L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a insisté sur le fait que pour contenir la pandémie de COVID 19, il est nécessaire de savoir qui est infecté par le virus. C’est la seule façon d’identifier les personnes et de prévenir la transmission du virus. Sans cela, nous sommes aveugles face à cette maladie.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

Pour savoir si une personne est infectée par le coronavirus (SRAS-Cov2) ou a transmis la maladie du COVID19, on utilise deux types de tests de laboratoire pour détecter le virus ou pour détecter les anticorps qui attestent l’infection, présente ou passée :

 

  • Le test PCR répond à l’acronyme anglais de Réaction en chaîne par polymérase et n’est effectué qu’en cas de symptômes de COVID19, sur prescription médicale, en suivant les directives publiées par le ministère de la Santé. Il détecte la présence du virus dans les sécrétions de la gorge et du fond du nez.
  • Les tests sérologiques détectent la présence d’anticorps dans le sang. Les plus fiables sont effectués en laboratoire à l’aide des techniques ELISA (Enzyme Immunoessay) / CLIA (Chimiluminescence).

 

Le test PCR

 

Le test PCR, le plus utilisé aujourd’hui en France, confirme la présence du virus au moment du prélèvement. Si le test est positif, alors que le patient présente des symptômes typiques, la maladie est confirmée. C’est le cas le plus simple.

 

Il s’agit d’une technique couramment utilisée dans les hôpitaux, les centres de recherche et les laboratoires universitaires, qui consiste à rechercher des fragments d’acide ribonucléique (ARN) du coronavirus dans un échantillon d’exsudat naso-pharyngé ou oropharyngé, obtenu au moyen d’un écouvillon – un coton-tige semblable à celui utilisé pour les oreilles.

 

La PCR est une technique qui présente un certain degré de complexité. Elle nécessite donc un personnel formé et un temps d’une heure à quatre heures pour la réaliser. C’est pourquoi l’isolement à domicile et l’absence de contacts sont indiqués jusqu’à ce que le résultat soit connu, à moins que la gravité des symptômes ne justifie une hospitalisation.

 

La sensibilité du test PCR (capacité à détecter le virus) se situe entre 85 et 95 %. C’est pourquoi, si le test est négatif, mais qu’il y a une forte suspicion clinique, il est recommandé de le répéter. Les résultats faux négatifs ou positifs sont dus à des erreurs de transport, de collecte ou de traitement, ou à une contamination croisée entre les échantillons.

 

Les tests sérologiques

 

L’interprétation des tests sérologiques est plus délicate. 70 % des patients atteints de COVID-19 développent des anticorps neutralisants et protecteurs, d’autant plus s’ils ont souffert de symptômes plus graves. À partir des premiers symptômes, il faut en moyenne 11 jours pour que les anticorps apparaissent.

 

Les tests sérologiques ont un degré de sensibilité pour détecter ces anticorps neutralisants d’environ 75 % et une très haute spécificité, supérieure à 95 %. Cela signifie que sur 100 personnes, 75 % des personnes infectées sont détectées et que dans 5 % des cas seulement, il y aurait un résultat négatif incorrect. D’autre part, 25 % des personnes infectées peuvent avoir un résultat négatif, qui serait incorrect.

 

Ces tests recherchent les anticorps de type IgM, les premiers à apparaître lors d’une infection, et les anticorps de type IgG, qui mettent un certain temps à se former, mais qui sont spécifiques à l’agent envahisseur (antigène) contre lequel ils sont dirigés, en l’occurrence le coronavirus. Les résultats du test sérologique peuvent être divers et leur interprétation varie selon les circonstances cliniques et le contexte du sujet.

 

Concernant les tests sérologiques, si aucun symptôme n’est apparu depuis au moins 7 jours avant le test, les cas suivants peuvent apparaître :

 

  1. Test négatif (Négatif IgM/Négatif IgG): Vous pouvez travailler et/ou mener une vie normale avec des mesures de protection appropriées et refaire le test après 14 jours.

 

  1. Test positif (Positif IgM/Négatif IgG ou Positif IgM/Positif IgG): Un suivi par le médecin est indiqué. Vous devez vous isoler à domicile pendant 14 jours et refaire le test après ces jours d’isolement si vous ne présentez pas de symptômes.

 

  1. Infection passée ou immunité (Négatif IgM/Positif IgG) : Vous pouvez travailler et/ou mener une vie normale avec les mesures de protection et de sécurité appropriées et refaire le test après 7 jours, afin d’exclure l’achèvement du processus ou un cadre de récidive.

 

Quel que soit le résultat d’un test sérologique, s’il existe des symptômes de suspicion d’infection par le SARS CoV-2, il faut procéder à un isolement à domicile pendant 14 jours et en informer le médecin pour qu’il confirme le diagnostic et assure un suivi clinique.

 

Rappelons que les symptômes du Covid 19 sont la toux et la fièvre, mais aussi d’autres combinaisons de signes tels que des douleurs à la déglutition, l’absence d’odorat et/ou de goût, des douleurs musculaires, des diarrhées, des douleurs thoraciques ou des maux de tête. Ces symptômes suspects peuvent indiquer un test PCR, selon les critères du médecin.

 

Les tests de laboratoire sont la fenêtre sur la pandémie et sa propagation. Sans tests, nous n’avons aucun moyen de comprendre la pandémie. C’est l’un de nos outils les plus importants dans la lutte pour arrêter et réduire la propagation et l’impact du virus.

 

Sources :