Votre cerveau ne s’use que s’il ne sert pas

Un homme jeune immobilisé pour une fracture de la jambe voit en quinze jours ses muscles fondre et perdre leur tonus.

Votre cerveau fonctionne un peu de la même façon : en trois semaines de vacances, vous perdez 20 % de votre quotient intellectuel ! Votre matière grise est constituée de 100 milliards de neurones reliés entre eux, qui ont des capacités bien supérieures à celles d’un ordinateur.

 

Les connexions neuronales se multiplient lors de l’apprentissage dans l’enfance, mais aussi lors des acquisitions que l’on peut faire à tout âge. Sollicitez votre cerveau toute votre vie en toutes occasions, en pratiquant de nouvelles activités. Si vous apprenez par exemple la manipulation des cartes pour faire de la prestidigitation, la taille de l’aire cérébrale correspondant à cette pratique digitale de précision augmentera au bout de trois mois.

 

En développant ainsi des fonctionnalités dans de nouveaux territoires cérébraux, vos performances intellectuelles et de mémorisation seront renforcées. Ainsi, faire des mots croisés, des sudoku ou certains jeux vidéo n’est pas si futile qu’il y paraît : ces activités dynamisent le travail des neurones et leurs connexions. De même, quel que soit l’âge, l’étude d’une langue étrangère, l’apprentissage d’un instrument de musique, l’écriture de ses mémoires, s’entraîner à apprendre des listes (adresses, numéros

de téléphone) ou des poèmes, voire stimuler sa créativité (peinture, poterie, photographie) sont autant de façons de booster votre cerveau et d’entretenir sa jeunesse.

 

Stimulez vos sens

Pour rendre votre mémoire plus performante, il ne faut pas hésiter à activer plusieurs sens ; changer de lieu pour lire, d’ambiance pour travailler ou écouter une musique inconnue, découvrir l’odeur d’une nouvelle bougie ou le goût d’un thé récemment acheté, constituent des stimuli inédits qui améliorent la mémorisation.

Ayez aussi à cœur de stimuler les circuits de récompense et de bien-être du cerveau en modifiant vos habitudes : découvrez de nouveaux plats, changez de parfum ou de lieu de vacances, rencontrez de nouvelles personnes.

 

Sortir de votre routine (métro, boulot, dodo) vous évitera de vous scléroser dans vos habitudes et d’évoluer dans un cercle trop restreint d’amis.

 

Nourrissez bien vos neurones

Votre cerveau a besoin de l’oxygène apporté par les vaisseaux et de l’énergie fournie par le glucose provenant des glucides. Très riche en lipides, il doit recevoir des acides gras et notamment les oméga 3 (poissons gras, graines de lin et de chia, huile de colza, fruits oléagineux) pour assurer un bon équilibre cognitif et psychique. Une carence en oméga 3 peut favoriser les états dépressifs.

 

C’est dire, pour éviter les déficits qui fragiliseraient le cerveau, l’importance d’une alimentation bien conçue qui permettra aussi de diminuer le risque de survenue d’une maladie d’Alzheimer.

 

En outre, un apport suffisant en antioxydants (fruits, légumes, chocolat très noir, café, thé vert, vin rouge, épices) semble avoir des vertus de protection contre la dégénérescence cérébrale que l’on observe dans cette redoutable maladie.

 

SUR VOTRE LIEU DE TRAVAIL

Dans le cadre de la formation continue, pourquoi ne pas demander à apprendre ou perfectionner une langue étrangère ?

 

Pour aller plus loin, recevez gratuitement le guide du bien-être d’AXA Prévention en visitant cette page : https://www.axaprevention.fr/concours/formulaire-commande-guide-bien-etre