Une alimentation saine présente de nombreux avantages pour la santé. Cependant, pour certaines personnes, cela peut devenir une obsession qui les empêche de profiter de la vie. Cela devient un comportement obsessionnel connu sous le nom d’orthorexie.

 

Il existe une prise de conscience croissante de l’importance de maintenir une alimentation saine. L’intérêt pour la nutrition a motivé de nombreuses personnes à adopter un mode de vie sain. Si cet intérêt pour la nutrition est une bonne chose, il peut parfois provoquer l’effet inverse.

 

Parvenir à une « nutrition parfaite » peut conduire certaines personnes à recourir à des comportements obsessionnels et à des méthodes de régime dangereuses.

 

L’orthorexie, l’obsession pour une alimentation saine

L’orthorexie nerveuse pousse l’alimentation saine à l’extrême. Bien que ce terme, inventé par le Dr Steven Bratman en 1990, ne soit pas reconnu comme un trouble alimentaire comme la boulimie ou l’anorexie, il se base sur des comportements similaires à ceux-ci.

 

La différence est que les personnes atteintes d’orthorexie deviennent obsédées par une alimentation saine et sont soucieuses d’éviter les aliments qu’elles considèrent comme malsains ou malpropres.

 

Cette obsession se concentre sur certains aspects de leur alimentation, sur la façon dont certains aliments sont préparés et sur leur provenance. L’accent n’est pas mis sur la perte de poids (comme l’anorexie, qui est liée à la quantité) mais sur une alimentation saine, avec la qualité comme principale préoccupation. Les choix alimentaires deviennent un handicap et peuvent causer de la détresse et de l’anxiété lorsqu’une personne doit s’écarter de ses choix alimentaires.

 

Être obsédé par certains produits peut conduire à ne pas manger les groupes d’aliments nécessaires s’ils sont perçus comme « malsains ». Les personnes qui suivent des régimes alimentaires extrêmes basés sur la qualité des aliments se retrouvent avec une alimentation déséquilibrée et des carences nutritionnelles.

 

Les symptômes de l’orthorexie

L’orthorexie ne consiste donc pas seulement à prendre soin de ce que l’on mange, mais à atteindre un niveau qui a des impacts négatifs importants pouvant inclure divers symptômes :

  • Anxiété à l’heure des repas.
  • Sentiments de culpabilité et d’anxiété lorsque les règles de l’alimentation auto-imposée ne sont pas respectées.
  • Sensation de panique en voyant des personnes manger des aliments malsains.
  • Ne plus savoir quand on a faim ou quelle quantité manger.
  • Contrôle compulsif des listes d’ingrédients et des étiquettes nutritionnelles.
  • Rejet des aliments et des ingrédients qui ne sont pas biologiques, les aliments contenant des additifs, le sucre raffiné, tout produit transformé ou emballé, les aliments riches en glucides, la viande et les produits carnés, ou les recettes qu’ils n’ont pas préparées eux-mêmes.

 

La différence entre avoir une alimentation saine et l’orthorexie est l’obsession et le moment où elle commence à affecter la vie quotidienne d’une personne. Elle présente des caractéristiques similaires au trouble obsessionnel-compulsif (TOC), à l’anxiété et à l’anorexie.

 

Un médecin, un psychologue ou un diététicien peut diagnostiquer le problème en parlant à la personne et en examinant ses symptômes et ses habitudes alimentaires. Un examen physique de routine et une analyse sanguine peuvent également être nécessaires pour vérifier les carences nutritionnelles et d’autres complications.

 

Le traitement de l’orthorexie

Bien qu’il n’existe pas de traitement officiel conçu spécifiquement pour une personne souffrant d’orthorexie, certains traitements peuvent être efficaces pour aider à traiter cette obsession :

  • Thérapie cognitivo-comportementale : bien que, comme nous l’avons dit, l’orthorexie ne soit pas considérée comme un trouble alimentaire, ce type de thérapie peut vous aider à mieux comprendre ce qui se passe et à partager vos craintes. Ce traitement peut contribuer à modifier les schémas de pensée obsessionnels concernant l’alimentation et à traiter toute condition mentale existante, comme la dépression ou les troubles liés au stress et à l’anxiété. Le psychologue peut vous aider à surmonter les aspects émotionnels.

 

  • Conseil nutritionnel : le traitement de l’orthorexie comprend également une éducation sur les différents nutriments nécessaires au maintien d’une bonne santé. Un nutritionniste peut vous aider dans cette partie de votre plan de traitement.

 

Nous vous encourageons à prendre soin de vous. Maintenez une alimentation saine et faites de l’exercice de manière équilibrée, sans tomber dans des comportements obsessionnels.

 

Sources :

  • Havard Medical School
  • Association américaine de psychologie (APA)