La plupart des personnes souffrent d’un certain degré d’anxiété ou d’inconfort lorsqu’elles sont confrontées à des situations douloureuses ou lorsqu’elles sont en danger. Mais d’autres développent une peur extrême d’un objet ou d’une situation particulière qui ne comporte, en réalité, pas de risque. Cela vous arrive-t-il sans que vous puissiez l’expliquer ? Nous vous apprenons à détecter si vous avez une phobie et comment vous soigner.

 

 

Qu’est-ce qu’une phobie ?

 

Les phobies sont des troubles de l’anxiété regroupés dans la même catégorie que le syndrome de stress post-traumatique et le trouble panique, entre autres. Et les troubles anxieux se basent principalement sur la peur. Une peur écrasante d’un objet, d’un lieu, d’une situation, d’un sentiment ou d’un animal.

 

Les phobies sont souvent plus prononcées que la peur et surviennent lorsqu’une personne a un sentiment de danger exagéré ou irréaliste à propos d’une situation ou d’un objet. Par conséquent, une phobie implique une peur intense et persistante de quelque chose qui n’est pas vraiment dangereux.

 

Les types de phobies

 

Il existe trois principaux types de phobies, selon la Harvard Medical School :

 

  • La phobie spécifique : les personnes peuvent avoir la phobie de certains animaux (cynophobie – phobie des chiens, ailurophobie – phobie des chats, arachnophobie – phobie des araignées, ophiophobie – phobie des serpents), de certaines personnes (médecins, dentistes, etc.), des lieux et des environnements (claustrophobie – espaces clos -, nyctophobie – espaces sombres -, astrophobie – tempêtes – ou trypophobie – trous -) et des situations (aérophobie -phobie de voler en avion, enoclophobie – être entouré de personnes-, glossophobie -parler en public). Selon les experts, ce type de phobie pourrait avoir une partie génétique, c’est-à-dire héréditaire.

 

  • La phobie sociale (également appelée trouble d’anxiété sociale) : dans ce cas, les personnes ont peur d’être humiliées et embarrassées par les autres, surtout s’il s’agit d’étrangers. En général, elles sont nerveuses lorsqu’elles passent du temps dans un cadre social, elles se sentent gênées devant les autres et craignent d’être rejetées ou offensées. Cela peut se produire sur le lieu de travail ou, plus généralement, dans n’importe quelle situation sociale, comme le fait de manger en public. Dans la plupart des cas, ce type de personnes ont des difficultés à se faire des amis et évitent les situations sociales. Elles s’inquiètent également pendant les jours qui précèdent un événement social.

 

  • L’agoraphobie : c’est la peur de se retrouver dans des espaces publics dont il est difficile de sortir soudainement. Il s’agit d’espaces tels que les cinémas, les théâtres, les concerts, etc.

 

Les symptômes d’une phobie

 

Quel que soit le type de phobie dont vous souffrez, les réactions de la quasi-totalité d’entre elles sont similaires :

 

  • Sensation de peur intense, anxiété et panique lorsque vous êtes exposé ou même pensez à la source de la peur.
  • Réactions physiques telles que transpiration, battements de cœur rapides, oppression dans la cage thoracique ou difficulté à respirer.
  • Sensation de nausées, de vertiges ou d’évanouissements.
  • Incapacité à contrôler les peurs, même si on sait qu’elles sont déraisonnables ou exagérées.
  • Chez les enfants, crises de colère, pleurs et le refus de s’éloigner de leurs parents.

 

Comment surmonter une phobie

 

Si elles ne sont pas traitées, les phobies peuvent entraver considérablement la capacité d’une personne à vivre normalement. Bien qu’elles puissent s’améliorer pendant de courtes périodes, elles ne disparaissent pas sans traitement.

 

La bonne nouvelle, c’est que la plupart des phobies sont traitables et que les traitements sont efficaces. Pour les cas les plus légers, des stratégies d’entraide pour les traiter peuvent être efficaces. Mais pour les phobies plus graves, surtout si elles impliquent des crises de panique, il peut être nécessaire de consulter un professionnel. Les traitements font généralement appel aux thérapies comportementales et cognitives :

 

  • La restructuration cognitive : il s’agit d’un type de traitement psychothérapeutique qui se concentre sur l’exploration des schémas de pensée qui conduisent à des réactions inappropriées chez une personne.
  • La thérapie d’exposition : cette forme de traitement thérapeutique expose les personnes à leurs peurs de manière progressive et systématique, en les combinant parfois à des exercices de relaxation. L’objectif est de faire comprendre à la personne que l’objet ou la situation qu’elle craint n’est pas aussi négatif qu’elle le pense, ce qui entraîne une diminution de l’angoisse.

 

N’oubliez pas qu’il est important d’essayer de traiter tôt les phobies afin de vivre de mieux les soigner. Et, chaque fois que nous en avons besoin, il est essentiel de demander de l’aide.

 

Sources :