Si vous êtes de ceux qui sautent le petit-déjeuner parce que vous n’avez pas faim au réveil, vous n’avez pas à vous inquiéter. Une étude multiple publiée début février 2019 dans le British Medical Journal indique que le petit-déjeuner ne devrait plus être perçu comme « le repas le plus important de la journée ».

Que nous dit cette étude ?

 

Cette étude se base sur des recherches menées entre 1990 et 2018 aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, pays où l’obésité ne cesse de croitre. Ainsi, 40% des Américains de plus de 20 ans sont obèses, et 24% des Britanniques, pays le plus touché par l’obésité en Europe. Une équipe de chercheurs de l’université Monash de Melbourne a réalisé cette étude sur la base de 13 essais comparatifs entre personnes consommant un petit-déjeuner et celles qui n’en prenaient pas. Ils ont permis d’observer que se passer de petit-déjeuner le matin ne réduit pas le taux métabolique au repos et ne ferait pas nécessairement prendre de poids. Ces résultats coïncident avec ceux d’autres études qualitatives qui soulignaient déjà qu’il n’existe aucune preuve que l’absence de petit-déjeuner dans l’alimentation aurait un impact négatif sur le poids et la santé en général.

 

Au cours des 50 dernières années, les messages sur les bienfaits d’un bon petit déjeuner, le repas roi de la journée, se sont multipliés, encouragés notamment par les fabricants céréaliers. Et si ce n’était qu’un autre mythe de l’alimentation ?

 

Des études révèlent maintenant deux idées fausses que sous-tendent les croyances des dernières décennies au sujet des bienfaits du petit-déjeuner.

 

  • D’une part, il y a l’idée de manger en plus petites quantités mais plus souvent pour éviter le stress de la digestion des repas copieux, surtout en fin de journée. Toutefois, ce raisonnement est basé sur des études réalisées sur des souris et certaines sur des hommes, mais sur de courtes périodes de temps, ce qui n’est pas très utile pour généraliser les résultats.

 

  • D’autre part, on a établi une autre croyance selon laquelle les personnes atteintes de diabète et d’obésité sautent le petit-déjeuner plus souvent que les personnes minces. Mais ce concept découle d’études biaisées par le fait que les personnes qui sautent le petit-déjeuner sont plus susceptibles, en moyenne, de prendre du poids et de suivre des régimes alimentaires pauvres sur le plan nutritionnel.

 

Ces préjugés et idées reçues ont maintenu l’idée qu’il n’est pas sain de sauter le petit-déjeuner, et cette croyance est restée dans le courant scientifique dominant durant des décennies.

 

Comment cette nouvelle a-t-elle été interprétée ?

 

Dans l’environnement scientifique, ces résultats ont suscité la controverse car, comme le souligne le Dr Flavia Cicuttini, auteur de l’étude multiple, « sauter le petit déjeuner n’est pas une bonne recommandation pour tous, mais nous avons vu que cela n’augmente pas le risque d’obésité ».

 

Dans les médias généralistes, bon nombre d’entre eux ont adopté l’approche du poids pour rendre compte des résultats de l’étude multiple. C’est le cas du Business Insider dans son édition française, qui affirme que « sauter le petit-déjeuner ne signifie pas prendre du poids ». D’autres, comme El País, insistent sur le fait que « le petit-déjeuner ne sert pas à perdre du poids ». Comme le souligne Forbes, l’important est de bien choisir ses aliments : si ces derniers sont caloriques, gras ou trop riches en glucides, il n’est pas bon d’en consommer au petit-déjeuner quand on souhaite perdre du poids. Le quotidien britannique The Telegraph conclu : « Après tout, le petit déjeuner n’est peut-être pas le repas le plus important de la journée ».

 

Quelle est son application dans la vie de tous les jours ?

 

La publication de cette étude multiple a suscité la controverse chez de nombreux diététiciens et spécialistes en endocrinologie, car jusqu’à présent, le petit déjeuner était un dogme de la médecine.

 

A tel point que cette recommandation fait partie de la majorité des guides de santé publique du monde occidental, avertissant que sauter le petit-déjeuner ne peut que nous donner faim et que nous mangerons plus au moment du déjeuner, ce qui nous ferait prendre du poids.

 

Cependant, la meilleure façon de suivre les recommandations scientifiques, souvent contradictoires, est le bon sens. On estime qu’un tiers des personnes habitants dans des pays développés, ne prend pas de petit-déjeuner et ce n’est pas pour autant qu’elles sont plus obèses ou qu’elles ont tendance à manger plus. Il faut garder à l’esprit que certaines personnes sont programmées pour préférer manger tôt le matin et d’autres pour le faire plus tard, et qu’il est nécessaire de s’adapter à son propre métabolisme et ses besoins. Par conséquent, en attendant que les directives médicales changent, il n’y a rien de mal à écouter votre organisme, en retardant l’heure du petit-déjeuner si vous n’avez pas faim au réveil. Et cela, sans penser que vous ne menez pas une vie saine.

 

Sources:

 

British Medical Journal

Journal of the American Medical Association

NHS