Le casse-tête continue. Edouard Philippe nous l’a expliqué mardi en une phrase : « Un peu trop d’insouciance et c’est l’épidémie qui repart. Un peu trop de prudence et c’est l’ensemble du pays qui s’enfonce (dans la crise) ». Pourtant le masque ne sera pas obligatoire dans les lieux publics (sauf dans les transports en commun), mais seulement recommandé.

 

Dr Philippe Presles le jeudi 30 avril 2020

 

Souvenez-vous ce 10 décembre 2018 : La ministre de la Santé annonçait la prise en charge par l’Assurance maladie d’un préservatif masculin. Huit jours plus tard, la Haute Autorité de Santé (HAS), publiait un avis : « Dans le cadre de la prévention des IST (infections sexuellement transmissibles), les dispositifs SORTEZ COUVERTS ! partagent avec les autres préservatifs un intérêt de santé publique, compte tenu de la fréquence et du caractère de gravité des pathologies concernées. »

 

Sortez couverts !

 

Je l’attendais ce slogan ! En tant que médecin, j’ai été dubitatif comme mes confrères de l’Académie de médecine qui dès le 2 avril déclaraient : « Le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur. » Sur France 2, le soir de l’annonce du plan de déconfinement, le Pr Philippe Juvin* commentait : « C’est dommage (la non obligation du port du masque). Il faut porter un masque dans l’espace public, pour éviter de diffuser le microbe autour de soi. »

 

Bien sûr, nous comprenons le problème du Premier ministre. C’est celui de Jane avec sa farine ! Il y a pénurie, parce que les gens font trop de stock ! Stock de farine, de papier toilette, de chloroquine et maintenant de masques. Or nos capacités de production de masques grand public ne vont monter que progressivement de 26 millions par semaine aujourd’hui à 38 millions par semaine le 11 mai…

 

Mais au moins que ceux qui ont des masques les portent et que ceux qui n’en ont pas soient poussés s’en procurer. C’est collectivement que nous gagnerons de pouvoir de nouveau sortir au restaurant, au café, au cinéma, au théâtre, et même partir en week-end et en vacances. C’est ensemble que nous sauverons cette économie des loisirs, de la culture et du tourisme si chère à notre pays. Alors il me semble qu’il faut entendre cette recommandation du Premier ministre comme une obligation : sortons tous couverts !

 

Heureusement, pour les tests, cela va aller.

 

Pour les tests en revanche, on va être bien prêt, avec une politique qui fait l’unanimité : des tests virologiques pour tous les cas suspects, à savoir les malades et toutes leurs relations pendant leur période de contagiosité. C’est très efficace pour casser la chaine de transmission du virus, ce qui a été largement démontré dans plusieurs pays dont la Corée du Sud et l’Allemagne. Nous pratiquerons ainsi 700.000 tests par semaine et, en cas de positivité, des brigades de santé publique enquêteront à la recherche des cas contacts. Et tout porteur sain ou malade devra être isolé, soit chez lui, si les conditions le permettent, soit à l’hôtel. Autrement dit, le but du jeu est d’inverser complètement les choses : laisser les humains circuler dehors en confinant les virus dedans !

 

Pour le reste du plan, chapeau !

 

Au final, le plan de déconfinement conçu par Jean Castex et défendu par le Premier ministre a été largement soutenu par 368 députés sur 571 votants (103 abstentions et 100 contre). C’est un sacré travail qui donne de l’espoir pour gérer cette crise au mieux. Et nous allons enfin pouvoir les sortir nos jolies Triumph, BMW, Honda, Yamaha, Suzuki, Harley-Davidson et Kawazaki ! Nous allons pouvoir nous promener et profiter davantage du printemps. Surtout, nous allons vivre quelque chose d’absolument exceptionnel et qui n’arrive pas souvent dans une vie : nous allons tout réexpérimenter pour la première fois, en en ayant complètement conscience… Quelle chance ! Marcher librement où l’on veut, embrasser sa nana dans la rue, faire vroum vroum ! (Prenez quelques minutes pour goûter le premier tour de clé…) Vous rendez-vous compte ? En thérapie nous appelons cela l’attention au moment présent ou la pleine conscience. Nous allons tous goûter ces moments privilégiés. Vous vous souvenez, c’est comme le premier jour des grandes vacances quand vous étiez petits, c’est comme ce premier shoot dans un ballon après l’entorse de la cheville, c’est comme ces retrouvailles entre amis sur la plage des vacances… C’est quand même merveilleux !

 

Bien poursuivre son confinement

 

Reste à poursuivre notre confinement, car la quille ce sera dans 11 jours ! Avec cette question clé : peut-on être confiné et libre à la fois. Oui, nous dit Sartre dans la chronique philosophique de Fabrice Midal, « Tu es libre, donc choisis, ce qui veut dire invente ! » Tu hésites, tu as des choix à faire ? Alors c’est que ta liberté est réelle. Et si tu n’es pas satisfait des choix qui s’offrent à toi, invente ! Qu’est-ce que le déconfinement changera sur ce plan ? Rien. Si nous ne sommes pas capables d’être libres maintenant, nous ne le serons pas davantage demain. La liberté, c’est d’avoir à répondre au réel, nous explique Midal :

https://www.youtube.com/watch?v=B6t1VrUDlyY&list=PLs75uZeQLVSEvO8HAQL5L1aavuGq9w4ME&index=10

 

Reste à garder la forme, malgré tous ces gâteaux et ces viennoiseries, malgré les apéros-zoom et le télétravail (oui, il faut se lever entre chaque réunion…). C’était quand même sympa tous ces moments spéciaux et toutes ces bonnes habitudes de sport à la maison que nous avons prises. Je vous imagine tous body-buildés avec les cheveux longs. J’ai hâte de vous revoir tous. Cela aussi, ce sera une nouvelle première fois ! En attendant, il faut pédaler ou courir, vous avez le choix (cf. Sartre, plus haut) et AXA Atout cœur vous propose un nouveau challenge confiné. Allez-y à fond !

https://www.axa-atoutcoeur.fr/event/2254/challenge-confines-notre-defis-pour-la-2eme-s

 

Et n’oublions pas les autres services connectés soutenus par AXA dont nous pouvons en être fiers :

 

Portez-vous bien et à la semaine prochaine !

 

* chef des Urgences de l’hôpital Pompidou, maire LR de La Garenne Colombe et Pdt de la fédération LR dans le 92.