donne un sens aux informations sensorielles et permet les processus liés au langage ; enfin, le lobe frontal planifie et exécute nos actions et participe à la production du langage.

    • Cervelet.

Il s’agit de la deuxième plus grande structure du cerveau. Il est situé sous les hémisphères cérébraux et contrôle les mouvements. Il est également impliqué dans les activités cognitives liées au langage, à la mémoire, à l’attention et même aux émotions.

    • Tronc cérébral.

Situé à la base du crâne, il relie le cerveau à la moelle épinière. Il contrôle les actions automatiques telles que le rythme cardiaque, la pression sanguine, la respiration et les mouvements volontaires des yeux, de la langue et des muscles faciaux.

 

Les hémisphères du cerveau et la personnalité

Les deux hémisphères cérébraux (situés dans le cortex cérébral) sont presque symétriques à l’œil nu, mais à l’échelle microscopique, ils sont très différents et fonctionnent différemment. L’hémisphère gauche contrôle le côté droit et l’hémisphère droit contrôle le côté gauche.

On dit souvent que quelqu’un a le cerveau gauche ou le cerveau droit, en fonction de son côté dominant. Si vous êtes une personne analytique, ordonnée et rationnelle, le cerveau gauche prédomine, tandis que si vous êtes créatif, le cerveau droit prédomine, selon le psychologue et prix Nobel Roger W. Sperry.

L’hémisphère gauche (également appelé cerveau numérique) est associé à la logique, au séquençage, aux mathématiques et à d’autres faits analytiques, tandis que le cerveau droit ou analogique est lié à l’imagination, à l’intuition et aux signaux non verbaux.

Malgré la pertinence des recherches de Sperry dans les années 1960, ses conclusions ont été réfutées par des études ultérieures. Les deux hémisphères sont reliés par des fibres nerveuses et se complètent. Le cerveau ne favorise pas un côté plutôt que l’autre.

De même, les traits de personnalité, les préférences individuelles ou l’apprentissage ne permettent pas de déterminer quelle partie du cerveau nous utilisons le plus.

 

Comment garder votre cerveau jeune

L’âge, le stress ou l’accumulation d’obligations peuvent entraîner une défaillance de notre mémoire. Certaines habitudes peuvent nous aider à la renforcer et à stimuler notre capacité mentale :

    • Exercice physique.

L’activité physique crée davantage de connexions dans le cerveau et favorise la formation de cellules supplémentaires. Le cerveau se développe lorsque nous faisons de l’exercice.

    • Mémoriser en mouvement.

Vous savez que si vous essayez de mémoriser quelque chose, il est préférable de le faire en mouvement ? Marchez si vous voulez vous souvenir de quelque chose. Il est plus probable que vous vous en souveniez.

    • Manger mieux.

Essayez d’avoir une alimentation équilibrée, comprenant des aliments riches en acides gras, comme les noix, les graines, le poisson et l’avocat.

    • Déconnecter.

Le stress et l’anxiété sont toxiques pour le cerveau. Pour éviter et calmer ces sentiments, pratiquez la méditation, partez à la montagne ou trouvez une échappatoire (lecture, peinture, danse...).

    • Chercher d’autres défis.

Apprendre quelque chose de nouveau augmente l’élasticité du cerveau et le garde jeune. Prenez des cours de japonais, de peinture ou de bachata.

    • Utiliser les deux mains.

Que vous soyez gaucher ou droitier, essayez d’utiliser votre autre main pour faire certaines choses. Cela va stimuler les connexions nerveuses entre les deux hémisphères.

    • Écouter de la musique.

Les mélodies stimulent le cerveau et renforcent les capacités cognitives. D’ailleurs, la mémoire musicale est la dernière à disparaître en cas de démence.

    • Bien dormir.

Le sommeil est un facteur clé pour la mémoire. Reposez-vous de 7 à 9 heures chaque nuit. Si vous étudiez avant de vous coucher, vous vous en souviendrez mieux le lendemain matin.

 

Comme vous pouvez le constater, améliorer la mémoire et la concentration est plus facile qu’il n’y paraît et vous aidera à garder votre cerveau en forme et actif à tout âge.

 

Sources :


La vaccination apportera des changements dans la lutte contre le COVID19

La vaccination apportera des changements dans la lutte contre le COVID19

Les épidémies de SARS-CoV-2 devraient changer avec la vaccination. Plusieurs études tentent d’anticiper la manière dont la vaccination partielle peut modifier le comportement du coronavirus et de déterminer les implications que cela pourrait avoir sur le contrôle de l’épidémie cet automne.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

En France, les experts de l’Institut Pasteur ont réalisé une étude selon laquelle, sur la base de la capacité infectieuse du variant Delta dominant et de la couverture vaccinale de cet automne, il est possible qu’il y ait un pic significatif d’hospitalisations en l’absence de mesures de contrôle épidémique.

