L’eczéma est un trouble dermatologique de plus en plus répandu, associé à une augmentation des coûts des systèmes de santé, mais surtout à une détérioration de la qualité de vie des personnes qui en souffrent.

 

De nombreux facteurs ont été décrits pouvant expliquer cette augmentation des cas, y compris les facteurs génétiques et environnementaux. Selon les dernières études cliniques, l’intervention au niveau de la flore intestinale (ou microbiome) a été établie comme une méthode de prévention de l’eczéma, ainsi que des allergies et de l’asthme, qui sont souvent associés.

 

Ce concept a favorisé de nombreuses recherches sur la prévention primaire de l’eczéma chez les enfants. À cette fin, on intervient dans la composition de la flore intestinale en administrant des prébiotiques et des probiotiques aux nourrissons et en les comparant à d’autres enfants allaités.

 

Les prébiotiques sont des fibres végétales spécialisées. Ils agissent comme des fertilisants qui stimulent la croissance de bactéries saines dans l’intestin. Les probiotiques sont différents car ils contiennent des organismes vivants, habituellement des souches spécifiques de bactéries qui sont ajoutées directement à la population de microbes sains de l’intestin.

 

Les résultats de ces comparaisons ont montré que l’administration de différentes souches de Lactobacillus pendant plus de 6 mois dans le lait du biberon rend ces enfants plus résistants à l’eczéma. Ces résultats confirment ce qui a déjà été rapporté par l’Agence mondiale de l’allergie (WAO), qui a publié une série de recommandations pour manipuler le microbiome avec différentes combinaisons de prébiotiques et probiotiques.

 

Source :