Les Occidentaux passent 90 % de leur temps à l’intérieur et à proximité les uns des autres. Lorsque l’air extérieur est chauffé par des climatiseurs ou des chauffages, l’humidité relative de l’air diminue en moyenne de 20 %. Cet air sec offre un environnement idéal pour la transmission du coronavirus (SARS-COV2)

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

Des recherches récentes ont mis en évidence l’importance des facteurs environnementaux dans la transmission du coronavirus, en particulier la température et l’humidité. Tous deux agissent sur la facilité de transmission des particules dans l’air et sur la modulation de la réponse immunitaire dans les voies respiratoires. Il existerait ainsi un taux d’humidité idéal limitant la transmission du coronavirus, compris entre 40 et 60 % (étude).

 

D’autre part, une méta-analyse épidémiologique combinée à des études en laboratoire sur des souris a montré que l’air sec des intérieurs clos permettait de maintenir plus longtemps en vie des virus tels que celui de la grippe et les coronavirus du rhume commun. En outre, cela entraverait la capacité du système immunitaire à se défendre contre une attaque lorsque le virus touche le nez ou la gorge pour la première fois.

 

C’est pourquoi, le maintien d’une humidité intérieure d’au moins 40 % est un moyen proactif de lutter contre l’infection par le coronavirus, avant que des symptômes ne se développent ou qu’un diagnostic ne puisse être établi. Les scientifiques pensent que les petites particules de virus dans les aérosols peuvent flotter plus loin et pendant plus longtemps si l’humidité est inférieure à ce pourcentage, ce qui confirme que la ventilation et l’utilisation de masques réduisent la transmission du virus dans les intérieurs clos.

 

Il a été conclu que l’humidification des locaux est un moyen efficace de réduire la transmissibilité du coronavirus et, en général, une opportunité de combattre d’autres infections virales saisonnières.

Les intérieurs secs

 

Les différents moyens d’arrêter la propagation du coronavirus cet hiver

Pour éviter que les particules virales ne flottent plus longtemps dans l’air, les experts soulignent la nécessité de remplacer l’air des intérieurs au moins deux fois par heure. De plus, l’air doit être filtré avec un filtre HEPA (filtre à air à haute efficacité). Dans tous les cas, la recirculation de l’air n’empêche pas la transmission de base par les gouttelettes d’une personne qui éternue ou tousse à proximité et qui ne porte pas de masque.

 

Sources :

  • Effets des facteurs environnementaux sur la gravité et la mortalité de la COVID-19 Domagoj Kifer, et al medRxiv 2020.07.11.20147157; doi: https://doi.org/10.1101/2020.07.11.20147157
  • Analyse de la température, de l’humidité et de la latitude pour estimer la propagation potentielle et le caractère saisonnier du coronavirus 2019 (COVID-19). Sajadi MM, Habibzadeh P, Vintzileos A, Shokouhi S, Miralles-Wilhelm F, Amoroso A.  JAMA Netw Open. 2020;3(6):e2011834. doi:10.1001/jamanetworkopen.2020.11834
  • Les environnements clos facilitent la transmission secondaire du coronavirus 2019 (COVID-19) Hiroshi Nishiura, et al.  doi: https://doi.org/10.1101/2020.02.28.20029272
  • Il est temps de s’attaquer à la transmission aérienne du coronavirus 2019 (COVID-19), Lidia Morawska, Donald K Milton,  Clinical Infectious Diseases, , ciaa939, https://doi.org/10.1093/cid/ciaa939
  • Développement d’un modèle dose-réponse pour le SARS coronavirus. Watanabe T, Bartrand TA, Weir MH, Omura T, Haas CN. Risk Anal. 2010;30(7):1129-1138. doi:10.1111/j.1539-6924.2010.01427.x