Tout aliment ou médicament peut causer une réaction allergique grave ou un choc anaphylactique. En connaissez-vous les symptômes ? Découvrez comment agir dans ces situations d’urgence.

 

 

Qu’est-ce qu’un choc anaphylactique ?

 

Le choc anaphylactique ou anaphylaxie est une réaction allergique grave et multi-systémique qui progresse rapidement et peut mettre la vie d’une personne en danger. Un choc de ce type est envisagé en cas de chute de la tension artérielle, d’arythmie, de pouls faible et d’évanouissement.

 

Selon l’European Academy of Allergy and Clinical Immunology, on estime qu’il touche entre 3 et 30 personnes sur 100 000, bien que la prévalence augmente dans le monde entier.

 

Les causes les plus courantes d’allergie sont la nourriture (lait, fruits secs, œufs, poisson), les médicaments et les piqûres d’abeilles ou de guêpes. Dans l’enfance, l’alimentation est la cause la plus importante et chez les adultes les médicaments sont les plus courants.

 

Les bonnes positions à adapter :

 

Si vous soupçonnez que quelqu’un est en état de choc anaphylactique, agissez immédiatement :

 

  1. Placez la personne dans une position confortable, allongée, les jambes surélevées pour augmenter le flux sanguin. Cette position n’est pas recommandée en cas de vomissement ou d’étouffement.

 

  1. Les patients qui sont inconscients, mais qui respirent, doivent être allongés et placés sur le côté. Les femmes enceintes, de préférence du côté gauche pour éviter la compression de la veine cave (qui se situe à droite de l’abdomen).

 

  1. Couvrez la personne de couvertures ou de vêtements pour qu’elle ne perde pas de chaleur.

 

  1. Évitez les changements de position, en particulier se redresser ou se tenir debout, car cela peut aggraver les symptômes.

 

  1. En cas de vomissements ou d’étouffement, restez assis.

 

  1. Vérifiez si la personne a des médicaments d’urgence sur elle. Administrez-lui de l’adrénaline auto-injectable. Vous devez maintenir l’aiguille dans la peau pendant 10 secondes.

 

  1. Demandez de l’aide médicale en appelant le 112.

 

  1. En cas d’arrêt cardiorespiratoire, il faut commencer une réanimation cardiovasculaire.

 

Quels sont les symptômes ?

 

On réalise le diagnostic d’anaphylaxie en analysant les symptômes du patient. Les signaux d’alarme apparaissent rapidement (en quelques minutes ou quelques heures) et affectent progressivement différentes parties :

 

Symptômes cutanés : apparition de papules (petites lésions) rougeâtres et de gonflements de la peau, du visage et de la langue, difficulté à avaler et chaleur dans les mains et les pieds.

 

Symptômes respiratoires : manque d’air, sensation de gonflement dans la gorge, respiration sifflante dans la poitrine.

 

Symptômes circulatoires : palpitations, baisse de la tension artérielle, étourdissements, maux de tête.

 

Symptômes digestifs : vomissements, nausées, diarrhée.

 

Comment traiter ce choc ?

 

L’adrénaline intramusculaire est le traitement de l’anaphylaxie dans n’importe quel contexte et doit être administrée rapidement.

 

Les personnes à risque de choc anaphylactique devraient toujours avoir sur elles des médicaments auto-injectables. De plus, leur environnement (famille, collègues de travail, école, etc.) devrait être en mesure de reconnaître les symptômes afin de pouvoir agir rapidement et adéquatement.

 

Si vous pensez être allergique à un médicament, un aliment ou une substance, consultez un allergologue pour une étude le plus tôt possible.

 

Sources :

 

European Academy of Allergy and Clinical Immunology

 

Clínica Mayo, EE.UU

 

Guía de anafilaxia para pacientes, Sociedad Española de Alergología e Inmunología Clínica