Une nouvelle thérapie contre le cancer a franchi un cap crucial dans les essais cliniques. Il s’agit de la plus grande avancée depuis des décennies dans la recherche d’un traitement détruisant les tumeurs mais sans les effets secondaires de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou de la chirurgie invasive.

 

Il s’agit d’une thérapie à base de nanoparticules concentrées, lesquelles, appliquées aux 15 premiers patients de l’essai, ont permis à 13 patients de ne présenter aucun signe ou symptôme de cancer un an plus tard. Ces résultats ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) l’une des plus exigeantes au monde en matière de publication d’essais cliniques.

 

Les patients, âgés de 58 à 79 ans, ont été traités à l’Icahn School of Medicine de l’hôpital Mont Sinai à New York pour un cancer de la prostate. Ils sont tous rentrés chez eux le jour du traitement et ont été suivis pendant les 3, 6 et 12 mois suivants.

 

« Cette thérapie [connue sous le nom d’AuroLase] permet d’éliminer le cancer sans endommager les tissus autour de la prostate et préserve la qualité de vie du patient en réduisant les effets secondaires, tels que la dysfonction érectile ou les fuites urinaires, a déclaré le Dr Ardeshir Rastinehad, chercheur principal et professeur associé en urologie et radiologie à l’Université Rice.

 

Sources : Ardeshir R. Rastinehad, Harry Anastos, Ethan Wajswol, Jared S. Winoker, John P. Sfakianos, Sai K. Doppalapudi, Michael R. Carrick, Cynthia J. Knauer, Bachir Taouli, Sara C. Lewis, Ashutosh K. Tewari, Jon A. Schwartz, Steven E. Canfield, Arvin K. George, Jennifer L. West, and Naomi J. Halas. Ablation photothermique localisée par nanoparticules d’or de tumeurs de la prostate dans le cadre d’une étude pilote clinique sur un dispositif.  PNAS, 2019 DOI: 10.1073/pnas.1906929116