Une grande partie des consultations ophtalmologiques sont dues à des problèmes de réfraction oculaire. Et la myopie, l’astigmatisme ou l’hypermétropie sont des défauts de réfraction. Ces défauts ne sont pas des maladies à proprement parler, mais de petites variations au niveau de la taille ou de la forme de l’œil qui font que les images ne sont pas nettes.

 

Il existe trois types de défauts de réfraction :

 

  • La myopie : l’œil myope est plus long que la normale. Les images d’objets distants sont mises au point sur un plan devant la rétine et sont floues.

 

  • L’hypermétropie : l’hypermétropie est le défaut opposé à la myopie. L’œil est plus court que la normale et les images d’objets distants sont donc mises au point derrière la rétine.

 

  • L’astigmatisme : lorsque la cornée n’a pas la même courbure sur tous ses axes, par exemple, lorsque l’axe vertical de la cornée est plus courbé que l’axe horizontal, il se produit une asymétrie qui entraîne l’astigmatisme.

 

L’astigmatisme provoque une image floue des objets (« avec des bords mal définis ») aussi bien dans la vision de loin que de près. Elle ne varie généralement pas avec la croissance, mais elle varie avec la myopie ou l’hypermétropie associée.

 

Comment corriger les défauts de réfraction ?

 

La chose la plus courante à faire, surtout pendant l’enfance et avant l’âge de 18 ans, est de porter des verres adaptés à chaque type de défaut de réfraction.

 

Dans les cas de myopie, on utilise des verres divergents aussi bien sur les lunettes que sur les lentilles de contact, une fois que l’ophtalmologiste ou l’opticien a mesuré la puissance de mise au point perdue. La myopie ne peut être compensée par aucun effort, de sorte que les personnes atteintes de myopie voient toujours mal de loin. En revanche, si à mesure que l’enfant grandit, la longueur de l’œil (longueur axiale) augmente, la myopie augmentera.

 

Si la personne est âgée de plus de 18 ans et présente un défaut de réfraction sans changement pendant un an, la chirurgie réfractive au laser peut être utilisée. En cas de graduation plus élevée ou lorsque, dans certaines circonstances, une technique au laser ne peut pas être utilisée, il est possible d’avoir recours aux techniques avec lentille intraoculaire phakic.

 

Contrairement à la myopie, l’hypermétropie peut être partiellement compensée en augmentant la puissance de focalisation du cristallin (puissance dioptrique). Ainsi, dans le cas d’une hypermétropie modérée ou légère, il n’y aura pas de mauvaise vision car le cristallin augmentera la capacité dioptrique en faisant converger les rayons lumineux et se concentrera donc sur la rétine sans produire de vision floue.

 

Mais cet effort constant d’accommodement peut entraîner d’autres problèmes tels que des maux de tête, une fatigue oculaire, un rejet de la lecture ou même un strabisme. En cas d’hypermétropie élevée, le cristallin ne peut pas compenser tous les défauts et une vision floue se produira alors à la fois de loin et de près.

 

Pour éviter ces symptômes, on utilise des verres convergents – sur les lunettes et les lentilles de contact – qui corrigent le défaut de réfraction. Si la situation personnelle et de l’œil l’indiquent, des lentilles de contact peuvent être utilisées et, si la personne a plus de 18 ans et que son défaut de réfraction demeure inchangé pendant un an, la chirurgie réfractive au laser peut être utilisée.

 

Chez les enfants, l’hypermétropie n’augmente pas avec la croissance, au contraire, elle peut diminuer si la longueur du globe oculaire augmente.

 

 

L’astigmatisme touche une grande partie de la population à un degré plus ou moins élevé. En plus de la puissance sphérique du verre utilisé pour corriger la myopie et l’hypermétropie, pour corriger l’astigmatisme, on ajoute une puissance cylindrique afin de rectifier la différence entre les puissances des méridiens principaux de l’œil.

 

Les lentilles de contact spécifiques pour l’astigmatisme sont appelées lentilles toriques. Les lentilles perméables aux gaz conviennent également. Ces lentilles sont rigides et remplacent optiquement la cornée comme la surface réfractive de l’œil.

 

La chirurgie réfractive est une autre option pour l’astigmatisme de bas degré. Pour des graduations allant jusqu’à 10-12 dioptries d’astigmatisme, l’implantation de lentilles intraoculaires de plus grande amplitude permet d’apporter une solution.