Le foie remplit plus de 500 fonctions essentielles pour notre corps. Outre l’influence de la génétique, les problèmes liés au foie peuvent également être causés par d’autres facteurs tels que des virus ou la consommation d’alcool et l’obésité. À l’approche de la Journée mondiale contre l’hépatite, voici quelques conseils pour réduire le risque de souffrir de maladie du foie.

 

Le foie est un organe de la taille d’un ballon de football américain. C’est le plus gros organe de notre corps et il est situé juste en dessous de la cage thoracique, du côté droit de l’abdomen, sous le diaphragme. Chez un adulte, il pèse entre 1 400 et 1 500 grammes.

 

C’est l’un des organes les plus importants du corps humain et il remplit plus de 500 fonctions. Chaque jour, il est responsable de la production de bile, de la conversion des nutriments dans l’alimentation, de l’élimination des toxines du sang, de la décomposition des graisses, de l’alcool et des médicaments, du contrôle du taux de sucre dans le sang et du taux d’hormones, du stockage du fer et bien plus encore. Personne ne peut vivre sans foie.

 

Maladies du foie

 

Comme les autres organes du corps, le foie n’est pas exempt de maladies. Et, en tant qu’organe essentiel au fonctionnement du corps, il requiert également de l’attention, car il peut aussi être endommagé et cesser de fonctionner ou ne pas fonctionner correctement.

 

Bien qu’une maladie du foie puisse être héréditaire (génétique), il existe d’autres facteurs qui peuvent l’endommager et causer des problèmes liés au foie : les virus, la consommation d’alcool et l’obésité. Ainsi, il existe de nombreux types de maladies du foie :

 

  • Celles causées par un virus : les hépatites A, B et C.
  • Celles causées par des drogues, des poisons ou des toxines ou par une consommation excessive d’alcool : maladie du foie gras et cirrhose.
  • Le cancer du foie : causé par des cellules saines qui changent et prolifèrent de manière incontrôlée, formant une masse appelée tumeur maligne.
  • Celles qui sont héréditaires : l’hémochromatose (qui provoque un excès de fer dans l’organisme) et la maladie de Wilson (lorsque l’organisme ne peut pas se débarrasser d’un surplus de cuivre).

 

Les symptômes de la maladie du foie varient, mais comprennent généralement : gonflement de l’abdomen et des jambes, apparition facile de bleus, changements de couleur des selles et de l’urine, et jaunissement de la peau et des yeux ou jaunisse. Cependant, il arrive qu’il n’y ait pas de symptômes.

 

Facteurs de risque des maladies du foie

 

Selon les experts de la Johns Hopkins Medicine, il existe cinq facteurs de risque de développer une maladie du foie :

 

  • Exposition aux toxines : bien que le foie soit responsable du nettoyage des toxines du sang, une surexposition aux toxines peut être nocive. C’est pourquoi il est important de lire les étiquettes d’avertissement sur les produits chimiques que nous utilisons à la maison et de laver les fruits et légumes avant de les manger afin de s’assurer que nous ne digérons pas les pesticides.

 

  • Compléments alimentaires nocifs : même si un complément est étiqueté « naturel », cela ne signifie pas qu’il soit bénéfique. De nombreuses herbes et suppléments ont été associés à des lésions hépatiques. De plus, prendre plus d’un médicament ou une plante qui agit sur le foie peut aggraver le problème. Il est important d’informer votre médecin de tous les médicaments et compléments que vous prenez, même s’il s’agit de remèdes occasionnels ou en vente libre.

 

  • Trop d’alcool : le foie gras alcoolique, qui provoque une inflammation du foie (hépatite alcoolique), une éventuelle cicatrisation (cirrhose) et même un cancer du foie, est un processus qui commence avec seulement quatre verres par jour pour les hommes et deux pour les femmes. Au moment où vous présentez les symptômes, votre foie peut être irrémédiablement endommagé. Néanmoins, ceux qui arrêtent de boire pendant la phase de « foie gras » peuvent inverser cette condition.

 

  • L’obésité, le diabète ou l’hypercholestérolémie: ces affections peuvent provoquer la maladie du foie gras non alcoolique, qui peut également entraîner une cirrhose et un cancer du foie. Comme dans le cas du foie gras alcoolique, il est possible de renverser la tendance au stade « gras » en supprimant les glucides simples comme le pain et le sucre et en consommant davantage de fruits, de légumes et de protéines.

 

  • La génétique : si un membre de la famille a souffert d’une maladie du foie, cela peut vous rendre plus vulnérable aux affections du foie. Par exemple, l’hépatite B ou C et l’hémochromatose sont des facteurs de risque de cancer du foie.

 

Un foie sain

Voici quelques conseils pour maintenir une fonction hépatique saine et réduire le risque de maladie du foie :

  • Soyez à jour de vos vaccinations.
  • Lavez-vous souvent les mains, en particulier après être allé aux toilettes, avoir touché des animaux domestiques et avant de manger.
  • Limitez votre exposition aux toxines (produits de nettoyage, produits chimiques et tabac).
  • Maintenez votre cholestérol dans une fourchette normale.
  • Si vous êtes diabétique, maintenez vos sucres dans une fourchette normale.
  • Ne partagez pas d’aiguilles, de rasoirs, de brosses à dents ou d’autres objets personnels.
  • Ne fumez pas et n’utilisez pas d’autres produits dérivés du tabac.
  • Adoptez une alimentation saine et équilibrée et maintenez un poids sain.
  • Limitez la quantité d’alcool que vous consommez.
  • Faites attention lorsque vous utilisez des médicaments. Dites toujours à votre médecin quels types de médicaments vous prenez, y compris les médicaments en vente libre.
  • Ayez des relations sexuelles protégées (ou sécurisée dans une relation de couple longue et fidèle) afin de réduire le risque d’attraper une hépatite ou d’autres problèmes de santé.

 

Et n’oubliez pas, si vous avez des questions ou des symptômes, consultez votre médecin. Prendre soin de son foie, c’est prendre soin de sa santé et de son bien-être, ce qui est particulièrement important en cette période où la COVID-19 nous a mis en danger.

 

Sources :