Le syndrome des jambes sans repos est un trouble neurologique qui se caractérise par une sensation inconfortable dans les jambes, qui nous force à les bouger. Cet inconfort apparaît ou s’aggrave généralement avec le repos et la nuit. Voici en détail les symptômes et le traitement pour surmonter la maladie.

 

Le syndrome des jambes sans repos

 

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) ou maladie de Willis-Ekbom provoque une sensation désagréable et inconfortable dans les jambes et un désir irrésistible de les bouger. Marcher ou bouger les jambes soulage habituellement cet inconfort.

 

Ce syndrome est classé comme un trouble du sommeil, car ses symptômes apparaissent pendant le repos nocturne. Cependant, il se caractérise davantage par un trouble neurologique sensoriel, avec des symptômes provenant du cerveau.

 

Ce syndrome peut causer l’épuisement et la somnolence diurne, ainsi qu’affecter l’humeur et la concentration. Il peut commencer à n’importe quel âge et touche aussi bien les hommes que les femmes. Ce trouble toucherait environ 10 % de la population, dont la plupart ne sont pas bien diagnostiqués ou ne savent pas vraiment de quoi ils souffrent.

 

 

Les symptômes des jambes sans repos

 

L’inconfort apparaît généralement en fin d’après-midi ou en début de soirée. Il peut également survenir lorsque vous êtes inactif ou assis pendant plusieurs heures.

 

Les principaux symptômes du syndrome des jambes sans repos sont :

 

Soulagement lors du mouvement des jambes : la sensation de fourmillement, de picotement, de douleur ou de démangeaison diminue avec le mouvement, comme la marche ou l’étirement des jambes.

Augmentation de l’inconfort au repos : la sensation commence après avoir été allongé ou assis pendant des heures, par exemple lors d’un long voyage en avion ou en voiture.

Aggravation nocturne : il est difficile de s’endormir et de garder le sommeil. Pendant la journée, l’inconfort est également palpable, mais avec moins d’intensité.

Présence de mouvements des jambes : surtout pendant le sommeil et parfois pendant l’éveil.

 

Selon les experts, entre 20 % et 50 % des personnes qui souffrent de ce syndrome, en souffrent également dans d’autres parties du corps, comme les bras et les mains.

 

Les conséquences sont des altérations du sommeil, de la mémoire et de la concentration, de la fatigue, des maux de tête matinaux, des contractures musculaires et de l’usure articulaire.

 

Les causes du syndrome des jambes sans repos

 

Bien que les causes soient inconnues, la plupart des recherches sur ce syndrome s’accordent à dire qu’il pourrait être dû à un déséquilibre de la dopamine, une substance chimique du cerveau responsable de la régulation des mouvements musculaires.

 

Selon l’Institut du sommeil, cette substance a besoin de fer pour fonctionner. On a vu que chez les patients atteints du syndrome, il existe un dysfonctionnement du fer et, souvent, des membres de la famille proche en souffrent aussi.

 

Il n’est généralement pas lié à une maladie grave non diagnostiquée, bien que dans 20 % des cas, il existe d’autres situations qui expliquent les symptômes :

 

– Anémie

– Insuffisance rénale

– Polyneuropathie (diminution de la capacité de bouger ou de sentir)

– Grossesse

– Produits pharmaceutiques

 

Les traitements pour le syndrome des jambes sans repos

 

Le principal traitement de ce syndrome est pharmacologique. Les médicaments utilisés agissent sur la dopamine. Bien qu’ils aient démontré leur efficacité, ce type de médicament a été associé à une perte d’efficacité à moyen/long terme.

 

Pour résoudre le problème, d’autres médicaments dotés d’un mécanisme différent ont été mis au point, notamment ceux qui affectent les canaux calciques (gabapentine) ou ceux qui font libérer aux neurones certaines substances qui diminuent les symptômes.

 

Il a également été démontré que le traitement avec du fer par voie orale aide à soulager les symptômes dans de nombreux cas.

 

Les remèdes pour le syndrome des jambes sans repos

 

En plus des médicaments, il est important de maintenir des habitudes saines telles que :

 

– Maintenir un horaire de sommeil régulier

– Faire de l’exercice modéré tous les jours

– Réduire la consommation de boissons caféinées, de tabac et d’alcool.

– Éviter certains médicaments, comme les antihistaminiques, car ils peuvent aggraver les symptômes.

 

En cas d’inconfort aux extrémités ou de manque de sommeil, consultez votre médecin, qui établira un diagnostic et évaluera les alternatives thérapeutiques les plus appropriées.

 

Sources :

 

  • Mayo Clinic
  • Institut Américain des maladies Neurologiques et des accidents cardiovasculaires
  • Institut du Sommeil