 

Selon leurs estimations, on s’attend à ce que :

    • Les adultes non vaccinés contribuent de manière significative à la pression exercée sur l’hôpital. Dans le scénario étudié en France, très similaire à celui de l’Espagne et d’autres pays européens, les personnes de plus de 60 ans non vaccinées représentent 3 % de la population, mais 35% des admissions hospitalières.
    • Les personnes non vaccinées contribuent de manière disproportionnée à la transmission : une personne non vaccinée a 12 fois plus de chances de transmettre le SARS-CoV-2 qu’une personne vaccinée.
    • En raison de la faible couverture vaccinale, une étude portant sur les enfants et les adolescents révèle qu’ils représenteront environ la moitié des infections, alors qu’ils ne représentent que 22 % de la population.

 

Par conséquent, les stratégies les plus appropriées pour contrôler l’épidémie seraient les suivantes :

    • Veiller à ce que les personnes les plus vulnérables bénéficient de la meilleure couverture vaccinale possible.
    • Les mesures de protection avec des masques à l’extérieur ont un impact similaire, qu’elles soient appliquées à l’ensemble de la population ou seulement aux personnes non vaccinées. C’est pourquoi, dans une population partiellement vaccinée, il est possible d’obtenir un bon contrôle de l’épidémie avec une perte sociale minimale en appliquant les mesures uniquement aux personnes non vaccinées. Toutefois, cela soulève d’importantes questions sociales et éthiques, car les restrictions imposées aux personnes non vaccinées pourraient être interprétées comme une discrimination.
    • De toutes les mesures étudiées, la vaccination des personnes non vaccinées est la plus efficace pour contrôler l’épidémie.

 

Grâce à la vaccination, l’effort nécessaire pour contrôler un rebond épidémique devrait être nettement inférieur à celui de la période de pré-vaccination.

 

La vaccination apportera des changements dans la lutte contre le COVID19

 

La vaccination des adolescents contre le COVID19

La situation des enfants et des adolescents doit être considérée avec une attention particulière.

 

Si une recrudescence épidémique se produit cet automne, des mesures de contrôle dans les écoles, collèges et lycées peuvent être nécessaires pour réduire le risque d’infection.

 

En raison de la faible couverture vaccinale, les enfants et les adolescents devront être scolarisés avec des protocoles de prévention plus stricts que ceux appliqués aux adultes vaccinés.

 

La vaccination des adolescents doit leur permettre de retrouver une vie normale et les protéger des effets néfastes des mesures non pharmaceutiques : isolement, retards scolaires, obésité, augmentation de la myopie due à la diminution du temps passé à l’extérieur.

 

En outre, la vaccination des adolescents âgés de 12 à 18 ans pourrait réduire considérablement la pression exercée sur le système de santé. Par exemple, la vaccination de 50 % des adolescents pourrait réduire de 53 % le nombre maximal d’hospitalisations par rapport à un scénario dans lequel ils ne sont pas vaccinés.

 

Les enfants âgés de 0 à 9 ans sont 50 % moins infectieux que les adultes et 50 % moins sensibles. Il suffit de développer des protocoles efficaces pour contrôler la circulation des virus dans les écoles et réduire la nécessité de fermer les écoles.

 

Références :

  • Paolo Bosetti, Cécile Tran Kiem, Alessio Andronico, Vittoria Colizza, Yazdan Yazdanpanah, et al.. Épidémiologie et contrôle des épidémies du SARS-CoV-2 dans les populations partiellement vaccinées : une étude de modélisation appliquée à la France. 2021.
  • Viner, R. M. et al. Susceptibilité à l'infection par le SARS-CoV-2 chez les enfants et les adolescents par rapport aux adultes : examen systématique et méta-analyse. JAMA Pediatr. 175, 143–156 (2021).
  • Campbell, F. et al. Augmentation de la transmissibilité et de la propagation mondiale des variantes du SARS-CoV-2 préoccupantes en juin 2021. Eurosurveillance vol. 26 (2021).

Sélectionner ses 3 priorités

Si vous voulez être champion du monde dans un sport, vous avez une priorité. Si en plus vous êtes père ou mère, vous avez deux priorités. Et si en plus vous avez un job, alors vous en avez trois ! Comment savoir ce qui est vraiment prioritaire pour vous ? Posez-vous la question : si je ne fais pas cela ou si je rate cela, est-ce que cela sera grave pour moi ? Autrement dit, est-ce que je le regretterai ?

Cette même question fonctionne aussi au travail et permet de faire le tri. Beaucoup de choses sont d’importances relatives, mais leur nombre masque nos vraies priorités.