La croissance excessive de poils (ou hirsutisme) chez les femmes est généralement causée par un trouble hormonal. Bien que ce ne soit pas une maladie grave, elle peut affecter l’estime de soi et la qualité de vie de celles qui en souffrent. Heureusement, il existe des traitements qui fonctionnent.

On dit qu’une femme souffre d’hirsutisme lorsque des poils apparaissent sur les pattes, le menton et les aréoles des seins. Avoir une pilosité corporelle excessive peut entraîner un malaise, de la honte voire une faible estime de soi.

Cependant, l’hirsutisme est une maladie (et non un problème esthétique), il existe donc des traitements qui peuvent améliorer la qualité de vie des personnes touchées.

 

Qu’est-ce que l’hirsutisme ?

L’hirsutisme est la croissance excessive de poils terminaux chez les femmes dans les zones dites androgènes (lèvre supérieure, menton, cou, pattes, aréoles mammaires, aine, nombril, cuisses et dos).

Il s’agit d’un problème clinique qui touche au moins 5 % de la population féminine et qui implique que les femmes développent des poils sur des parties du corps où les hommes en ont habituellement.

Ce problème est souvent associé à une perte d’estime de soi, les femmes se sentant gênées et rejetées face aux autres. Cependant, des solutions existent.

 

Les causes de la croissance excessive des poils chez la femme

Dans certains cas, la cause est inconnue et donc inévitable. Dans la plupart des cas, la cause est due à un excès d’androgènes dans l’organisme soit parce que la femme a un ovaire polykystique, soit des dommages à l’hypophyse ou aux glandes surrénales (responsables de la production d’hormones).

L’hirsutisme est souvent associé à la perte de cheveux, aux troubles menstruels et à l’acné. La cause la plus fréquente est généralement le syndrome des ovaires polykystiques qui se caractérise par la présence de multitude de follicules au développement inachevé.

L’hirsutisme chez les femmes : définition, symptômes et traitement

 

Les traitements de l’hirsutisme

Les traitements visant à éliminer l’excès de poils sur le corps sont ceux qui combinent un œstrogène avec un anti-androgène (comme la spironolactone ou l’acétate de cyprotérone).

Le choix d’un traitement ou d’un autre dépendra de la cause et l’amélioration commencera à être perceptible au bout de six mois environ.

    • Médicaments à base d’œstrogènes.

Ils peuvent modifier l’impact des hormones androgènes sur le corps et la peau. Par exemple, les pilules contraceptives (contenant des œstrogènes et de la progestérone) peuvent contrecarrer les effets masculins des hormones androgènes et diminuer la production de testostérone par l’ovaire. L’hirsutisme peut s’améliorer après 6 à 12 mois d’utilisation régulière de ces pilules.

    • Médicaments antiandrogènes.

Ils peuvent fonctionner seuls ou en combinaison avec des pilules contraceptives. Le médicament le plus couramment utilisé est la spironolactone (Aldactone). Gardez à l’esprit qu’il faut éviter de prendre des médicaments anti-androgènes pendant la grossesse.

 

Les traitements non pharmacologiques

Les traitements cosmétiques qui diminuent les niveaux d’androgènes ou leur impact sur les follicules pileux peuvent également être utiles aux femmes ayant un excès de poils :

    • Rasage, épilation à la cire, crèmes dépilatoires.

Bien que ces traitements soient efficaces pour l’hirsutisme léger, ils peuvent irriter la peau et doivent être répétés assez fréquemment pour en être pleinement satisfait (sauf l’épilation qui peut durer jusqu’à 6 semaines).

    • Techniques d’épilation au laser.

Ils utilisent la lumière pour détruire la capacité du poil à pousser dans les follicules pileux (bien que cela n’empêche pas la formation de nouveaux follicules). L’alexandrite est utilisée pour les peaux claires et les poils bruns, tandis que la diode est efficace pour tous les types de peau. Cette technique dure plus longtemps que l’épilation, mais elle est plus coûteuse et nécessite l’intervention d’un professionnel.

    • Électrolyse.

Elle détruit la capacité des follicules à faire pousser les poils, en utilisant l’électricité à l’intérieur des follicules pileux. Elle est moins populaire que le laser car elle peut laisser de petites cicatrices.

 

Hirsutisme, signification émotionnelle

La plupart des femmes ayant une pilosité excessive sur le visage, la poitrine, l’abdomen ou les cuisses souffrent en silence. Elles sont souvent gênées, se reprochent leur pilosité et feraient n’importe quoi pour la garder secrète.

Malheureusement, selon une recherche de l’université d’Örebro (Suède), bien souvent, lorsque ces femmes affectées vont chez le médecin, elles se sentent rejetées et même ridiculisées.

Les poils indésirables sur le visage impliquent un lourd fardeau dans leur vie quotidienne. Selon une étude de la faculté de médecine de l’University College de Londres, 40 % des femmes interrogées se sont senties mal à l’aise dans des situations sociales et 75 % ont fait état de niveaux d’anxiété cliniques.

Ainsi, si ces femmes doivent trouver la force de faire face à cette situation, de suivre les conseils médicaux et de prendre des médicaments, il faudrait également que le personnel médical change sa manière d’aborder et de traiter ces femmes.

 

Sources :

  • Harvard Medical School
  • Medical Xpress