Dans les régions italiennes où le taux de vaccination contre la grippe est plus élevé, on a détecté moins d’infections, moins de patients hospitalisés présentant des symptômes et moins de patients en soins intensifs chez les personnes de plus de 65 ans, selon la seule étude réalisée à ce jour sur la relation entre la grippe et la COVID-19.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique

 

Bien que le vaccin antigrippal n’augmente pas les défenses contre la COVID-19 et n’empêche pas d’attraper les deux infections en même temps, il est d’une importance cruciale. Il convient de noter que les symptômes des deux processus sont similaires (fièvre, toux, mal de gorge, douleurs musculaires, etc.) et que les pics des deux épidémies convergeront à un moment donné pendant la saison hivernale. La grippe peut également entraîner des complications, telles que des admissions en soins intensifs et des décès, ce qui constituerait une lourde charge pour le système de santé, avec la possibilité d’une paralysie.

 

C’est pourquoi la Haute Autorité de Santé (HAS), qui conseille le gouvernement sur les questions de santé publique, a mis l’accent sur l’augmentation de la couverture vaccinale contre la grippe, notamment auprès des personnels de santé et d’aide sociale, des personnes âgées, de préférence de plus de 65 ans, et des personnes de tout âge présentant des facteurs de risque.

 

Le vaccin est également recommandé pour les personnes de moins de 65 ans qui présentent un risque élevé de complications liées à la grippe. Par exemple, les femmes enceintes, les nourrissons de plus de six mois et les adultes atteints de maladies cardiovasculaires, neurologiques ou respiratoires chroniques, d’obésité morbide ou de cancer.

 

Les scientifiques n’excluent pas la possibilité de co-infections par le Sars-CoV-2 et le virus de la grippe. Cela signifie qu’un même patient peut être infecté par les deux virus simultanément, une situation qui peut compliquer la clinique chez les patients les plus vulnérables ou à risque, les immunodéprimés ou ceux qui souffrent de maladies respiratoires, cardiaques ou rénales.

 

Afin de réduire les taux d’infection par la grippe, il faut appliquer les mêmes mesures sanitaires que celles auxquelles nous sommes déjà habitués (masque, hygiène des mains, distance de sécurité, etc.), comme l’a démontré l’expérience de ces derniers mois dans l’hémisphère sud, où la saison de la grippe -février-septembre- vient de s’achever.

 

Il ne faut pas oublier que, selon une étude récente de l’Université de Californie, tandis que la grippe commence généralement par une toux, la COVID-19 commence avec de la fièvre.

 

Le vaccin antigrippal que nous avons depuis de nombreuses années a amplement démontré son efficacité et son profil de sécurité, en réduisant l’incidence et la gravité des cas et le nombre d’admissions à la fois dans le service et dans l’unité de soins intensifs (USI) chez les patients adultes et pédiatriques.

 

Bien qu’il ne soit pas efficace à 100 %, comme tout vaccin, il réduit considérablement l’ampleur de l’épidémie annuelle de grippe, d’autant plus que la couverture vaccinale est importante dans la population.

 

Effet possible du vaccin antigrippal sur le soulagement de la COVID-19 

Des chercheurs de l’Institut australien des maladies infectieuses et immunitaires ont fait part en septembre de leurs découvertes sur des patients de Wuhan en termes de sensibilité au coronavirus, après qu’ils aient contracté la grippe. Ils ont constaté que la sensibilité au virus était différente et qu’elle était plus faible chez les enfants.

 

L’une des explications possibles réside dans l’aptitude du système immunitaire, selon qu’il a dû ou non faire face à des infections et des vaccinations récentes. Les chercheurs travaillent sur l’hypothèse selon laquelle l’immunité résultant de l’infection par le virus de la grippe pourrait, en partie, renforcer l’immunité contre le Sars-Cov2.

 

Cette hypothèse est soutenue par la similitude de la réponse immunitaire face aux deux virus et par des études sur l’immunité croisée entre le virus de la grippe et le coronavirus. L’immunité générée par la grippe augmenterait de manière non spécifique la capacité de résistance face au coronavirus.

 

Cela expliquerait pourquoi les enfants sont moins sensibles à l’infection par le coronavirus, car ils contractent davantage la grippe par rapport aux adultes. De fait, une étude menée en Catalogne a révélé que seuls 3,4 % des patients pédiatriques présentant des infections confirmées transmettaient la Covid à d’autres membres de leur famille.

 

Compte tenu de l’innocuité du vaccin antigrippal chez les adultes, les experts français recommandent son utilisation, au moins pour renforcer l’immunité et réduire la gravité des symptômes de la COVID-19.

 

Sources :

  • Relation entre le taux de vaccination contre la grippe et l’épidémie de COVID-19 : une étude écologique italienne. Amato, M.; Werba, J.P.; Frigerio, B.; Coggi, D.; Sansaro, D.; Ravani, A.; Ferrante, P.; Veglia, F.; Tremoli, E.; Baldassarre, D. Vaccines 2020, 8, 535. https://www.mdpi.com/2076-393X/8/3/535#cite
  • Haute Autorité de Santé: Vaccination antigrippale : la stratégie de la prochaine campagne annuelle réaffirmée dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Mis en ligne le 02 juin 2020 https://www.has-sante.fr/jcms/p_3187536/fr/vaccination-antigrippale-la-strategie-de-la-prochaine-campagne-annuelle-reaffirmee-dans-le-contexte-de-l-epidemie-de-covid-19
  • The Lancet : Co-infection par le SRAS-CoV-2 et le virus de la grippe. Elena Cuadrado-Payán et al. Published:May 05, 2020 DOI:https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)31052-7
  • Diminution de l’activité grippale pendant la pandémie de COVID-19 – États-Unis, Australie, Chili et Afrique du Sud, 2020. Olsen SJ, Azziz-Baumgartner E, Budd AP, et al.. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2020;69:1305–1309. DOI: http://dx.doi.org/10.15585/mmwr.mm6937a6
  • Ampleur des réponses immunitaires concomitantes avant le rétablissement du patient : un cas de COVID-19 non grave. .Thevarajan I, Nguyen THO, Koutsakos M, et al. Nat Med. 2020;26(4):453-455. doi:10.1038/s41591-020-0819-2
  • Réponses immunitaires dans les infections par le virus de la grippe A et les coronavirus humains : un combat permanent entre le virus et l’hôte. Zheng J, Perlman S. Curr Opin Virol. 2018;28:43-52. doi:10.1016/j.coviro.2017.11.002
  • Le Figaro: TRIBUNE. « Pour une vaccination massive et solidaire contre la grippe” , le 19 septembre 2020, modifié à 14h31 , le 20 septembre 2020