Depuis une dizaine d’années, les épisodes de canicule se multiplient partout dans le Monde. Les États diffusent des messages de prévention et nous savons tous qu’il faut boire beaucoup, rafraîchir les lieux de vie et penser à soutenir les personnes âgées qui sont les plus explosées. Nous savons aussi qu’il faut savoir repérer les premiers signes de déshydratation comme la perte de poids, la sécheresse de la peau, la fatigue et la somnolence. Dans ces cas, il est essentiel d’appeler les urgences : des conseils pourront être donnés  sur la conduite à suivre et, le cas échéant, une équipe pourra être diligentée sur place.

Ce que nous savons moins, c’est que les coups de chaleur augmentent eux aussi et qu’ils sont gravissimes. Ils peuvent survenir de façon brutale dès le premier jour, sans être précédés d’une importante déshydratation. Les symptômes sont d’emblée graves avec  des maux de tête violents, des nausées, et des signes neurologiques pouvant aller de la confusion à des pertes de connaissance ou des convulsions… La température corporelle de la victime est élevée (au-dessus de 39°C) et sa peau est brûlante. Il faut appeler immédiatement les services d’urgence après avoir mis la personne à l’ombre. En attendant l’ambulance, il faut déshabiller la victime, la refroidir avec de l’eau et la ventiler en créant un flux d’air au plus proche de sa peau.

À savoir aussi : les coups de chaleur peuvent concerner tout le monde, y compris les bébés quand ils sont confinés dans une voiture par exemple. Ils peuvent aussi toucher ceux qui travaillent au soleil ou ont une activité physique importante (marche prolongée, sport).

Source : http://www.urgences-serveur.fr/prise-en-charge-du-coup-de-chaleur,2266.html