Lorsque nous faisons de l’exercice, il existe un risque de blessure. Cela peut survenir en raison d’un manque d’échauffement, d’une technique inadaptée ou de facteurs indépendants de notre volonté. Savez-vous combien de types de blessures musculaires pouvons-nous subir ? Nous vous expliquons les plus courantes et comment les prévenir.

 

Qu’est-ce qu’une blessure musculaire ?

 

Les blessures musculaires représentent une grande partie des traumatismes (blessures ou dommages) en médecine sportive.

 

L’une des plus courantes sont les foulures musculaires, causées par l’étirement ou la rupture des fibres musculaires. La plupart se produisent parce que le muscle s’est étiré au-delà de ses limites ou a été forcé de se contracter trop fortement.

 

Selon la Société Espagnole de Radiologie Musculosquelettique (SERM), les muscles les plus fréquemment touchés sont :

 

Ischio-jambier (partie postérieure de la cuisse)

– Droit fémoral antérieur (partie du quadriceps)

– Jumeau interne

– Adducteurs (adducteur moyen)

Genou (ménisque)

Le risque de blessure musculaire est particulièrement élevé pendant les activités sportives de contact, comme le football, ou les sports qui exigent des actions rapides comme le tennis ou la course à pied. Elles peuvent également apparaître après avoir soulevé quelque chose de lourd.

 

Les types de blessures musculaires

 

Les blessures musculaires sont classées en trois grands groupes, selon la gravité des lésions des fibres musculaires :

 

Degré 1 (contractures ou élongations) : la blessure est légère, seules quelques fibres musculaires sont étirées ou déchirées. Bien que le muscle blessé soit douloureux, sa contraction est normale.

 

Degré 2 (rupture fibrillaire partielle) : le nombre de fibres blessées est plus important et les douleurs musculaires plus intenses. Il y a un léger gonflement, une perte de force importante et parfois une ecchymose.

 

Degré 3 (rupture fibrillaire totale) : due à une déchirure musculaire jusqu’à l’extrémité. Il s’agit d’une blessure grave qui entraîne une perte complète de la fonction musculaire et des douleurs et gonflements intenses. La convalescence dure en général de 2 à 3 mois, voire plus.

 

Les causes des lésions musculaires

 

Les blessures musculaires peuvent survenir pour diverses raisons :

 

– Fatigue musculaire

– Échauffement insuffisant

– Répétition d’exercices ou surentraînement

– Matériel ou équipement inadaptés

– Alimentation ou hydratation inadaptées

– Environnements froids et humides (les muscles sont plus rigides à basse température)

 

Le traitement des blessures musculaires

 

Après avoir réalisé un examen sur l’origine et les caractéristiques de la blessure, le médecin détermine le traitement à suivre. Parfois, il se peut que vous ayez besoin d’une radiographie, d’une analyse sanguine ou d’une échographie des tissus mous.

 

Dans la plupart des cas, on suit le protocole RICE, qui signifie en anglais :

 

Rest (repos) : il faut éviter toute activité physique. Maintenir la zone le plus immobile possible et utiliser des béquilles pour se déplacer, si la blessure s’est produite au niveau de l’ischio-jambier.

 

Ice (glace) : appliquer de la glace, enveloppée dans une serviette (jamais directement sur la peau) sur la zone blessée 2 à 3 fois par jour.

 

Compression (compression) : un bandage compressif peut réduire l’inflammation et soulager la douleur.

 

Elevation (élévation) : maintenir la jambe légèrement surélevée pour réduire l’inflammation.

 

De plus, votre médecin peut vous prescrire de l’ibuprofène ou du paracétamol pour soulager la douleur. Suivez les conseils de votre médecin en tout temps, car un mauvais traitement peut retarder la guérison et causer une rechute.

 

Comment prévenir les blessures ?

 

La meilleure façon de ne pas se blesser est d’être prudent. Essayez d’éviter les rechutes, adoptez de bonnes habitudes alimentaires et reposez-vous suffisamment. De plus, avant de pratiquer une activité physique, nous devons :

 

Nous échauffer avant l’entraînement et nous étirer après : le début et la fin sont les clés pour prévenir les blessures. Dans le premier cas, le muscle peut ne pas être complètement préparé s’il n’est pas bien réalisé et, dans le second cas, il peut être trop épuisé.

 

Augmenter progressivement l’entraînement : ne commencez pas un programme d’entraînement trop rapidement ou en excès. Commencez lentement et augmentez progressivement la durée et l’intensité de l’exercice.

 

Maintenir un poids équilibré : l’excès de poids peut stresser les muscles, en particulier ceux des jambes et du dos. Essayez de maintenir un poids stable en restant actif et en adoptant une alimentation équilibrée.

 

Choisissez de bonnes chaussures : les baskets sont essentielles pour éviter les blessures au tendon d’Achille. Si vous allez courir, choisissez des chaussures qui vous apporteront le bon amorti et aideront à réduire la tension dans cette partie. Remplacez les chaussures abîmées.

 

Bien qu’il y ait des blessures que nous ne pourrons pas éviter (certaines sont fortuites et d’autres sont dues à l’usure inévitable des tissus), c’est à nous de minimiser le risque.

 

Écoutez votre corps et observez. Prenez soin de votre santé !

 

Sources :

 

  • Harvard Medical School
  • Société Espagnole de Radiologie Musculosquelettique (SERM),
  • MedlinePlus