Interprétée comme un trouble imaginaire, la fibromyalgie n’a été reconnue comme une maladie qu’en 1994. Elle provoque surtout une douleur généralisée et un épuisement profond. Heureusement, nous disposons désormais de méthodes pour la diagnostiquer correctement.

 

« Mon corps tout entier me fait mal » est une phrase qui illustre très bien ce que peut ressentir une personne atteinte de fibromyalgie. En effet, le symptôme le plus courant est une douleur généralisée, que l’on peut ressentir dans une ou plusieurs zones du corps. Chaque personne a des symptômes différents. De plus, la douleur peut « bouger » et changer d’intensité chaque jour.

 

La fibromyalgie touche environ 2 % de la population mondiale, avec une prévalence plus élevée chez les femmes, selon une recherche publiée dans ScienceDirect. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’a reconnue comme maladie en 1992.

 

Qu’est-ce que la fibromyalgie ?

La fibromyalgie n’est pas une maladie des articulations, ni une affection inflammatoire ou dégénérative. Elle ne provoque pas non plus de lésions musculaires ou osseuses. Mais elle peut provoquer des douleurs et de la fatigue, tout comme de l’arthrite. C’est pourquoi, la fibromyalgie est souvent confondue ou mal interprétée comme une maladie imaginaire.

 

Cependant, la fibromyalgie est bien réelle, même s’il n’existe pas de tests diagnostiques spécifiques pour la combattre. On ne connaît pas non plus la cause exacte. On pense que des facteurs génétiques, environnementaux, hormonaux et neuronaux peuvent jouer un rôle important.

 

Les symptômes de la fibromyalgie

La douleur est l’un des symptômes les plus caractéristiques de la fibromyalgie. Elle est généralement profonde, chronique et généralisée. Elle peut migrer vers toutes les zones du corps et varier en intensité. Cette douleur a été décrite comme lancinante et profonde. Certains facteurs peuvent l’aggraver, tels que le climat, l’activité ou l’inactivité physique, l’anxiété et le stress.

 

Outre la douleur, d’autres symptômes peuvent apparaître, tels que :

  • La fatigue. Au-delà de la fatigue ressentie après une journée bien remplie, la fatigue liée à la fibromyalgie est un épuisement profond qui peut interférer avec les activités quotidiennes, comme le travail.

 

  • La difficulté à dormir. Dans certains cas, la fibromyalgie peut être associée à un trouble du sommeil, qui empêche un sommeil profond et régulier pendant la nuit.

 

  • D’autres symptômes. Manque de concentration et de mémoire, sautes d’humeur, problèmes gastro-intestinaux (constipation ou diarrhée), sensibilité accrue au toucher et à la pression, troubles neurologiques (engourdissement, fourmillement et brûlure).

 

Tous ces symptômes peuvent compliquer le diagnostic dans certains cas, car beaucoup d’entre eux sont similaires à ceux d’autres troubles.

 

Fibromyalgie : comment la diagnostiquer ?

 

Que sont les points douloureux ?

Les points douloureux correspondent à une méthode qui a été largement utilisée pour diagnostiquer la fibromyalgie. Développée en 1990, cette procédure applique une pression sur 18 points spécifiques du corps ; on pense que si une personne ressent une douleur sur au moins 11 de ces points, elle souffre de fibromyalgie.

 

Ces 18 points sensibles sont des zones localisées du corps, sensibles au toucher léger :

  • Occiput. Partie postérieure et inférieure de la tête

 

  • Cervicales inférieures. Face antérieure des espaces intervertébraux

 

  • Trapèze. Point médian à l’arrière du cou et du tronc

 

  • Supra-épineux. Au-dessus de l’omoplate ou de la scapula

 

  • Deuxième côte. Deuxième union costo-chondrale

 

  • Épicondyle latéral. Avant-bras

 

  • Fessier. Partie externe supérieure de la fesse

 

  • Grand trochanter. Partie supérieure de la cuisse et de la hanche

 

  • Genou. Côté interne du genou, près de l’articulation

 

Ces points constituent souvent une partie importante du diagnostic clinique, car ils peuvent aider à identifier l’endroit de la douleur.

 

En 2010, le collège américain de rhumatologie a élaboré de nouvelles directives et de nouveaux critères de diagnostic qui ne nécessitent plus la présence d’un certain nombre de points sensibles.

 

Les critères nécessaires au diagnostic de la maladie sont les suivants :

  1. Douleurs et symptômes au cours de la semaine écoulée, en fonction du nombre total de zones douloureuses dans 19 parties du corps et du degré de gravité de ces symptômes : fatigue, réveil nocturne, problèmes cognitifs (mémoire ou concentration).
  2. Symptômes qui durent au moins trois mois à un niveau similaire.
  3. Aucun autre problème de santé qui explique la douleur et les autres symptômes.

 

La dernière révision de la classification internationale des maladies stipule que pour qu’une personne soit diagnostiquée avec une fibromyalgie, il doit y avoir une douleur dans au moins quatre des cinq régions du corps et qu’elle doit être associée à une détresse émotionnelle importante.

 

En cas de signes ou de douleurs dans le corps, consultez un traumatologue. Et n’oubliez pas qu’une alimentation saine et de l’exercice physique vous peuvent vous aider à vous sentir mieux.

 

Sources :

  • Collège américain de rhumatologie
  • ScienceDirect
  • Clinique Mayo
  • Classification internationale des maladies