Les dernières recherches en biophysique menées au sein du département de recherche mécanique et aérospatiale de l’université de Princeton et au sein du centre de biochimie structurelle de l’université de Montpellier, ont révélé qu’une conversation normale provoque l’expulsion de gouttelettes respiratoires atteignant plusieurs mètres dans un espace clos. Les connaissances actuelles sur la transmission de la COVID-19 indiquent qu’une personne sans symptômes peut infecter d’autres personnes lorsqu’elle parle, chante ou rit, non seulement si elle se trouve à quelques centimètres, mais aussi à plusieurs mètres autour d’elle.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

L’étude, publiée fin septembre dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, conclut que, dans les intérieurs peu ventilés, une conversation sur un ton de voix normal peut propager des matières infectieuses au-delà des limites de distance de sécurité établies par les autorités sanitaires (entre un mètre et demi et deux mètres).

 

Les masques sont essentiels pour briser l’effet de jet, ou d’expulsion, de la sortie d’air lorsque quelqu’un parle. Ils agissent comme une barrière contre la fuite de gouttelettes infectieuses sous forme d’aérosol, au-delà de 30 centimètres autour de la personne qui parle.

 

Les chercheurs ont également découvert que les sons tels que « p » créent des bulles d’air, et que dans une conversation de nombreuses bulles d’air peuvent apparaître. Chaque bulle créée une accumulation d’air devant la personne qui parle et qui transporte les particules infectieuses à plus de 2 mètres de distance, à moins qu’un masque l’en empêche.

 

Entre autres choses, ils ont constaté que la distance parcourue par les particules infectieuses dépend de la durée de la conversation. Quelqu’un qui parle plus longtemps enverra les particules infectieuses plus loin, de sorte que la distance de sécurité dans des intérieurs mal ventilés et sans masque ne serait pas suffisante.

 

Dans les analyses effectuées, les chercheurs ont constaté que les aérosols qui se forment pendant l’acte de parole atteignent 2 mètres en moins de 30 secondes. C’est pourquoi on insiste sur l’utilisation de masques en lieux clos et sur le fait qu’ils soient parfaitement positionnés, comme le montre une étude de l’université de Delft.

 

Les experts affirment que des purificateurs d’air doivent être installés dans les classes

Les purificateurs d’air portables sont un aspect supplémentaire à prendre en compte dans une stratégie globale visant à garder l’air des écoles exempt de virus, selon les recommandations des experts de l’École de santé publique de l’Université de Harvard.

 

La première étape pour prévenir l’infection par le coronavirus dans les écoles ou les immeubles de bureaux consiste à s’assurer que le système de ventilation fournit suffisamment d’air frais et est équipé de filtres appropriés pour éliminer le virus au maximum. Néanmoins, la mesure la plus efficace consiste à ouvrir les fenêtres autant que possible.

 

Si cela ne suffit pas à fournir suffisamment d’air frais, il est alors recommandé d’utiliser des purificateurs portables équipés de filtres HEPA (sigles de l’anglais high-efficiency particulate air). Les filtres HEPA capturent 99,97 % des particules présentes dans l’air.

 

L’utilisation de ces filtres ne dispense pas de la nécessité de suivre les recommandations générales d’hygiène et de sécurité dans les écoles, d’installer des barrières en plexiglas si nécessaire, de réaménager les classes de musique et de théâtre, de réorganiser les circuits d’entrée et de sortie des installations et de disposer d’une équipe d’intervention COVID-19.

 

Les recommandations des experts peuvent être regroupées selon le contexte dans lequel elles doivent être adoptées :

Pièces saines :

    • Porter un masque
    • Se laver souvent les mains
    • Maximiser la distance physique
    • Respecter les groupes de bulles de personnes
    • Désinfecter les objets et les surfaces entre les utilisateurs et fréquemment

Bâtiments sains :

    • Augmenter la ventilation avec l’extérieur
    • Filtrer l’air à l’intérieur
    • Purifier l’air avec des éléments portables là où il n’y a pas de ventilation possible
    • Utiliser des barrières en plexiglas
    • Installer des infrastructures qui réduisent les contacts
    • Désinfecter les surfaces et les sanitaires

Réglementations saines :

    • Établir une culture de responsabilité partagée et de santé
    • Avoir une équipe d’intervention COVID-19
    • Rester à la maison si vous êtes malade
    • Tester les personnes présentant des symptômes et leurs contacts
    • Disposer d’un plan d’action en présence de cas
    • Faciliter le télétravail et la formation en ligne
    • Réduire la densité de population des bâtiments

Horaires sains :

    • Gérer les horaires avec souplesse et sécurité
    • Rendre l’heure du déjeuner plus sûre
    • Réorganisation du transport

Activités saines :

    • Modifier l’éducation physique, réaménager les gymnases
    • Réaménager les cours de théâtre et de musique
    • Éviter les sports de contact
    • Gérer son temps libre

 

D’autre part, l’étude Cogfx a révélé que l’amélioration de la qualité de l’air en lieux clos a pour effet de doubler les scores des personnes se soumettant aux tests cognitifs. Cela a également été démontré lors de la comparaison des résultats de tests cognitifs entre les bâtiments qui purifient l’air et les bâtiments dont la qualité de l’air est moindre.

 

Sources :

  • Parler peut produire l’expulsion de gouttelettes respiratoires, ce qui est important dans la propagation asymptomatique du virus. Manouk Abkariana, Simon Mendezb , Nan Xuec , Fan Yangc , and Howard A. Stone. Centre de Biochimie Structurale, University of Montpellier, France and Department of Mechanical and Aerospace Engineering, Princeton University, Princeton, NJ 08544 Edited by Parviz Moin, Stanford University, Stanford, CA, and approved August 27, 2020 (received for review June 12, 2020) https://www.pnas.org/content/early/2020/09/24/2012156117
  • La transmission aérienne sur une courte distance domine l’exposition à l’infection respiratoire lors d’un contact étroit. Wenzhao Chen Department of Mechanical Engineering, The University of Hong Kong, School of Public Health, The University of Hong Kong, Received 13 January 2020, Revised 23 March 2020, Accepted 23 March 2020, Available online 10 April 2020. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0360132320302183
  • La clé pour prévenir la Covid-19 en intérieur : la ventilation. Wall Street Journal. The coronavirus crisis https://www.wsj.com/articles/key-to-preventing-covid-19-indoors-ventilation-11598953607
  • Test de masque de l’université de Delft. página en Youtube
  • Stratégies de réduction des risques pour la réouverture des écoles Schools for health. Harvard School T H Chan of Public Health https://schools.forhealth.org/risk-reduction-strategies-for-reopening-schools/