Quand nous sommes débordés ou assailli par des ruminations, apprendre à s’observer comme un autre est très utile. Cette distance nous permet de nous détacher du tumulte extérieur ou du brouhaha de l’âme. Nous comprenons que ces bruits, ces pensées ne sont pas de notre fait. Nous ne sommes pas nos pensées qui résultent d’une production automatique et permanente de notre conscience. En les observant, nous les laissons passer et nous nous détachons d’elles. Elles ne nous affectent plus et nous gagnons en sérénité.