Le système immunitaire des personnes qui ont souffert de la COVID19 se souvient du virus, de sorte qu’un premier vaccin agit comme un puissant renforcement des défenses existantes.

 

Par le Dr Pedro L. González, spécialiste en médecine préventive et en santé publique et journaliste scientifique.

 

Cette découverte est le résultat d’une étude menée par le Centre médical Cedars-Sinai de Los Angeles sur près de 1 000 employés et a récemment été publiée dans la revue Nature.

 

De plus, il a été aussi constaté que si vous avez déjà eu le virus, votre réponse immunitaire après un vaccin est susceptible d’être encore meilleure que celle d’une personne qui n’a jamais été infectée après deux doses, selon une lettre adressée au rédacteur en chef du New England Journal of Medicine par une équipe de recherche italienne.

 

La question de l’administration d’une dose unique aux personnes ayant déjà eu la COVID19 est devenue plus urgente depuis que des questionnements sont apparus avec les vaccins de Janssen et AstraZeneca.

 

La plupart des experts préconisent que, sauf en cas d’antécédents médicaux concernant des problèmes de réponse immunitaire, les personnes qui ont eu la COVID19 pourraient renoncer à la deuxième dose.

 

Depuis février, plusieurs pays européens – dont la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne – ont adopté des politiques visant à prescrire une seule dose des vaccins à deux doses aux personnes ayant survécu à la COVID19.

 

Une seule injection de vaccin serait suffisante pour les personnes ayant survécu à la COVID19

 

Quid de la qualité de la réponse contre la COVID19 ?

Les données indiquent que la protection à court terme commence vers le dixième jour après la première injection. En examinant les données du jour 15 au jour 21, l’efficacité contre la COVID19 symptomatique était d’environ 89 % avec une seule dose.

 

Après l’injection, les cellules de la première ligne de défense immunitaire répondent en produisant des anticorps et des cellules T à mémoire.

 

La réponse immunitaire dure de quatre à six mois. Elle peut même durer beaucoup plus longtemps. Les facteurs qui influencent le plus sa durabilité et son étendue sont l’âge et les déficiences génétiques de la réponse immunitaire, qui étaient présentes auparavant.

 

Quant au sexe, plusieurs études suggèrent que les vaccins protègent plus efficacement les femmes contre le tétanos, la grippe et d’autres maladies infectieuses, on en déduit donc qu’il en va de même pour la COVID19. Il faut y ajouter d’autres facteurs, comme les infections silencieuses que nous pouvons avoir sans le savoir au moment de la vaccination. Ou être soumis à des traitements avec des antibiotiques et autres médicaments alors que nous allons être vaccinés.

 

Il est même prouvé que notre alimentation, notre consommation d’alcool, l’exercice physique et le stress influent sur notre réaction à la vaccination.

 

Sources :

  • Ebinger, J.E., Fert-Bober, J., Printsev, I. et al. Réponses des anticorps au vaccin à ARNm BNT162b2 chez des personnes précédemment infectées par le SRAS-CoV-2. Nat Med (2021). https://doi.org/10.1038/s41591-021-01325-6
  • SARS-CoV-2 Réponse des anticorps chez les personnes ayant contracté une infection naturelle antérieure. NEJM. April 14, 2021 DOI: 10.1056/NEJMc2103825
  • L’Espagne n’administrera qu’une seule dose de vaccin aux personnes de moins de 55 ans ayant eu la COVID-19. FEBRUARY 26, 2021. Reuters Staff
  • La vaccination par ARNm renforce les anticorps neutralisants croisés provoqués par l’infection par le SARS-CoV-2. Leonidas Stamatatos. Science  25 Mar 2021: DOI: 10.1126/science.abg9175
  • Vaccination contre la Covid-19 : quelles sont les preuves de l’extension de l’intervalle entre les doses ? BMJ 2021; 372 doi: https://doi.org/10.1136/bmj.n18 (Published 06 January 2021)