Le syndrome de la classe économique est un trouble cardiovasculaire qui peut apparaître après avoir passé une longue période assise sans bouger. Cela ralentit la circulation sanguine et augmente donc le risque de thrombose veineuse. Nous vous expliquons ce syndrome et comment l’éviter.

 

 

Les vacances d’été nous permettent de voyager dans des endroits lointains. Les vols s’allongent. Et, lors de la planification du voyage, la première chose qui nous vient à l’esprit est de savoir comment surmonter le décalage horaire. Mais le déroulement du voyage a aussi son importance. Rester assis pendant quatre heures (et même huit ou dix heures) sans bouger peut nous mener à souffrir du syndrome de la classe économique (aussi connu sous le nom de thrombose veineuse profonde).

 

Qu’est-ce que le syndrome de la classe économique ?

 

Le syndrome de la classe économique tire son nom de l’espace restreint que de nombreuses compagnies aériennes laissent entre les sièges sur les vols commerciaux, ce qui rend les déplacements des passagers difficiles. Cependant, ce terme a été abandonné pour un terme plus précis : le syndrome du voyageur. Il existe également un risque lors de voyages prolongés dans d’autres moyens de transport qui ne sont pas aériens.

 

Le problème réside dans la difficulté du sang à retourner vers le cœur. Ceci force son accumulation dans les veines des jambes, avec le risque de former un caillot qui, s’il entre dans la circulation sanguine, peut produire une thrombose veineuse.

 

Ce syndrome affecte principalement les passagers présentant d’autres facteurs de risque thrombotiques (chirurgies, obésité, patients ayant déjà souffert d’une maladie thromboembolique veineuse…). L’incidence dépend du type et de la durée du voyage et des facteurs de risque individuels. Tout voyage prolongé multiplie le risque de thrombose veineuse par 2 ou 3.

 

Les symptômes du syndrome de la classe économique

 

Les symptômes de la thrombose veineuse profonde incluent :

 

Gonflement de la jambe affectée (il n’est pas courant que les deux enflent en même temps)

Douleur dans la jambe : une sorte de crampe au mollet apparaît habituellement.

Rougeurs ou taches sur la peau.

– Sensation de chaleur.

Une thrombose veineuse profonde peut survenir sans symptômes apparents. Néanmoins, certains signes peuvent révéler la présence d’une embolie pulmonaire :

 

– Difficulté à respirer soudaine.

– Douleur ou inconfort dans la poitrine.

– Étourdissement ou évanouissement.

– Pouls rapide.

Dans ces cas, il est très important de consulter immédiatement un médecin.

 

Comment prévenir le syndrome de la classe économique ?

 

Les mesures de prévention comprennent :

 

– Éviter la déshydratation en buvant beaucoup d’eau.

– Ne pas boire d’alcool et ne pas fumer.

– Éviter les tranquillisants.

– Étirer les jambes et se lever toutes les heures ou toutes les deux heures.

– Essayer de ne pas croiser les jambes en position assise.

– Masser doucement les jambes.

– Éviter les vêtements serrés ou qui exercent une pression sur une partie du corps (chaussettes, ceintures…).

Traitement du syndrome de la classe économique

 

L’un des problèmes de la thrombose veineuse est que la plupart des caillots ne produisent pas de symptômes, d’où la difficulté du diagnostic. Elle peut apparaître plusieurs jours après le voyage et des cas d’embolie ont également été détectés après l’arrivée à l’aéroport.

 

Le but du traitement est d’éviter que le caillot n’augmente en taille, ne soit libéré et ne provoque une embolie pulmonaire. Il s’agit du même traitement que celui de la maladie thromboembolique, l’anticoagulation :

 

Anticoagulants. Ces médicaments diminuent la capacité du sang à former des caillots. Bien qu’ils ne dissolvent pas les caillots existants, ils peuvent les empêcher d’augmenter en taille et que de nouveaux se forment.

 

Destructeurs de caillots. Le médecin peut vous prescrire des médicaments qui dissolvent rapidement les caillots. Ces médicaments sont administrés par voie intraveineuse pour dissoudre les caillots ou par un cathéter. Ce traitement est réservé aux cas sévères.

 

Lorsque vous entreprenez un long voyage, pensez à ne pas rester immobile pendant de longues heures, surtout si vous avez un facteur de risque. Et consultez votre médecin chaque fois que vous avez des doutes.

 

Sources :

 

  • Mayo Clinic