La natation est un exercice complet, polyvalent et recommandé pour tous car il offre de nombreux bienfaits pour la santé. Découvrez les meilleures techniques de respiration, de mouvements des bras et des jambes pour avancer rapidement en crawl sans vous fatiguer. Nous vous les expliquons étape par étape !

 

Nager le crawl est l’un des moyens de se déplacer rapidement dans l’eau grâce à l’action constante des jambes et des bras. C’est souvent l’un des premiers styles à être enseigné quand on apprend à nager. Bien qu’il s’agisse d’un style de natation de base, il exige coordination et technique pour être efficace.

 

La technique du crawl

 

Le professeur d’université Germán Díaz recommande dans son livre Comment bien nager, de suivre quelques conseils simples pour pratiquer correctement le crawl :

 

  1. Nager en ligne droite : pour éviter les collisions, utilisez les lignes de la piscine comme référence.
  2. Se positionner le plus horizontalement possible : votre tête doit être alignée avec le reste de votre corps. Cherchez une position horizontale avec le minimum de résistance lorsque vous avancez, sans pour autant être trop hors de l’eau. Regardez vers le bas (et non vers l’avant), pour que vos jambes et vos hanches ne coulent pas et ainsi moins vous fatiguer.
  3. Contrôler la respiration : expirez dans l’eau et inspirez lorsque la bouche sort de l’eau, ce qui coïncide avec la phase de récupération d’un bras. Essayez de respirer des deux côtés, de manière alternée. La tête est la seule chose qui tourne.
  4. Bouger les bras et les jambes : les membres inférieurs nous aident à avancer et à garder notre équilibre. Bougez toute la jambe depuis la hanche, pas seulement les chevilles. Les bras se déplacent en deux phases : aquatique (propulsion) et aérienne (récupération). Tendez votre bras presque à 100 % lorsque vous entrez dans l’eau pour profiter de l’intégralité du mouvement.
  5. Tourner le corps : ne nagez pas à plat, mais tournez d’un côté à l’autre. De cette façon, vous activez les muscles de votre dos et de vos épaules et vous donnez plus de force à vos mouvements.
  6. Allonger les mouvements de bras : placez votre coude en position haute tandis que vous tendez votre bras en arrière dans l’eau. Cette position, qui vous permet de tenir votre avant-bras à la verticale plus longtemps, augmente l’adhérence dans l’eau et améliore la propulsion.
  7. Coordonner les mouvements : le crawl fonctionne comme une machine bien huilée, tout doit s’adapter au bon moment. La synchronisation des jambes, des bras et de la tête vous aidera à avoir une meilleure impulsion et à moins vous fatiguer.
  8. Compter les mouvements de bras : nagez avec le minimum de mouvements de bras pour éviter la fatigue musculaire.

 

 

Les avantages du crawl

 

Le crawl sollicite la plupart des muscles du corps et se concentre principalement sur les fessiers, les abdominaux, les épaules et le dos. Parmi ses avantages nous trouvons une amélioration de la respiration, une augmentation de la force musculaire et l’endurance, mais aussi le soulagement du stress et de l’anxiété. De plus, le crawl à un faible impact sur les articulations et les os.

 

Entraînement de natation

 

L’Ordre professionnel des physiothérapeutes recommande de nager avec l’un ou l’autre style suivant si vous souffrez des pathologies dont vous pouvez souffrir :

 

Cervicalgie : en cas de problèmes cervicaux ou d’hypercifose (courbe thoracique accentuée), il est conseillé de nager avec la tête hors de l’eau, sans la tourner.

Hyperlordose : lorsque la courbe vertébrale est accentuée, il est conseillé d’effectuer des exercices de dos crawlé et de brasse verticale.

Lombalgie : en cas de pathologie lombaire, il est conseillé de nager le crawl en maintenant la tête à l’intérieur.

Douleurs aux épaules : si vous avez des problèmes ou des douleurs à l’épaule, il est préférable de nager la brasse et d’éviter de nager le crawl ou le dos crawlé.

 

Comme vous pouvez le constater, la natation est l’une des pratiques sportives qui cause le moins de dommages aux articulations. Toutefois, il est important de connaître la technique pour éviter les risques inutiles et profiter au maximum de l’eau et bénéficier de tous ses bienfaits.

 

Sources :

 

  • Comment bien nager, Germán Díaz, 2012.
  • Ordre professionnel des physiothérapeutes