Nos muscles peuvent nous causer des douleurs s’ils se contractent en raison de traumatismes externes ou d’autres causes. C’est ce que l’on appelle une contraction musculaire. Découvrez les avantages et les inconvénients de l’utilisation du froid ou du chaud pour soulager la douleur.

 

Lorsqu’un muscle se contracte de façon permanente, douloureuse et involontaire, et que cette contraction ne cesse pas en situation de repos, on parle de contracture musculaire. Elle peut survenir après un traumatisme externe (par exemple, un impact direct sur la cuisse) ou être due à des causes non traumatiques (c’est le cas des céphalées de tension, des torticolis ou des lombalgies).

Pour traiter et soulager la douleur d’une contracture musculaire, il est souvent recommandé une thérapie par le chaud ou le froid ou une alternance des deux. Selon les experts en physiothérapie, il est conseillé d’évaluer le type de thérapie qui fonctionne le mieux (froid seul, chaud seul ou une combinaison des deux), car le corps de chaque personne a des caractéristiques différentes. Toutefois, il est toujours conseillé de demander à un médecin avant d’utiliser du chaud ou du froid sur une personne souffrant d’hypertension ou d’une maladie cardiaque.

Dans la recherche de ce soulagement, les contractures musculaires peuvent également nécessiter le recours à d’autres ressources :

  • Un massage pétrissant pour aider les muscles à se détendre.
  • Étirer le muscle avec douceur.
  • S’hydrater correctement.
  • Faire peu d’activité physique et non douloureuse.
  • Prendre une ou deux doses de relaxants musculaires et d’anti-inflammatoires (en dernier recours).

 

Comment le froid aide-t-il ?

Le repos, la glace, la compression et l’élévation font souvent partie du traitement habituel des blessures sportives. Le froid contribue à réduire l’inflammation et le risque de gonflement et de lésions tissulaires. Il agit également comme un anesthésique local et endort les tissus douloureux. Il est le plus efficace dans les 48 heures suivant une blessure.

Certaines façons d’utiliser le froid peuvent être :

  • Appliquer une compresse froide sur la zone enflammée pendant 20 minutes, toutes les 4 à 6 heures, pendant 3 jours.
  • Immerger ou faire tremper dans de l’eau fraîche, mais pas glacée.
  • Masser la zone avec une poche de glace dans un mouvement circulaire 2 à 5 fois par jour, pendant 5 minutes maximum, pour éviter une brûlure avec la glace.

 

Il ne faut pas appliquer la glace directement sur la peau car elle peut endommager les tissus du corps. Elle ne doit pas non plus être appliquée directement sur les parties osseuses de la colonne vertébrale.

En outre, il existe certaines situations dans lesquelles il n’est pas conseillé d’utiliser de la glace. Vous ne devriez pas le faire si :

  • Il existe un risque de crampes (le froid peut les aggraver).
  • La personne a déjà froid ou la zone est déjà engourdie.
  • Il y a une plaie ouverte ou des cloques sur la peau.
  • Vous avez une maladie ou une lésion vasculaire dans laquelle un trouble nerveux affecte la circulation sanguine.
  • Vous êtes hypersensible au froid.

Pour les douleurs au dos, le traitement par le chaud peut être une meilleure option. Ce type de douleur est généralement dû à une augmentation de la tension musculaire et le froid peut l’aggraver.

 

Comment le chaud aide-t-il ?

L’application de chaleur sur une zone enflammée dilate les vaisseaux sanguins, favorise la circulation sanguine et aide les muscles endoloris et tendus à se détendre. En général, la chaleur est plus efficace que le froid pour traiter les douleurs musculaires chroniques ou les articulations liées à l’arthrite. Pour certains types de douleurs, un bain chaud peut apporter confort et soulagement.

Le chaud peut être utilisé des manières suivantes :

  • Utiliser des dispositifs de chaleur tels que des coussins chauffants, des bouteilles d’eau chaude, des compresses chaudes (sèches ou humides) ou des bouillottes.
  • Faire tremper la zone douloureuse dans un bain chaud (à une température comprise entre 33°C et 37,7°C).

 

Le chaud doit être appliqué sur la zone douloureuse pendant 20 minutes, jusqu’à trois fois par jour.

Cependant, le chaud a aussi ses inconvénients et, dans certains cas, il n’est pas adapté. Il ne faut jamais utiliser de chaleur excessive et, en particulier, toute blessure déjà chaude ne retirera aucun bénéfice d’un réchauffement supplémentaire, y compris les infections, les brûlures ou les blessures récentes.

De plus, il ne faut pas utiliser le chaud si :

  • La peau est chaude, rouge ou enflammée.
  • Vous souffrez d’une dermatite ou il y a une plaie ouverte.
  • La zone est engourdie.
  • La personne peut être insensible à la chaleur.

 

N’oubliez pas que, pour éviter les contractures musculaires et tout autre type de blessure, il est conseillé de s’étirer avant et après l’entraînement. Mais si vous souffrez d’une contracture musculaire, essayez le froid ou le chaud, en gardant toujours à l’esprit leurs avantages et leurs inconvénients. Avant tout, apprenez à connaître votre corps et, si vous avez des doutes, vous pouvez toujours consulter votre médecin.

 

Sources :