Disposer d’un vocabulaire riche pour décrire ses émotions est un atout formidable. C’est le premier talent de ceux qui sont doués d’une grande intelligence émotionnelle. Cela permet d’observer ses émotions, de les étiqueter et de mieux les comprendre. Cela permet aussi d’expliquer aux autres ce que nous ressentons sans les froisser inutilement par l’usage de mots imprécis.

L’un des livres les plus riches pour apprendre ce vocabulaire est certainement « Les mots sont des fenêtres » de Marshall Rosenberg, l’inventeur de la communication non violente. Et si vous le lisiez ?