Une étude récente publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) fait écho aux résultats obtenus après l’analyse de six groupes de suivi de près de 30 000 patients pendant 33 ans et l’observation d’une corrélation entre le cholestérol alimentaire et l’incidence accrue des problèmes cardiovasculaires. L’étude a également révélé que les œufs sont les principaux responsables de l’augmentation des maladies cardiovasculaires.

 

Plus précisément, les auteurs ont indiqué que si l’on consomme 300 mg de cholestérol par jour avec des aliments (un œuf équivaut à 180 mg), le risque d’avoir un problème cardiovasculaire est 17 % plus élevé avec le temps.

 

Cette étude a été critiquée par ses propres auteurs en ce sens qu’elle est basée sur la consommation des participants et que les analyses n’ont pas sous-estimé l’influence d’autres facteurs associés tels que l’obésité, le tabagisme ou un mode de vie inadapté pour la santé cardiovasculaire.

 

Néanmoins, tous les scientifiques s’accordent à dire que l’analyse statistique a été réalisée avec toutes les garanties et que l’association qui en résulte est très solide.

 

Cependant, dans le passé, l’American Heart Association s’est fait l’écho d’autres études et de la méta-analyse publiée en 2013 qui regroupait 17 études et plus de 3 millions de patients qui disaient n’avoir trouvé aucune preuve de la relation entre la consommation d’œufs et les maladies cardiovasculaires. A tel point que les recommandations alimentaires de 2015 donnaient la liberté de manger des œufs.

 

Ainsi, la controverse était servie et la confusion au sein du public s’est accrue, les médias s’étant largement fait l’écho de ces résultats.

 

 

Comment cette nouvelle a-t-elle été interprétée ?

 

La plupart des médias internationaux ont écrit à ce sujet avec déception et inquiétude. C’est ainsi que l’organe du comité des médecins pour une médecine responsable intitulait : Les œufs vous briseront le cœur et usnews.com : Des nouvelles qui vont briser le cœur des consommateurs d’œufs

 

Le New York Times a pris une distance prudente en comparant la nouvelle avec différentes sources et a intitulé : Les œufs sont-ils mauvais pour votre cœur ? Peut-être, mais CNN annonce clairement la dose dangereuse : Trois œufs ou plus par semaine augmentent le risque de mort prématurée.

 

Les médias européens n’ont pas été laissés pour compte et le Science Post en français a intitulé : Les œufs sont nocifs pour la santé cardiovasculaire.

 

En réalité, ce que l’on observe, c’est la grande confusion qui s’est installée dans le transfert des résultats de divers types d’études scientifiques ayant une force probante différente, au grand public. La science de l’alimentation ne dépend pas de l’influence ou de la nuance que chaque nouvelle étude peut apporter.

 

 

 

 

Comment l’appliquer au quotidien ?

 

La relation entre la consommation d’œufs et les maladies cardiovasculaires est modeste, a reconnu le Dr Eckel, éditorialiste du JAMA. Cependant, si l’on considère le résultat à l’ensemble de la population, il est assez fort pour recommander une consommation modérée.

 

De nombreuses et puissantes études montrent que la consommation d’un œuf par jour est sans danger pour la majorité de la population et n’augmente pas le risque de crise cardiaque ou d’AVC.  Ne pas consommer plus de trois œufs par semaine est une mesure prudente, surtout si vous êtes diabétique, fumez ou faites déjà de l’hypertension artérielle.

 

Bien sûr, ce que vous mangez avec vos œufs est très important. Les graisses saturées du beurre, du fromage, du bacon, des saucisses ou des pâtisseries augmentent le cholestérol beaucoup plus que celles du jaune d’œuf. De plus, les glucides raffinés provenant des tartines, des petits gâteaux ou des frites augmentent également le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires.

 

En somme, les nutritionnistes recommandent que, si vous aimez les œufs, vous pouvez en consommer deux ou trois fois par semaine, de sorte que la moyenne soit inférieure à un par jour. Idéalement, on devrait les consommer avec de la salade ou des légumes et accompagnés de pain complet. Ils sont délicieux ainsi et les preuves scientifiques les plus récentes indiquent qu’il est sain de les consommer de cette façon.