Dans l’environnement, il existe un certain nombre d’agents polluants qui peuvent affecter votre santé et celle de vos proches. Apprenez à les détecter afin de prévenir d’éventuelles maladies.

 

La fonction du système endocrinien

 

Le système endocrinien ou hormonal est constitué d’un ensemble de glandes, présentes dans différentes parties du corps, qui fabriquent des hormones chargées de remplir différentes fonctions dans chaque organe où elles agissent.

 

Les glandes endocrines contrôlent des processus vitaux tels que la croissance et le développement, la digestion, la respiration, la circulation sanguine, la fonction sexuelle ou l’humeur.

 

Les principaux organes où elles travaillent sont l’hypothalamus (centre du cerveau), l’hypophyse (que l’on appelle « glande mère »), la thyroïde et la parathyroïde (cou), les îlots du pancréas, les surrénales (rein), les testicules et les ovaires.

 

Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien ?

 

Les perturbateurs endocriniens (PE), hormonaux ou les interrupteurs hormonaux sont un ensemble diversifié de polluants environnementaux (habituellement produits industriellement), capables de modifier l’équilibre hormonal de l’organisme.

 

Ces polluants hormonaux peuvent modifier la physiologie tout au long de la vie d’une personne, du développement fœtal à l’âge adulte. Au cours des dernières années, on s’est beaucoup plus préoccupé de la toxicité possible de ces produits chimiques et de leur relation probable avec des maladies.

 

Quelles sont leurs conséquences sur la santé ?

 

Voici certains effets que ces substances peuvent avoir sur notre bien-être :

 

Santé reproductive féminine : puberté précoce, baisse de la fertilité, syndrome des ovaires polykystiques, endométriose, cancer du sein et de l’ovaire.

Santé reproductive masculine : diminution de la qualité du sperme, infertilité, malformations congénitales du tractus urogénital, cancer de la prostate et du testicule.

Troubles métaboliques : obésité, diabète, syndrome métabolique, thyroïde.

Problèmes cardiovasculaires

Maladies neuro-immunologiques : autisme, hyperactivité, syndrome de la fatigue chronique, fibromyalgie, sclérose en plaques.

 

Où se trouvent-ils ?

 

La pollution causée par les perturbateurs endocriniens est invisible et nous la subissons tous, dans une plus ou moins grande mesure, involontairement.

 

Nous en trouvons dans :

  • les aliments : dioxines dans les produits laitiers, la viande, le poisson et les crustacés,

 

  • les produits d’hygiène personnelle (phtalates),

 

  • les produits de nettoyage, insecticides, désodorisants,

 

  • et les constructions et décorations (laques, peintures, adhésifs, résorcinol).

 

Autres sources, comme les vêtements, les jouets ou les plastiques (styrène, bisphénol A, PET ou polyéthylène phtalate, PVC ou chlorure de polyvinyle, etc.)

 

Bisphénol A dans les plastiques

 

Le principal perturbateur endocrinien du plastique est appelé bisphénol et se caractérise par sa solubilité dans des substances organiques comme les huiles ou l’alcool.

 

Les particules de bisphénol peuvent se détacher des contenants en plastique et passer dans les aliments gras par la chaleur, c’est pourquoi il est recommandé de :

 

Ne pas utiliser autant de plastique : emportez des sacs en tissu réutilisables pour faire vos courses, buvez de l’eau dans une bouteille en verre, utilisez des boîtes en verre pour la nourriture, rangez l’huile dans un bocal en verre et évitez d’envelopper dans du papier film.

Réduire la consommation de conserves : l’intérieur des boîtes est recouvert d’une fine couche de plastique (en résine époxy) qui libère du bisphénol A dans l’aliment.

Ne pas cuire dans des poêles rayées, car le téflon qu’elles libèrent a un effet polluant, et les laver avec des éponges appropriées.

N’utilisez que les détergents nécessaires au nettoyage ménager et à l’hygiène personnelle. Diluez le liquide-vaisselle avec de l’eau et, si possible, utilisez du vinaigre concentré.

 

L’Organisation mondiale de la santé appelle à poursuivre les recherches sur les effets de ces produits chimiques synthétiques sur le système hormonal, afin de réduire le risque de maladie et de générer des économies considérables pour la santé publique.

 

Sources :

 

ONG Ecologistas en Acción

Fundación Vivo Sano

Autoridad Europea de Seguridad Alimentaria (EFSA)

Organización Mundial de la Salud