Bexsero est le nom commercial du vaccin qui prévient le méningocoque B. Approuvé en France en 2013, ce vaccin provoque une certaine confusion. Dois-je vacciner mon bébé ? Nous vous aidons à dissiper certains doutes.

 

Qu’est-ce que le méningocoque B ?

 

La méningococcie est une maladie infectieuse et grave causée par une bactérie appelée méningocoque, qui vit pendant plusieurs années dans le nez et la gorge des adolescents et des jeunes en bonne santé, sans produire aucun effet, car ils sont des porteurs asymptomatiques, reconnaît le document d’experts sur l’introduction du vaccin contre le méningocoque B en Europe.

 

Il admet également que, bien qu’il s’agisse d’une bactérie qui peut infecter des personnes de tout âge, les jeunes enfants et les adolescents sont les plus touchés. Le méningocoque peut être transmis à une personne saine. La méningococcie peut provoquer une infection généralisée (septicémie méningococcique) ou n’affecter que le système nerveux (méningite).

 

Il existe plusieurs familles de méningocoques : A, B, C et d’autres. La principale cause de méningococcie correspond au groupe B. Bien que ce type d’infection puisse être traité par des antibiotiques, ce traitement n’est parfois pas efficace. Les mesures de prévention de cette maladie reposent avant tout sur la vaccination.

 

Le vaccin Bexsero

 

Bexsero est un vaccin dont l’utilisation a été approuvée pour la première fois en Europe en 2013. Depuis lors, le vaccin a été approuvé dans plus de 40 pays, dont l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

 

En France, l’application du vaccin Bexsero a été recommandée par les autorités sanitaires en décembre 2013 dans les zones à risque endémique et pour les patients à risque. Bien qu’il ne soit pas inclus dans le calendrier de vaccination de routine, certaines associations pédiatriques le recommandent pour les enfants à partir de 2 mois en deux ou quatre doses. Le vaccin peut être acheté sur ordonnance dans les pharmacies.

 

Le vaccin est administré par une injection intramusculaire profonde, de préférence dans la région de la cuisse chez les nourrissons ou dans le bras chez les adultes. La dose varie également en fonction de l’âge. Selon Info-Vac France, les doses varient en fonction de l’âge auquel il est administré pour la première fois :

  • À partir de deux mois : trois doses avec des intervalles deux mois et un rappel à 12-15 mois.
  • À partir de 3 mois et 23 mois : deux doses avec un intervalle de deux mois.
  • À deux ans ou plus : deux doses, séparées l’une de l’autre par au moins deux mois.

 

Il a été démontré que Bexsero produit une réponse immunitaire efficace pour le groupe B. Pour l’EMA, les avantages du vaccin l’emportent sur ses risques et c’est pour cette raison qu’il a été autorisé à être utilisé dans l’Union européenne. Certains pays comme l’Italie, l’Irlande et le Royaume-Uni l’ont déjà inclus dans leur programme de vaccination financé.

 

En France, le vaccin est financé par la sécurité sociale à 65 % pour les personnes à risque (les patients immunodéprimés et ceux qui ont souffert d’une maladie méningococcique avant et en cas d’épidémie). Les assureurs complètent le financement avec les 35 % restants. Pour la plateforme française contre la méningite (Ensemble contre les méningites), la vaccination contre la méningite bactérienne et la septicémie est la meilleure prévention contre le risque de mortalité ou les séquelles permanentes graves.

 

Les effets secondaires du vaccin

 

Comme pour les vaccins injectables, il faut toujours surveiller les éventuels effets indésirables. Les réponses les plus courantes décrites jusqu’à présent sont, dans la plupart des cas, légères :

  • Fièvre chez les enfants de moins de deux ans.
  • Rougeur et léger gonflement au niveau de l’injection.
  • Irritabilité.
  • Diminution de l’appétit.
  • Maux de tête et douleurs articulaires.

 

La Haute Autorité de Santé a recommandé l’utilisation du vaccin dans tous les cas à risque, mais ne voit pas la nécessité de l’étendre à l’ensemble de la population infantile. En cas de doute, consultez votre pédiatre, qui vous conseillera sur la meilleure option dans votre cas particulier.

 

Vous pensez être en bonne santé ? Découvrez l’âge de votre santé dans le calculateur de l’application !

 

Sources :

Prochaines recommandations vaccinales contre la méningite B : une réévaluation sans révolution ? Par KOECK JEAN-LOUIS – Date de publication : 26 Juin 2019

Haute Autorité de Santé Commission technique des vaccinations (CTV) : 17 juillet 2018. Collège d’orientation et d’information : 25 avril 2019

Info-Vac France Quelles sont les recommandations pour le bexsero ?

Ensemble contre les méningites