Les personnes qui ont été vaccinées et ont eu le COVID-19 sont moins susceptibles de ressentir de la fatigue et d’autres problèmes de santé que les personnes non vaccinées. L’analyse des données relatives aux personnes infectées par le SARS-CoV-2 au début de la pandémie et qui ont ensuite été entièrement vaccinées suggère que la vaccination peut contribuer à réduire le risque de COVID-19 long.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

Une étude menée en Israël et publiée au début du mois de janvier a révélé un tel effet protecteur du vaccin sur le COVID-19 long lorsque la personne a été infectée avant la vaccination. Ce fait est utilisé par les médecins comme un argument supplémentaire en faveur de la vaccination.

Les personnes souffrant de COVID-19 long continuent à présenter des symptômes – tels que la fatigue, les douleurs musculaires et les problèmes de concentration – des semaines et des mois après l’infection par le SARS-CoV-2. Les statistiques indiquent que jusqu’à 30 % des personnes infectées, dont beaucoup n’ont jamais été hospitalisées, présentent des symptômes persistants.

La vaccination réduit l’incidence du COVID-19 long en empêchant les personnes d’être infectées en premier lieu. On pense que les vaccins peuvent protéger contre la maladie en réduisant le temps pendant lequel le virus a une voie libre dans l’organisme lors d’infections de longues durées.

Dans l’étude israélienne, les chercheurs ont comparé la prévalence de chaque symptôme avec le statut vaccinal déclaré par les sujets et ont constaté que les participants entièrement vaccinés qui avaient également eu le COVID-19 avaient 54 % de moins de maux de tête, 64 % de moins de fatigue et 68 % de moins de douleurs musculaires que leurs homologues non vaccinés.

Les résultats font écho à ceux d’autres recherches, dont une étude britannique réalisée en septembre dernier, qui a révélé que la vaccination réduisait de moitié le risque d’un COVID long.

Bien que les résultats des études britannique et israélienne montrent que la vaccination réduit le risque de COVID long, même les personnes entièrement vaccinées risquent toujours de développer la maladie. Et on ne sait pas encore si la vaccination protège les personnes du COVID long induit par Omicron.

 

Le COVID-19 long est beaucoup moins probable chez les personnes vaccinées et déjà été infectées

 

Les anticorps qui bloquent Omicron persistent quatre mois après le rappel

Les anticorps qui combattent le virus, capables de bloquer le variant Omicron persistent quatre mois après une troisième injection du vaccin contre le coronavirus de Pfizer-BioNTech, selon l’étude de la société elle-même.

L’étude en laboratoire suggère également qu’une quatrième injection pourrait ne pas être nécessaire. L’escalade pour la dose de rappel a commencé avec la prise de conscience que même dans le mois suivant la deuxième dose du vaccin, lorsque les niveaux d’anticorps combattant le virus devraient être proches de leur maximum, les anticorps capables de bloquer Omicron étaient minimes, voire indétectables chez de nombreux sujets.

Toutefois, une étude britannique a révélé que, bien que la protection contre les infections symptomatiques soit plus faible que pour le variant Delta, même après une troisième dose, la protection contre l’hospitalisation reste élevée. Cette étude a révélé que la protection contre l’hospitalisation est passée de 92 % dans le mois suivant la troisième dose à 83 % pour les personnes 10 semaines ou plus après cette injection.

Les anticorps ne sont qu’une composante facilement mesurable de la réponse immunitaire, et la protection contre les maladies graves et l’hospitalisation peut rester intacte même lorsque le taux d’anticorps diminue, grâce à ce que l’on appelle l’immunité à médiation cellulaire.

L’important est de rester prudent et de suivre les règles d’hygiène de base et de protection contre les infections, en utilisant des masques à l’intérieur et dans les lieux bondés, ainsi qu’en maintenant une bonne hygiène des mains.

 

Sources :