À quelques jours de la rentrée scolaire, le tableau épidémiologique du COVID19 a changé et la situation aggravée par la variante Delta, plus contagieuse, amène à se demander si les directives de sécurité approuvées au printemps sont suffisantes.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

Il n’existe pas encore de données solides sur la façon dont la variante Delta affecte les jeunes enfants. Une nouvelle étude de grande envergure menée en Corée du Sud apporte une réponse : les enfants de moins de 10 ans transmettent le virus à d’autres personnes beaucoup moins souvent que les adultes, mais le risque n’est pas nul.

 

La principale mesure pour prévenir la gravité de la maladie en classe est la vaccination. En septembre, on s’attend à ce que la plupart des adolescents retournent à l’école avec au moins une dose de vaccin contre le COVID19.

 

Plusieurs études sont en cours pour évaluer les vaccins contre le COVID19 chez les jeunes enfants âgés de 6 mois et plus. Cependant, jusqu’à ce que les résultats soient disponibles, les écoles primaires ouvriront leurs portes sans que pratiquement aucun de leurs élèves ne soit vacciné.

 

Outre les mesures que chaque école et les autorités éducatives ont mises en place concernant l’utilisation de masques, l’hygiène des mains, la ventilation et la séparation des enfants, de nombreux aspects doivent être pris en compte individuellement :

    • Mettez à l’enfant un masque qui s’adapte bien – sans espace autour de la bouche, du nez ou du menton – et qui soit confortable.

Le meilleur masque est celui qui peut être porté pendant de longues périodes.

    • Faites un test de dépistage du coronavirus dès que vous le soupçonnez.

Vous pouvez acheter des tests antigéniques rapides en vente libre à la pharmacie et les conserver dans votre armoire à pharmacie au cas où vous en auriez besoin. Ces tests peuvent donner de faux négatifs, mais ils sont très efficaces pour détecter une infection.

    • Gardez votre enfant à la maison s’il présente des symptômes suspects.

Même si les symptômes s’avèrent être « un simple rhume », faites-en sorte qu’il ne contamine personne. Ne renvoyez pas votre enfant à l’école s’il continue à tousser et à éternuer, qu’il ait ou non le COVID19.

    • Pensez à l’avance à qui s’occupera de qui – et comment – si quelqu’un tombe malade.

Si l’enfant est testé positif au coronavirus, ne paniquez pas et rappelez-vous que les enfants sont incroyablement résistants. Selon les études réalisées à ce jour, la plupart des cas de COVID19 chez les enfants sont bénins. Surveillez votre enfant de près et consultez votre pédiatre, surtout s’il a des problèmes de santé sous-jacents qui peuvent nécessiter une surveillance.

    • Réduisez le risque de transmission à domicile

La clé est d’utiliser plusieurs niveaux de protection : la première ligne de défense consiste à vacciner le plus grand nombre possible de personnes dans le foyer.

La deuxième est l’isolement et les mesures de protection : un enfant plus âgé qui est malade du COVID-19 peut être isolé dans une chambre, peut-être avec une salle de bain pour lui seul.

Si l’enfant est petit ou si l’espace et les salles de bain sont limités, il existe des moyens éprouvés de réduire les risques de transmission :

      • Si vous partagez un espace intérieur avec une personne malade, tous les habitants de la maison doivent porter des masques dans la mesure du possible.
      • Ventilez fréquemment la maison pour disperser le virus.
      • Nettoyez et désinfectez régulièrement les surfaces partagées, comme le lavabo de la salle de bain ou la table de la cuisine, surtout si une personne malade a toussé ou éternué à proximité.
      • Les personnes vaccinées peuvent s’occuper du jeune malade sans avoir besoin de se mettre en quarantaine, tant qu’elles restent en bonne santé, sans symptômes de COVID19.
    • Gardez votre enfant à la maison jusqu’à ce qu’il ne soit plus contagieux.

La maladie n’est plus considérée comme contagieuse 10 jours après les premiers symptômes, tant qu’il n’y a pas de fièvre.

    • Pour les jeunes enfants, le contact physique – câlins et caresses – peut être important.

N’arrêtez pas de les câliner, mais faites-le avec prudence et portez toujours un masque. Essayez d’attendre cinq jours après les premiers symptômes.

    • Après un cas contact à l’école :

Si votre enfant n’est pas vacciné, mettez-le en quarantaine, utilisez des masques, surveillez les symptômes et faites-lui des tests. Si l’enfant mis en quarantaine reste à la maison, le reste de la famille peut poursuivre ses activités essentielles – école, travail, courses, etc. – en prenant quelques précautions. Toute la famille doit s’abstenir de sortir pour jouer ou dîner au restaurant et porter des masques dans les lieux publics et fermés.

 

Références :

  • Park Y, Choe Y, Park O, Park S, Kim Y, Kim J, et al. Recherche des contacts pendant l’épidémie de coronavirus, Corée du Sud, 2020. Emerg Infect Dis. 2020;26(10):2465-2468. https://doi.org/10.3201/eid2610.201315
  • Infection et transmission du SARS-CoV-2 dans les établissements scolaires : analyse prospective et transversale des foyers d’infection et des épidémies en Angleterre. Sharif A Ismail, MBBS . The Lancet December 08, 2020DOI:https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30882-3
  • L’ECDC et l’EMA font le point sur le COVID-19. News 04/08/2021