Au cours des dernières années, les habitudes alimentaires ont considérablement changé. Les produits ultra transformés (boissons gazeuses, snacks, pâtisseries…) semblent avoir remplacé les aliments traditionnels.

 

Heureusement, de nouveaux mouvements basés sur des menus plus sains apparaissent également. Le Realfooding en fait partie et, loin d’être un autre régime à la mode, il mise sur des aliments authentiques, en essayant d’éviter au maximum les aliments les plus transformés.

 

La vraie nourriture

 

Le Realfooding est un style de vie basé sur la consommation de ce qu’on appelle la « vraie nourriture » et le rejet « des produits ultra-transformés ». Ils se définissent comme un mouvement qui « défend le droit à une alimentation saine et lutte (avec connaissance et conscience) contre le côté obscur de l’industrie alimentaire ».

 

Par aliments réels, nous entendons les aliments qui sont 100 % naturels ou qui ont été peu transformés (sans que leurs propriétés innées aient été modifiées). Il s’agit notamment des :

 

  • Légumes, fruits et tubercules
  • Fruits secs
  • Légumineuses et céréales complètes
  • Poissons et crustacés
  • Œufs et viandes non transformées
  • Herbes, épices et graines
  • Café et infusions

 

 

Il s’agit essentiellement de produits frais, non modifiés ou non étiquetés. Un vrai aliment ne contient généralement qu’un seul ingrédient, qui est l’aliment lui-même, comme une pomme, une botte de haricots ou des sardines.

 

Les aliments transformés au minimum

 

Les aliments transformés au minimum sont ceux obtenus par l’ajout ou le retrait d’ingrédients pour les rendre plus sûrs, plus durables ou plus savoureux, comme l’indique l’Organisation mondiale de la santé.

 

L’étiquette de ces produits peu transformés peut comporter entre un et cinq ingrédients. Il s’agit de l’huile d’olive vierge extra, du lait UHT, de yaourts et de produits laitiers fermentés, de chocolat à plus de 70 % de cacao, de légumes ou de poisson en conserve.

 

Selon Carlos Ríos, diététicien nutritionniste et créateur du courant Realfooding, les aliments authentiques devraient constituer la majorité de notre alimentation. L’essentiel pour les realfooders est de privilégier les aliments végétaux (5 portions par jour ou un minimum de 800 g), de savourer les aliments et de les cuisiner avec des ingrédients frais et sans additifs.

 

Les aliments transformés

 

Les aliments transformés seraient dans le maillon de la chaîne suivant. Le principal composant de ces produits reste un aliment de base véritable et reconnaissable (comme le poisson surgelé), mais auquel certains changements ont été apportés pour prolonger sa durée de vie ou le rendre plus agréable au goût.

 

De nombreux aliments transformés peuvent créer une fausse impression d’être sains (avec des vitamines et minéraux synthétiques), les experts conseillent donc de vérifier leur composition. Selon la Harvard School Medical, il est important d’examiner la liste des ingrédients d’un produit pour vérifier sa valeur nutritive (plutôt que de regarder l’étiquette sur le devant).

 

Malgré cela, certains aliments du groupe des aliments transformés sont bénéfiques, comme par exemple les fruits et légumes surgelés, les haricots en conserve, les carottes emballées, les céréales complètes ou les crevettes surgelées.

 

Les aliments ultra-transformés

 

A l’opposé de la vraie nourriture, se trouvent les produits ultra-transformés. Il s’agit de préparations industrielles, fabriquées à partir de dérivés d’autres aliments auxquels ont été ajoutés des sucres, de la farine, des huiles raffinées, des additifs ou du sel.

 

On pourrait dire que ces produits ne contiennent pas d’aliments entiers, mais qu’ils sont la somme de mélanges malsains d’ingrédients. Ces aliments sont très caloriques, en raison de leur forte teneur en sucres et en graisses et de leur faible teneur en nutriments, d’où leur lien avec le développement de maladies comme l’obésité et le diabète de type 2.

 

Les « calories vides » des produits ultra- transformés sont surtout présentes dans les boissons gazeuses, les jus conditionnés, les pâtisseries industrielles, les snacks, les pizzas préparées, les sauces, les soupes instantanées, les petits pots pour bébés, etc. D’un point de vue nutritionnel, ces produits sont considérés comme extrêmement pauvres, car ils favorisent la prise de poids et n’apportent aucun bénéfice à l’organisme.

 

Realfooding

 

Les realfooders tentent d’éliminer de leurs menus quotidiens le plus grand nombre possible de produits transformés et ultra-transformés et de retrouver les habitudes alimentaires d’antan dont la science a démontré qu’elles favorisent un meilleur état de santé.

 

Certains de ses principes sont :

 

– Retrouver les habitudes de consommation traditionnelles

– Conserver les pratiques culinaires de toujours

– Recommencer à préparer des recettes à la maison en passant plus de temps dans la cuisine

– Acheter des produits de saison

– Augmenter le nombre d’aliments frais

 

« Un realfooder vit et ressent la vraie nourriture au point que c’est son corps qui la demande et qui en profite », Carlos Ríos, diététicien-nutritionniste.

 

Sources :

 

  • Web RealFooding
  • Organisation mondiale de la Santé
  • Harvard Medical School